750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 17:17

Une petite place "resto friendly" entre Jean Jaurés et Saint-Aubin, un léger 30°C de septembre pas désagréable, cette fois je me suis arrangé pour être le premier et pouvoir me distraire du chaland, coke rondelle et clope au bec.
Ouvert depuis le 10 septembre, pas bien vieux le jour du marché, le patron non plus faut dire, et pourtant il tient déjà la route, pas de problème de timing, madame est dans la gamme, on est bien.
Pour situer un peu, ce petit resto vient d'être ouvert par un jeune couple motivé, dont "l'homme" n'est autre que le fiston de Biquet (Biquet Plage à Leucate You see?).
Loin de moi l'idée de faire un quelconque rapprochement avec son pater, c'est lui qui vient de se lancer et qui est au turbin, chacun son tour!
Accueil tout sourire, terrasse agréable, menu à 13€ ou 15€ (avec le dessert) le midi, le portefeuille reste souriant et moi aussi depuis qu'une petite Nine de JB Sénat vient de poser son cul sur la table.
La dernière fois que j'ai mangé des oeufs mimosas? C'est pas dur, c'était il y a un mois jour pour jour, je m'étais collé d'en faire une petite centaine pour une de nos soirées auvergnates, mon poignet s'en souvient encore, saleté de fouet! oeufs-de-mimosa.JPGDu coup, c'est vrai que d'en trouver de bien frais faits par un autre dans un simple menu déj ne m'a pas déplu. Ca fonctionne toujours ces petites choses là, un douillet lit de mâche pour la jouer équilibre et c'est parfait.
Porc noir bien cuit et goûtu avec ses patates et son petit ail confit pas mal du tout. Personnellement je me serais passé du flan de courgettes, ce n'est pas mauvais en soit mais cela ne m'a jamais passionné, si j'y avais gagné 50g de cochon en plus et 5 ou 6 patates, je signais de suite… Ou un petit coup de jus de cochon et 2 3 carottes? oui aussi mais pas de problème c'était bien quand même.
Un nouveau resto sérieux ça le fait, on peut boulotter une belle côte de boeuf, se taper une poêlée de cèpes ou un foie gras maison, un bon poisson à la plancha, on est dans un registre bistrot classique, et bien fait, ça fonctionne toujours!
Ajoutez à cela, et c'est souvent là que le bât blesse, qu'il est possible de se taper quelques bonnes quilles bien gouleyantes et y'aura plus de raisons que cela ne tourne pas!
Bon appétit, je comprends que l'histoire de cèpes ou de côte de boeuf vous ait filé la dalle…


Jour de Marché . 4 place Damloup . 31000 Toulouse . 05 62 16 99 80

                                                                 Jour de Marché sur Facebook

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 12:36

Rien de bouleversant, pas de grosses surprises, mais ce n'est pas non plus ce que je recherche quotidiennement.
Une rue Peyrolière plus renommée pour ses Indiens, bars et brunchs que pour sa gastro, qui se voit doter là d'une adresse qui tient bon le trottoir, c'est déjà bien.
Le sot passe et m'y laisse, je suis pas mal en terrasse. A 2, celui avec vue sur rue est encore mieux, il est toujours plus agréable d'observer le baladin…ou la baladine, que le compteur électrique.
Chef iroquois très sympa, service en accord et menu à 16€ le midi, 26€ le soir, honnête non?
Une petite quille bien buvable est posée sur la table, un pain délicieux pointe son museau du sachet, et c'est parti pour une assiette de museau et oreille de cochon, poireaux pickles;cochon.JPG Y'a pas à discuter, c'est bon, frais et bien assaisonné, une belle assiette canaille comme je les aime.
Les plats font partis des aléas des menus courts, il y a des jours avec et des jours sans, pas envie de pasta et le wok d'onglet tendance asiate ne m'a pas fait vibrer. Point d'erreurs par ailleurs, viande tendre, légumes croquants, bon assaisonnement, mais cela m'a plus nourri qu'intéressé, c'est comme ça. Les pommes boulangères auraient quand même gagné à être plus gratinées et confites, un peu trop de liquide sur ce coup là.
Panacotta de bonne tenue, café, et c'est fini, soleil en prime, bonne journée!

Le Solilesse . 40, rue Peyrolières . 31000 Toulouse . 09 83 34 03 50

                                                                   www.solilesse.com

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 17:37

9h samedi matin, marché pluvieux, marché heureux. J'aime la pluie en septembre, elle est synonyme de champis, de châtaignes, de feux de cheminée et donc de week-end cantalou!
Ce matin là, d'autres toulousains auront préféré rester au chaud chez eux, moi je fantasmais de sous mon parapluie, non un week-end auvergnat mais l'ouverture de Sandyan et d'un bon café chaud bien accompagné.Sandyan 27-08-13 BD-32Et oui pauvre sudiste gourmand que je suis, j'ai eu beau chercher, j'en suis resté aux classiques de mon boulanger rue de la Concorde et attend mes virées parisiennes pour aller taquiner le Saint'O de Conticini (pâtisserie des rêves), le millefeuille d'Hermé, les éclairs d'Adam, les choux de Martinez, la tarte au citron de Marletti ou encore la religieuse de Michalak, et je ne parle pas des macarons. Je n'ai rien contre le Poussin bleu, la Bonbonnière ou Pillon, mais pourquoi étions nous l'une des rares villes de cette taille à ne pas avoir notre pâtissier un peu moderne, au courant des tendances, ne nous gavant pas de fraises en décembre (enfin j'espère…), laissant des institutions non bousculées poursuivrent leur train-train quotidien?
Rien que pour ces raisons, je suis heureux!Sandyan 26-07-13 BD-24Yannick Delpech (chef 2 macs de l'Amphitryon à Colomiers) et son associé Sandrine Batard se sont lancés! Accompagnés de Justine pour tenir la boutique et de Nicolas Buche (ancien Chef pâtissier de Michel Sarran) en chef pâtissier, ils ont enfin ouvert LA pâtisserie: Sandyan.
Présentation moderne, "horlogère" dirais-je, les petits gâteaux sont présentés sous cloches et arrivent tout frais du labo en dessous pour satisfaire nos papilles en émois. Salon de thé très sympa à l'étage au dessus, expresso à 2€50, ça tient la route.Sandyan--22-05-13--BD_83.jpgNiveau pâtisserie, on navigue entre classiques revisités et créations, éclair Paris-Brest à tomber, belle religieuse à avaler après la prière du salut, et millefeuille vanille caramel carrément addictif!
Et je parle d'un jour d'ouverture, pas de temps de rodage… "hum trop bon papa" me sortira le Baz, une belle tâche jaune sur son pull, parlant de son oeuf à la coque, mangue et crème au thé vert… déjà rodé visiblement.Sandyan 27-08-13 BD-38Les macarons sont parfaitement exécutés, légers, ça croque et ça fond, petits chocolats par-ci, brioches feuilletées par-là, on fini sur les bombes glacées, et ce n'est pas sans une larme (caramel et beurre salé, couverture Jivara lactée, confit de raisin et nougatine pour cette fois) que je m'en vais… au revoir et à bientôt c'est sûr!!!

 

PS: Oui, je sais, les photos sont trop belles pour être de moi... elles sont d'Emilie Gentil, merci encore!!!

 

Sandyan . 54bis rue Alsace-Lorraine . Toulouse . 05 61 21 45 64

                                                                             www.sandyan.fr

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 12:00

On y est, la "food truckisation" est en branle partout, elle amène tout son lot de péquin attiré par le terme ricain comme d'autres tombent dans la bistronomie ou dans le canaille et cela n'aura pas que du bon. Depuis le Camion qui fume à Paname, le truck est partout et ça en devient débile (mais j'adore le concept). L'autre fois dans un classement des trucks toulousains, je constate qu'il y en a au moins une dizaine de répertoriés, pizza dédé et cie... Le camion qui vend des sandwichs aux coeurs de canard à côté de mon taf depuis 10 ans va être content de savoir qu'il est mode! Là où le phénomène s'étouffera sûrement chez nous alors qu'il prend à peine ce sera déjà au niveau des emplacements, je n'ai pas encore vu de 5ème avenue à Toulouse et les espaces publics leurs sont interdits donc difficile de se faire une place...restos-2-0265.JPG Et oui, il est plus facile de stationner dans une avenue de 30m de large que rue Saint-Rome (Toulouse), bref la typologies des lieux est vraiment différente (rappelons quand même qu'à Chicago ils ont du dégager du centre, d'où la fermeture de certains d'entre eux). D'autres parts, aux Etats-Unis, le grignotage est culturel, tout le monde à quelque chose à manger ou à boire (le fameux thermos) à la main en permanence, ici il y a intérêt à être rentable entre midi et 2. Et enfin, rappelons à nos food truckers français qu'il n'y a pas que le burger dans la vie. Si vous voulez faire ricains, sachez qu'aucun food truck (tels qu'on l'entend rutilant, costaud, joli et motorisé) ou presque ne vend de burger, see there!. Ceux ci sont réservés aux Pakis et leurs cahutes juste un peu plus grosses que celles à hot-dog. Mais nous ne sommes pas aux states et n'avons pas encore de Wendy's, Burger King, Mc Do et cie à tous les coins de rue, donc... oufff.

Pour revenir à notre petite Cook Mobile toulousaine, elle est pour l'instant un peu perdue dans la Zone de Saint-Orens, pas loin de Leclerc, Casto et consorts. restos-2-0250.JPGNiveau look, elle pète pas mal, elle a du style toute de noire revêtue et son logo est bien trouvé. Niveau food, il y a du burger mais pas que, quelques desserts et les softs classiques. Le burger en étant gentil, est prometteur, le bun artisanal est très réussi dans le sens où il reste mou et bien brioché, un gage de bonheur pour moi. Malheureusement l'osmose constituante du fatal burger ne se fait pas, les ingrédients ne s'amalgament pas, la viande est trop juteuse, j'avais une mare à mes pieds au sortir de la dégust', la sauce n'est pas assez présente ou en tout cas ne forge pas une identité à la bête, bref on n'y est pas vraiment mais les éléments sont là, reste plus qu'à travailler. Niveau frite, ça tape là où ça fait mal, elle est maison donc comme assez souvent, trop cuite et mollassonne.restos-2-0257.JPG La frite maison pour être au top doit être choyée, précuite et rendue croustillante par un dernier bain minute, sinon c'est pas la peine, il y aura moins de surprises avec Mc Cain.

Quant au dessert, j'ai pris une panacotta, de celle qui fait que beaucoup ne l'aime pas alors que j'en raffole (quand elle est tremblotante et bien vanillée). De la brique, sans saveur dominante à part le coulis de fraise du dessus, elle a fini prématurément dans la poubelle. On m'a par ailleurs affirmé que c'était une bêtise et que ce n'était pas le cas d'ordinaire... il aurait fallu me le dire avant... Bref, convaincu par la démarche mais moins par la nourriture qui demanderait quelques réglages, quelques tests. Une belle volonté de bien faire, la viande est française, le pain est fait par un boulanger du coin, les fruits et légumes viennent de producteurs locaux, sympa, mais peut mieux faire au niveau de la transformation...

 

Follow the Cook Mobile on Facebook & Twitter .

Partager cet article

Repost0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 17:44

Met by Rod N'Roll B&W© 5

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_31.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_83.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_37.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_28.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_44.jpg

 

Met by Rod N'Roll B&W© 109

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_104.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_87.jpg

 

Ça sent la fin tout ça n'est ce pas?

 

Pour voir l'intégralité des photos c'est sur Facebook

Partager cet article

Repost0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 08:01

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-40.jpg

C'est sur cette moule marinière frites que l'on a commencé. Elle était servie accompagnée d'un cassoulet revisité et d'un stick de tête de veau, émulsion gribiche. Un tour de France miniaturisé pour mettre les estomacs en jambes...Bon appétit!

version-6.jpeg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-84.jpg

Maquereau mariné/brûlé au sésame. Crème de Basmati. Pickles (vinaigre de riz, mirin, shizo et poivre de Pondichéry). Radis noir. Riz soufflé. Shizo, pousses et graines germées. Granité vinaigré.

version-7.jpeg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-128.jpg

Oeuf basse température. Poudre végétale. Quinoa croustillant. Shiitake sautés au sésame. Emulsion shiitake. Mélange de pousses et de champignons Enoki crus. Tempura de champignons noirs.

version-8.jpeg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-227.jpg

Le cochon dans tous ses états! Poitrine cuite sous vide et confite. Cromesquis de tomate, boudin noir et pieds. Filet mignon. Pieds en support d'asperges au lard poivré et calamars. Un bon jus de porc tranché au lard de Colonata sera versé sur la poitrine et le filet... ça me donne la dalle!

version-9.jpeg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-278.jpg

Crème à la cardamone. Rhubarbe confite. Fraises. Cristallines de fraises et rhubarbe. Pop Corn. Basilic frit et pesto. Petites meringues et soupe de fraise glacée servie à table.

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-212.jpg

Minis pommes d'Amour et petits beignets de foire pour finir en beauté! J'espère que cela vous a donné faim, à bientôt pour l'action!

Photos par Emilie Gentils

Partager cet article

Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:08

Comme promis, on commence avec quelques clichés des ingrédients, suivront les plats puis un peu d'action avant de conclure sur un petit article... Hey oui, il faut bien assumer le statut d'arroseur arrosé... version-3-copie-1.jpeg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-05.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-91-copie-1.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-169.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-c-Juin-2103-02.jpg

 

version-5.jpeg

 

La suite By Emilie Gentils bientôt...

Partager cet article

Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 12:21

Parce que nous avions le plaisir d'avoir la photographe culinaire Emilie Gentils à nos côtés le 5 juin dernier au Metropolitan pour le dîner 4 mains, Rod'N'Roll & Jérémy Morin. Cette semaine sera consacrée à de jolies séries illustrant la soirée, pour vous en faire profiter pleinement! Enjoy!

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_3.jpg

 

Merci encore Emilie!

Pour vous en prendre plein la vue et vous lécher les babines, c'est là: The FoodEye , Facebook

Partager cet article

Repost0
24 mai 2013 5 24 /05 /mai /2013 08:35

 

 

 

Invit-MET-blog

 

 

Venez Nombreux!!! Et encore merci à Mam'zelle Diane pour ce joli visuel

Partager cet article

Repost0
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 11:57

Il était temps.
Si vous aussi vous en avez marre d'être pris pour un gogo, de payer quelques accras basiques presque 20 balles alors qu'au marché de l'Union on vous en file une barquette pleine pour 5€, et faits devant vous SVP; un tourteau 29€, no way!
Si vous aussi, raquer un repas dans un endroit qui vous cuit juste du poiscaille, aussi cher que dans un 2 mac Michelin vous paraît anormal?
Et bien maintenant à 20m, une alternative s'offre à vous en Le Comptoir du Vin.
Ici on boit juste et c'est déjà bien, une coupe de Drappier brut nature, un verre de Morgon de chez Lapierre ou un mâcon village de chez Valette n'attendent qu'à être dégustés.DSCN4559.JPGPour cela, on pose un cadre très sympa avec ce grand zinc en U au milieu et ces tables hautes un peu partout, tabourets de rigueur, et on s'assoit.

Ah, quelle bonne idée que 9 potes aient aidé un des leurs à ouvrir ce spot rue du pont Guilheméry! Avec Yves Camdeborde dans le lot, on se doute que si conseil il y a, il sera avisé mais déjà, Emmanuel Marinoni, le tenancier, a pour lui l'accueil dans le sang et un sourire non forcé aux lèvres au naturel.
En cuisine on retrouve Benoît Jurado, ancien second de l'Air de Famille place Victor Hugo, également passé par le Vivier (étoilé à l'Isle-sur-la-Sorgue).
Il dispense une cuisine pour l'instant encore proche de celle de Georges Camuzet, en tout cas dans ses cuissons et ses consistances, mais l'avenir lui appartient, le temps de prendre ses marques ainsi que ses aises, et ça roulera tout seul.DSCN4562.JPGPas d'embardées cela-dit, piquillos farcis de brandade parfaits, risotto aux chipirons et jambon croustillant efficace avec un bon jus de viande et une liaison plus nappante que coulante, on sait ce que je pense des risottos trop consistants mais il faut reconnaître que c'était bien gourmand tout de même. Panacotta aux fruits rouges tremblotante et vanillée, on ne lui en demandait pas plus, nickel.
Le Domaine Vieille Julienne (côtes du Rhône) accompagnera très bien tout ça, rien à dire, un bon moment. Menu à 19€ et boutanche à 25, pas volé, le soir on fonctionne en mode tapas et grand écran, pour les fans de soir de match, voilà une alternative sympa à l'alliance bière/chips.
Je crois que vous n'avez plus qu'à y faire un saut non?

Le Comptoir du Vin. 20 rue du pont Guilhemery . 31500 Toulouse . 05 61 27 94 34

Partager cet article

Repost0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages