750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 08:00

Si vous passez au maintenant très célèbre Cap Ferret, vous n'aurez pas un choix monstre de resto. Hormis le Bouchon du Ferret, la très connue Hortense pour ses moules et ses superbes frites ou le Pinasse café...c'est même un peu le désert. J'avais un soir pour un resto, bouchon du Ferret complet, ce sera le Pinasse café, accolé à l'embarcadère, vue splendide sur le bassin d'Arcachon... restos-1404dqs.JPG

Cela aurait été top au soleil couchant, ce sera sous la pluie, c'est quand même joli! On passe devant l'Escale, autre resto de l'embarcadère qu'il vaut mieux éviter, et on tombe sur la terrasse du Pinasse. Vaste et charmante, vue imprenable sur le Pyla, le bassin et ses parcs à huître. Apéro en règle, friture de calamars superbe, il faut le préciser car c'est très souvent de la merde décongelé, et fruits de mer d'une extrême fraîcheur. Le contraire m'aurait fait sortir de mes gonds mais on ne sait jamais, la plupart des poissons des Halles de Piraillan viennent bien de je ne sais où...mais pas d'ici, see?restos 1407 Soupe de poisson, moules à l'étouffées d'aiguilles de pin, marinières ou encore brochette de thon mi-cuit en entrée. Ça roule, jus des moules aux aiguilles de pins particulièrement top et le reste, globalement  bon à l'instar du thon, bien assaisonné et bien cuit... Plat bien servi dans la continuité, superbe morceau de cabillaud, mais la sauce cacahouète le recouvrant était trop épaisse, vulgaire bien que pas mauvaise en soit. Maigre juste snacké, sauce vierge...on est dans le produit et la simplicité, ça roule; le filet de boeuf était parfait avec ses morilles, pommes gaufrettes.restos-1425.JPGLes portions étant plus que généreuses, on se cantonnera à un colonel en dessert...ils ont suivi les même préceptes: Servi dans un bol notre sorbet citron vert/vodka, ça réchauffe! Globalement, avec Y Gravelier et sa longue vue qui surveillent les cuisines de Bordeaux, ça roule, les produits sont tops; ce ne sera pas le resto de l'année, on est un peu brouillon sur les sauces, mais ça passe plutôt pas mal. En tout cas j'y ai passé une super soirée avec des bons potes, j'aurai donc des difficultés à en dire du mal d'autant plus qu'il ne le mérite pas! Ferret Capiennes, Ferret Capiens, je vous salue bien!

 

Le Pinasse Café . 2 bis avenue de l'océan . 33970 CAP FERRET . 05 56 03 77 87

                                                                          www.pinassecafe.com

 

Bouchon du Ferré . 2, rue des palmiers . 33950 CAP FERRET . 05 56 60 67 51

Chez Hortense . pointe du cap au CAP FERRET . 05 56 60 62 56

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 08:00

Seule table étoilée entre Angoulême et Cognac...j'avais eu l'occasion d'y passer 2 fois il y a 3 ans et c'est avec un bon à priori que j'y suis retourné. Quid de ce déjeuner chez Thierry Verrat à la Ribaudière?

Le cadre est toujours aussi moderne, la terrasse surplombant la Charente et le château de Bourg-Charente toujours aussi agréable mais ce sera pour une autre fois, il pleut. Accueil aussi sympa qu'au téléphone et promesse de timing serré tenue, j'ai faim mais 4h de route m'attende après les agapes. Prix un poil excessifs, 42€ le menu du marché (Même prix que chez Sarran à Toulouse, vin compris, 2 étoiles, centre de Toulouse...see?), le menu dégust à 78€ tient la route mais ce ne sera pas pour moi un midi. Plutôt celui à 52€ avec 1 entrée qui se transformera en 2 (erreur de service). C'est parti avec "l'erreur" et quelle erreur, la meilleure idée qu'ils aient eu, ce fut mon meilleur plat ce midi-là: foie gras poêlé, bouillon frais de crustacés, févettes et aromates.entree-foie-gras.JPGRemarquable, l'ensemble se combine à merveille et c'est un régal, le foie gras crousti-fondant dans son bouillon froid iodé s'exprime parfaitement, merci de vous être gourés les gars. Ma crème de poissons de roche, encornets et bouchons de langoustine arrive ensuite, ça tient bien la route quand même, la rouille au safran des Charentes est relevée juste comme il faut, la soupe de poisson délicieuse, un bon petit plat de la mer, classique et efficace.entree-soupe-poisson.JPGPetite déception sur la pièce de boeuf maturée du limousin...servie juste poêlée avec des patates sautées/confites et de la moelle sous croûte noire, aspect truffe. La viande était délicieuse mais j'ai la même chez mon boucher, cela tendait plus vers le plat de brasserie que vers le gastro...c'était bon mais cela manquait d'une pointe d'originalité.

Le pâtissier a été champion de france de dessert à l'assiette, autant vous dire que cela avait de la gueule, sorbet d'une précision rarement goûté ailleurs, c'était divin.dessert-agrumes.JPGJ'ai omis de vous parler du chariot de fromage digne de son nom, un choix énorme notamment au niveau des chèvres, normal, mais ça le fait.

Voilà un bon petit déjeuner dans les Charentes, j'avais gardé un souvenir plus percutant de la cuisine et ce déjeuner ne me laissera pas une image grandiose, on ne peut pas tirer au centre à chaque fois, ça reste correct. La salle manque de professionnalisme, les petits jeunes font correctement leur boulot, mais il faudrait plus d'entrain, de soleil, cela joue un rôle important dans un repas...Bon point pour les horaires, j'avais demandé à être servi rapidement et ce fut le cas. Bon point également pour le très jeune chef de salle, passé chez les Coutanceau à la Rochelle, qui relevait pas mal la barre. Bref, vous pouvez y faire un tour si vous passez par-là, vous êtes au milieux des vignes de Cognac...et dans ce genre de région, dieu sait que les routes des vins sont rudes. Bon appétit!

 

La Ribaudière . 16200 Bourg-Charente . 05 45 81 30 54

 

                                                                                   www.laribaudiere.com

Partager cet article
Repost0
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 08:00

Il était évidemment impossible que mon passage à Pau se fasse sans un diner chez "Ruffet" à Jurançon. 5 ans Palois, 5 ans de déjeuners et de dîners chez Stephane Carrade, super chef qui sort des sentiers tous tracés du "gastro" classique. Je n'y ai jamais mangé la même chose, et y ai toujours passé de bons moments. Aujourd'hui, Stéphane est parti à Gujan-Mestras (bassin d'Arcachon) tenir les rênes de la cuisine de la Guèrinière (1 mac michelin) et c'est son ancien second, Alexandre Paget, qui occupe maintenant seul les cuisine de Chez Ruffet, et encore une fois, j'emmerde les détracteurs, j'y ai très bien mangé!

J'avais checké les menus sur le net et celui à 64€ me semblait bien gourmand, c'est donc tout naturellement que je me suis tourné vers celui-ci. Un filet de caille cuit au plat, nappé polenta crémeuse, graines torréfiées en entrée.Un petit jus là-dessus...vous vous doutez bien que cela ne peut pas être dégueu, juste grandement plaisant. La polenta crémeuse à souhait donne dans le bonheur. "Goûteusement" adoucit par le jus de viande, quelques graines viennent y mettre leur grain de peps, rien à dire de plus. polenta-caille-ruffet-2.JPGIl y a un plat dans le menu qui me taraudait et un autre qui me faisait de l'oeil...Le premier était le Maquereau poché, intérieur brunoise de légumes, syphon langoustines basilic, et le second la Bolognaise de homard, gros macaronis gratinés. Le "vulgaire" poisson s'est révélé être inattendu et remarquable, d'une cuisson parfaite, ensemble divin. Alors que le roi des fonds marins était limite à l'étroit avec une bolognaise un peu sèche, un peu plus crémeuse, elle aurait magnifié l'ensemble, dommage, c'était bon, ça aurait dû être THE plat.DPP_000133.JPGUn dessert qui, encore une fois donne dans le léchage d'assiette: Tube croustillant sésame, chantilly nutella, ananas et sorbet fromage blanc vanillé. Comme Stéphane Carrade avant, on sent qu'ils ne concourent pas pour le "dessert of the year", mais quand leurs gourmandises sont réussies, et c'est quand même souvent le cas, on est dans le plaisir sans chichi, dans la gourmandise. Je ne suis pas le meilleur juge, car quelque part, je préfère le nutella au chocolat le plus pur alors...shame on me? rien du tout, j'assume.

Voilà, cette soirée illustre très bien tout ce que j'ai toujours trouvé Chez Ruffet. Une cuisine spontanée, qui ne donne pas forcément dans le design culinaire, et qui justement s'illustre par ça. Le service a bien trouvé ses marques, maître d'hôtel très sympa et de bons conseils (il était déjà passé par la maison), et je remercie Tony Parker d'avoir décalé son dîner au samedi, cela m'a permis d'avoir une meilleure table. Tout est dit, si vous passez par Pau et que vous cherchez une bonne table, en voilà une très bonne (Jurançon est à un pont de Pau), collé aux coteaux du bon blanc moelleux du même nom. Adichat!!!

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 08:00

J'ai vécu 5 belles années à Pau, des halles superbes avec de magnifiques producteurs (je vivais en face...) les vignobles de Jurançon à 2 pas, ceux de Madiran à 3. Des girolles et des cèpes à ne savoir qu'en faire à 20mn, les producteurs d'Ossau Iraty sur la route...un régal. Côté resto, pas grand chose à se mettre sous la dent, l'italien Gusto en ville (quartier du hédas), peut-être chez Pierre pour faire le bon palois, l'Auberge Labarthe à Bosdaros (1 mac michelin), bon mais salle un peu glauque, et surtout chez Ruffet (étoilé michelin aussi) à Jurançon, époque Stéphane Carrade où j'ai connu le menu à 23€ tout compris, renouvelé tous les jours, c'est pas beau ça? Son second tient dorénavant les rênes du resto, et c'est toujours aussi bon, un post à venir.

J'ai toujours eu l'impression qu'à Pau, on n'aimait pas être bousculé, un tartare au Berry, une garbure chez Pierre ou un foie gras au Fin Gourmet, les autres??? de la merde, ah bon? Et pourtant, Jean-Pascal Revol a balancé sa boule dans le jeu de quille, ouvert ses Papilles Insolites et à voir le carnet de réservation, j'ai l'impression qu'il y a bousculade! Plus d'un an que je conseille à des amis d'y aller sans jamais y avoir mis les pieds, une intuition jamais trahie par les "merci, c'était top", m'y voilà enfin rendu.restos-2143.JPGLe J-P Revol, c'est pas un tocard, ancien sommelier de Guérard, Troigros, du Moulin de Mougins...des caves Taillevent, il connaît le métier; avec un Japonais passé chez Senderens et Dutournier en cuisine et une Japonaise douée en dessert pour les sucreries...vous imaginez le truc, et vous pouvez, c'est top! Mon foie gras poché au bouillon "dashi-soja" et sésame était remarquable, un plat de chef parfaitement exécuté qui m'a régalé les papilles! Les plus classiques boudin noir de Christian Parra (de Urt) ou p'tit tartare de "boeuf-pickles" étaient remarquablement maîtrisés eux aussi, et ce Boudin de M'sieur Parra, quel produit!

Daurade, risotto au vert et "Kaisou"...je m'en suis régalé, un risoto al dente qu'un oeuf cuit à basse température vient lier, c'est crémeux, fondant, le poisson et sa peau croustillante me régalent, un plat bonheur!restos-2146.JPGOups, j'oubliais le tempura de petites courgettes fermes à croquer.

Épaules d'agneau des Pyrénées et légumes confits. Cuisson parfaite, vous n'en doutiez plus de toutes façons, jus remarquable et légumes juste hummmm. Il n'y a plus grand chose à dire car tout était vraiment bon, gourmand, même la petite gougère à la crème montée aux oeufs de lumps était parfaite, crème aérienne et gougère crousti-fondante, un régal de mise en bouche simple.

Côté dessert, panna cota vanille granité pêche basilic, un petit peu de sablé façon crumble, 2-3 quartiers de pêche...aie aie aie, panna cotta tremblotante, fraîcheur, croquant...délicieux. Fondant Guanaje 70%, turron mousseux d'Alicante, ou encore Bavarois mascarpone "fraise/cerise" Amarena, tout un programme... une petite "pléiade", un roman, mais passionnant le truc, à s'endormir avec l'histoire et le goût encore en tête.restos-2147.JPGEn fait, les Papilles Insolites, c'est du sentiment, le vin et l'assiette s'expriment, c'est agréable en bouche, enivrant. Les conseils et les avis sont les bons, "tel plat est un plat de cuisinier, tel autre, basé sur le produit", le choix des vins est judicieux, pinot noir Irancy du côté d'Avallon remarquable comme ce côte du Rhône Blanc dont je ne me souviens plus du nom, un bonheur sec et fruité.

J-P Revol, sous ses faux airs de Corto Maltese aventurier des terroirs sait nous éxalter le gosier. On passe une très bonne soirée dans cet endroit difficilement qualifiable, rempli de bouteilles, plancher et zinc'apéro, ardoise à l'entrée. Une super adresse qui donne du pep's à la gastronomie Paloise, registre bistronomique parfaitement exécuté avec quelques touches japonisantes non négligeables. Je suis rentré à Toulouse et j'ai hâte d'y retourner tellement la soirée fut bonne, mes compagnons de soirée y étaient évidemment pour quelque chose, ce fut un tout...tout à fait parfait.

Quelques précisions avant de vous laisser à votre journée: entrées de 8 à 11€, plats entre 19 et 23€, desserts à 8 et 9€. Menu à 16€ le midi. Vins au prix cave le midi et +7€ le soir, c'est cool et il y en a pour toutes les bourses, le bonheur quoi...avouez, vous avez les papilles qui frétillent??? filez-y, bon appétit.

 

Les Papilles Insolites. 5 rue Alexander Taylor. 64000 PAU. 05 59 71 43 79

 

                                                                        Le blog des papilles

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 08:00

Retour de Barcelone un jour de départ en vacance. La pause dîner est déjà prévue à Fontjoncouse, mais il faut bien gérer le timing en ce jour de surcharge routière... Arrivée avant l'ouverture de la salle, apéro en terrasse. Je dois dire qu'avec la chaleur, le petit vent des corbières n'était pas désagréable à venir chatouiller nos lèvres à chaque gorgée de blanc frais. Cela nous a donné le temps de checker le menu et de nous décider sur le menu classique à 125€ avec l'oeuf pourri de truffe et le rouget, grands classiques de Gilles Goujon.

L'Auberge du Vieux Puits est 3 étoiles michelin depuis l'année dernière, une consécration pour le chef et une grosse aide quand on est paumé dans les rudes corbières. Loin de moi l'idée de critiquer gratuitement un 3 "mac", de l'encenser ou pas, je vais juste vous faire part de mon dîner et de mon ressenti global.

Accueil comme je les aime, décontracté, très sympa, on nous met à l'aise et c'est un point de départ obligatoire à un bon dîner. Les mises en bouches avec l'apéro sont remarquables, elles laissent toutes ce petit goût de revenez-y, surtout la boule éclatante au jus de truffe...aie aie aie. Petit verre à l'araignée de mer en pré-entrée, c'est frais, simple, agrumé, parfait.DPP_000121.JPGL'oeuf pourri de truffe en entrée: s'il ne fallait ne retenir qu'un plat, ce serait celui-ci. On vous amène votre oeuf tout seul, abandonné sur son assiette le pauvre. Puis on vous l'entaille et un liquide noir et odorant se répand dans votre assiette, on verse alors autour un sabayon truffé et on râpe quelques lamelles de truffes dessus. Résultat: on mange de la truffe par tous les pores et ça c'est agréable, car même si ce vénérable champi sent très fort, il est très souvent bien moins réactif à la dégustation, tout dans la subtilité, d'où le peu d'accords parfaits possibles.

Filet de rouget barbet, pomme bonne bouche fourrée d'une brandade à la cèbe en "bullinada", écume de rouille au safran. Un autre plat emblématique de notre cher MOF, je l'avais déjà mangé 2 fois et en avait gardé un souvenir ému, il fut ce soir là un peu trop relevé, le bouillon emportait un peu tout sur son passage, dommage même si cela restait très bon. Suprême de pigeon "king argenté" aux cerises en croûte de pistache, la cuisse poêlé au navet, et polenta crémeuse. Tout est parfaitement juste, les cuissons, les déclinaisons, sauce et polenta. Chariot de fromage de champion du monde...servi par un jeune passionné qui donne envie de croquer dans la première meule venue.DPP_000124.JPGSoupe de cerises "folfer" au vin d'épices rafraîchi à la glace amareto, mini sablé Montecao "coupo santo". Frais, remarquablement maitrisé jusqu'au moindre détail, c'est bon.

Voilà, comme vous l'aurez compris, tout était très bon, exécuté à la perfection (bémol sur le rouget) mais restant dans un traditionalisme et une simplicité sûrement assumée par le chef. On ne s'émeut guère à part sur l'oeuf, car même si tout est très bien fait, il manque un brin de fantaisie et de peps! J'ai passé une très bonne soirée, je l'ai payée aussi mais il manquait ce petit truc qui fait que l'on passe un dîner magique, étonnant. A part cela, le personnel est d'une gentillesse à toute épreuve, l'ambiance est décontractée, la typicité du service et de la cuisine veut qu'à chaque plat on vous serve la sauce ou autres accompagnements en "live", on aime ou pas mais c'est comme ça. Niveau tarifs, ce n'est pas donné, forcément, cependant, on reste bien loin d'autres 3 étoilés, comptez minimum 150€/tête le soir en tenant compte du vin qui reste abordable. Le coin est superbe, vous êtes à 2 pas de tous les bons corbières...voilà une bonne perspective de week-end non?

 

L'Auberge du Vieux Puits. 11360 Fontjoncouse. 04 68 44 07 37

                                                                      www.aubergeduvieuxpuits.fr

Partager cet article
Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 08:00

Un restaurant de Périgueux qui a obtenu son bib gourmand dans le dernier guide Michelin...ça m'intéresse. D'autant plus qu'il ne me demandait pas de détour particulier, limite si je me suis déposé sur mon siège à 12H30 pétante.

Sud Ouest dit qu'ici "l'écart Bib étoile est mince" et c'est bien là le petit soucis du guide rouge actuellement (même s'il reste à mes yeux une valeur sûre). En effet l'écart est mince avec certaines tables étoilées, je dirais même qu'il n'y en a pas, mais il est bien présent si on le compare à d'autres. Le Grain de Sel, est, avec l'Essentiel (l'étoilé de la ville), l'établissement bourgeois Périgourdin: une patronne un poil stricte à l'accueil, déco classique dans le genre, service attentif sans plus, tous les petits trucs justement révélateurs de l'étoilé Michelin de base (même s'il ne l'est pas). Menu dans les 20-25€ le midi, on est dans les prix.tartare-de-maigre-perigueux.JPGUne petite rillette de poisson pour attendre, et voilà une mise en bouche au bel accord: crème d'asperges vertes et petits morceaux de lieu jaune bien sympa, ça fonctionne, autant que l'entrée qui m'a surprise il faut le dire: tartare de maigre, ok, ça c'est bon, mais des carottes en accompagnement...bizarre, bizarre. Pourtant, je dois reconnaître que mangé ensemble, c'était plutôt pas mal du tout, le petit côté caressant d'une carotte bien assaisonnée venant adoucir un tartare parfait, le croustillant amené par le pain grillé et le coeur de sucrine: ça fonctionne. Ce n'est pas extraordinaire, ce n'est pas un accord qui me marquera outre-mesure, mais il a quand même fait plaisir à mes papilles et franchement, un compressé de carottes cuites à l'anglaise en accompagnement d'un tartare, c'est pas commun...c'est goûtu...je me tais. Filet de lieu jaune, petits-pois et asperges, sauce passion.lieu-jaune-asperges-petits-pois-perigueux.JPGEncore une fois c'est juste, la passion n'est là que pour apporter l'acidité et le petit goût sucré de la sauce, il n'en fallait pas plus, les légumes sont bien cuits, l'ensemble est bien assaisonné, c'est bon. Comme le dessert autour de la mangue, tout est très bien maîtrisé, le sorbet, l'entremet et la tranche de pain perdu...j'adore le pain perdu.

Le Grain de Sel est sans conteste un bon restaurant de Périgueux, sans doute l'un des meilleurs avec L'Essentiel. Pas d'esbrouffes, pas non plus de folie mais n'oublions pas que la première chose que l'on demande à un restaurant est de bien manger, c'est le cas chez Alain Bannier (le chef). Petits Bergeracs très sympas (au justes prix) côté vin: Pas de problème, si vous passez par le Périgord (ce serait une bonne chose tellement la région est jolie), le Grain de Sel fera une très bonne halte gourmande.

 

Le Grain de Sel. 7, rue des farges. 24000 Périgueux. 05 53 53 45 22.

Pour un peu plus de Périgord...et d'Essentiel, c'est ici.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 08:00

Oui, j'y vais fort dés le départ...divin. Exagéré? je n'en sais rien, mais ce que je sais, c'est qu'après avoir succombé à de divins breuvages, Toulouse a gagné à San Sebastian, alors longue vie aux Eguiazabal!

Pour être plus sérieux, Mickaël Degueurce, le chef de la Royale  (restaurant à Anglet), m'avait conseillé d'aller jeter un oeil, ou plutôt une bouche avisée au Lieu Dit Vin Eguiazabal à Hendaye. L'un de ses anciens compères de brigade y tient les rênes de la cuisine: Vivien Durand qui comme Mickaël, vient de chez le "patron" Alain Ducasse et notamment de son Louis 15 monégasque. Ce sympathique endroit était avant tout une cave créée par la famille Eguiazabal en 1923, puis relancé dans les années 90 par Pierre Eguiazabal, venu étoffer tout ça de milliers de bouteilles (pas des moindres, quand on a été sommelier chez Chapel, qu'on est passé chez Meneau et Cousseau, on est pas un toquard) d'une épicerie fine, et d'un bar à vin. Puis vint le moment de proposer une cuisine en accord avec ses doux breuvages...d'où l'association avec le jeune chef Vivien Durand il y a environ 3 ans. calamars-eguiazabal.JPGJ'y suis allé un dimanche, donc je ne peux évidemment pas vous parler du menu "gastro" proposé autour du vin que vous choisissez, ni du menu en semaine, ni de grand chose en fait. Mais le peu que j'en ai vu a suffi à me donner envie d'y revenir, ce sera chose faite dans quelque temps évidemment.

A la base, nous avions prévu mon beau-frère et moi de n'y faire qu'un saut avant d'aller taper du pintxos à San Sebastian au milieu de supporters avinés et joviaux...résultat: que nenni, on est resté à Hendaye jusqu'à 16h, le temps de choper le train pour Anoeta (stade de San Sé), de se prendre 1 ou 2 bières et de s'asseoir à nos places. Bon, au vu des voitures garées devant, on aurait pu s'attendre à un truc guindé; je ne vais pas vous dire que vous allez pouvoir jeter vos serviettes par terre entre 2 cure-dent mais l'ambiance était franchement détendue, très sympa. eguiazabal-truite.JPGUne carte, devrais-je dire une bible des vins vraiment complète qui va du petit vin de producteur à "pas beaucoup" d'euros jusqu'à la Romanée Conti à plus de 5000€. Pleins de vins au verre tout à fait accessibles, le menu du jour (plus pour nous, on est arrivé trop tard), des tapas et 2-3 plats.

C'est pas tout ça, mais on a faim... ce sera la truite, les chipirons (calamars) et, en fonction de ce qu'il a pu nous faire, la poitrine de porc. Rien à dire, tout était très bon, même le pain visiblement "maison" était à croquer...Quantités parfaites, assaisonnements tout autant, gratin de macaronis en support à la poitrine juste crémé et légèrement gratiné: trop bon, j'adore le gratin de macaronis.poitrine-eguiazabal.JPGPlus de dessert, notre charmante serveuse nous à ramené un gros financier accompagné d'un espuma turon? praliné? je ne sais pas vraiment, c'était simple et très bien; Un bon chef qui fait du simple, c'est simplement bon!

Côté ambiance, un "troubadour" Basque avait sorti la guitare, un groupe de supporters biarrots se prenait en photo, quelques notables déjeunaient à côté, on fumait dehors, on chantait dedans, un sympathique moment d'avant match. Je pense que j'ai tout dit, alors si ça ne suffit pas à vous donner envie d'y faire un saut...flûte! J'attends de voir les autres restaurants à Hendaye...mais quoi qu'il en soit...flûte quoi!

 

Maison Eguiazabal, Lieu dit vin. 3 rue de Béhobie, 64700 Hendaye. 05 59 48 20 10

                                                                             www.eguiazabal.com

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 05:42

Depuis la publication de cet article, le chef Mickaël Degueurce est parti et tient désormais les cuisines de l'Avant Scéne à Anglet.

Brasserie bar/tabac...pas vraiment le genre d'intitulé qui vous fait fantasmer quand vous cherchez une bonne table un samedi midi. Je ne suis jamais contre un petit blanc au comptoir, mais il fait beau, on est à 500m de la plage et je me retrouve sur une place déserte: Pas franchement folichon...(hormis "Supervie", qui propose de très bons gâteaux basques). Je fais confiance à mon beau-frère dont c'est la cantine, il m'a promis un déjeuner des plus agréables...alors même si pour l'instant je cherche un "restaurant" dans le coin et ne vois rien d'autre qu'un bar-tabac...j'ai confiance et le suis...jusqu'à entrer dans l'antre de l'apéro en question: La Royale.

Un patron intelligent, qui au lieu de succomber à la facilité du pot-au-feu sous vide acheté 2€, revendu 13€ (cf Capital avril 2011) a fait confiance à un jeune chef: Mickaël Degueurce. 29 ans, ancien de la galaxie Ducasse: Spoon, Ostape; puis un petit coup de "Palais" à Biarritz, Grand Hôtel de Saint-Jean-De-Luz; à se demander ce qu'il fait là...du bien, du bon, de l'accessible...du Plus qu'accessible même: voyez ce risotto aux Saint-Jacques, servi dans le menu à 13€ en semaine...(Photo issue de facebook)la-royale-anglet.jpgOn s'en lèche les babines non? Oui vous avez bien compris: 13€ en semaine le midi...voilà ce que peut faire un chef motivé qui trouve des bons plans, des bons fournisseurs, des bon primeurs...un chef qui se bouge, se fait plaisir et nous fait plaisir. Le samedi midi, c'est 25€, il n'y a pas trop de monde, la clientèle "business" de la semaine est en week-end, tout comme moi, je suis là.

Tarte fine à l'ossau-Iraty, thon rouge juste saisi. C'est vif, il y a de la fraîcheur, le petit fond de tarte est parfait, le fromage ne se la joue pas, il est là en comparse et laisse le beau rôle au thon. De beaux morceaux juste snackés, crus à coeur et surmontés d'un beau pardessus d'herbes fraîches, dont la très "modeuse" herbe huître qui fait toujours son effet. J'aime, c'est gourmand, instinctif, vraiment le genre de plat que j'adore.thon rouge mi-cuitComme vous avez pu le comprendre, l'entrée était une tuerie. Maintenant, va falloir assurer le plat mon gars, car mes papilles n'ont pas envie de se mettre en berne; juste de se baigner dans un bon jus, de se napper d'un peu de sauce et de palpiter comme des petites folles.

Pigeon cuit de 2 façons, compressé de pomme de terre à l'olive noire. Visuellement, c'est un peu sombre et entassé mais on comprend tout de suite que l'on va se faire plaisir. L'envie de pousser un peu le volatile pour tâter du jus à coup de quignon de pain doit être réfrénée. Mais pas celle de choper les cuissots entre 2 doigts et de s'en mettre plein les babines...plaisir. Les suprêmes, juste saisis et finis au four sont parfaitement cuits, saignants à coeur; le reste, cuit dans le jus de carcasse, goûtu à souhait. Les pommes de terre fondantes, bien assaisonnées. Vraiment le plat qu'on aimerait partager avec tous les potes tellement c'est plaisir, tu colles un petit vin tannique là-dessus, c'est le paradis. C'est le plat de la converse; le plat des gourmands prêts à en découdre avec la rhétorique, la petite goutte de sauce au coin des lèvres.pigeon en 2 cuissonsDessert facile, léger, de saison: fraises et crème montée à la vanille. J'en demande pas plus, je ne suis jamais un grand fan des desserts "dithyrambiques", et préfère toujours la fraîcheur, la légèreté, ou carrément le régressif (et il y avait un nounours en guimauve au dessus des fraises...ah ah).

Bref une adresse hors-norme, difficilement qualifiable...mais si on mangeait aussi bien dans tous les pmu, bar/tabac, brasseries et restaurants un peu "standing", certains arrêteraient sans doute de casser du sucre sur le dos de notre cuisine. J'avais la chance d'être dans le petit jardin derrière et ils y gagneraient sans doute à l'aménager en véritable terrasse "côté jardin" quand même plus sympa que la terrasse ouverte sur la place. J'y retournerai? avec un beau-frère qui à chaque fois m'envoit les plats du menu à 13€ par mms et maintenant que j'y ai goûté? pour sûr mon ami. Petite précision pour les locaux du BAB (Biarritz-Anglet-Bayonne), le menu change tout le temps, en fonction des pêches, du marché, vous pourrez aussi bien tâter du boeuf bourguignon, des lasagnes ou de la blanquette, qu'un beau risotto, une crème de céleri au roquefort ou un thon rouge mi-cuit, crème d'avocat et vinaigrette au cidre. J'aime.

Brasserie fermée le soir. Menu à 13€ en semaine, 25€ le samedi midi.

 

Brasserie Bar tabac La Royale. 3 place Lamothe. 64600 Anglet. 05 59 52 13 66

Sur Facebook le chef mettait son menu du jour...et devrait continuer...so long...bye!

 

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2011 5 11 /02 /février /2011 09:00

L'autre jour, je pars à Paris et sur le coup de midi, il commence à se faire faim, dans 30 bornes je suis à Limoges, qu'est ce que je peux me faire à part un "Best of mac bacon" en bagnole?

Première adresse, l'Amphytrion, le bon petit gastro du coin, fermé le dimanche...ok. Le grill de l'anneau à Boisseuil, pareil, pourtant je sentais bien là le repère dominical des familles limousines en mal de Limousine (ah ah...). Allons nous garer dans le centre, on verra bien.

Glauque Limoges le dimanche...vous me direz, c'est le cas à peu près partout ce jour-là...mais quand même. La rue de la boucherie, repère des ripailleurs limougeauds...déserte, la place des halle...déserte, bref à part 2-3 Kebabs, le désert, vous l'aurez compris.

Et puis... à force de chercher, on trouve, et c'était plutôt pas mal: Le Versailles.

Registre brasserie classique, serveurs en tenue, on va pas se taper la cloche, il reste 400 bornes à se coller. Ce sera un tartare frites, ballon de rouge, café et roulez jeunesse!frites-versailles-limoges.JPG

Frites maisons bien croustillantes qui sifflent un air de revenez-y et tartare de boeuf très correct, rien à dire. Vous pensez bien que j'ai quand même demandé la carte pour y jeter un oeil. Elle m'a vite donné envie de m'y attarder un peu plus une prochaine fois: "salade de croquettes de pied de porc", "petites saucisses au muscadet" ou "oeufs pochés au vin de Bordeaux", j'en passe. Bref, gourmande cette belle brasserie "parisienne" historique de Limoges (depuis plus de 70 ans),  et si vous cherchez une adresse dans le coin le dimanche, vous n'aurez pas trop le choix, mais ce sera la bonne.

En même temps, vous n'êtes pas obligé d'attendre le dimanche pour y aller, à bon entendeur...!

 

Le Versailles - 20 place d'aine - 87000 Limoges - 05 55 34 13 39

 

Partager cet article
Repost0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages