750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 09:00

Petite recette sympathique du lundi, très facile et vraiment bien équilibrée; un régal.

Ingrédients: 200g de pâtes riso, 10cl de vin blanc, 50cl de bouillon de légumes, 20cl de lait de coco, 500g de filet de haddock, 50cl de lait, 1 petite échalote, 1 c. à soupe d'huile d'olive, sel, poivre, parmesan.

A la manière d'un risotto, chauffer l'huile d'olive dans une sauteuse, puis y faire blondir l'échalotte préalablement ciselée très finement. Rajouter les pâtes, bien les enrober d'huile (2 min) puis mouiller avec le vin blanc. Quand il est bien absorbé, rajouter du bouillon louche par louche jusqu'à ce que les pâtes soient fondantes. haddock-pate-riso.JPGAjouter alors le lait de coco, poursuivez la cuisson 2-3mn, lier avec un peu de parmesan râpé et c'est bon! Pour le haddock, le cuire au lait chaud (dans une casserole) avec une feuille de laurier, une demi échalote et un peu de poivre pendant 10mn, à vous de gérer le timing pour pouvoir dresser votre assiette dans les temps (faire chauffer le lait au début de la cuisson du "patotto"...ça devrait coller à peu prés). Servir bien chaud avec un trait de bonne huile d'olive.

C'est très simple et le résultat est nickel: le haddock apporte le côté fumé et salé, les pâtes contre-balancent dans la douceur grâce au lait de coco, qui, loin de dominer, amène juste un petit côté "smoothie" bien sympathique. Bon appétit! et bonne semaine...

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 08:00

J'ai toujours adoré les "trop facile" des mecs aguerris. L'ancien para qui veut te faire sauter de 5000m: "trop easy, t'es un oiseau mon pote..." mouais, pour l'instant je vais rester sur l'idée du singe et sur le sol le singe, sur le sol...Il y a aussi celui que tout le monde a déjà connu et qui, alors que tu viens d'avoir ton ourson, t'emmène sur une piste, dont le nom heureusement te cause direct: les creux...la varape...ou carrément le mur... mais du coup tu vas choisir l'option petit clope en redescendant par là où t'es venu: le télésiège.

La tarte tatin de Michalak, c'est pareil, c'est le champion du monde qui te le dit que c'est facile, alors toi, con, tu fais comme il te dit, mais tu te rends vite compte que c'est pas gagné quand même. Bon, c'est parti et on va essayer d'éviter les écueils.

Les ingrédients: 5 pommes (golden), 30g de beurre frais, 100g de sucre, 45g de crème fraîche liquide, 2 feuilles de gélatine (4g), 200g de pâte feuilletée (achetez-là à votre boulanger/pâtissier), 150g de crème épaisse, 100g de confiture d'abricot et 150g de pâte à streusel (la recette tout de suite): 125g de farine (t45), 125g de sucre glace, 125g d'amandes en poudre, 125g de beurre frais, 1 petite pincée de sel.recettes-5579.jpg Pour réaliser cette pâte à streusel: dans une jatte, tamiser la farine et le sucre glace, puis mélanger tous les ingrédients ensemble jusqu'à obtention d'une pâte homogène. Passer alors la pâte dans une passoire afin d'obtenir des petits morceaux de pâte. Cuire dans un four préchauffé à 170°c pendant 20-25mn. laisser refroidir et stocker dans une boîte en plastique dans un endroit sec. Pour la pâte feuilletée, étaler votre feuilletage à 2mm d'épaisseur, puis détailler un disque de 20cm de diamètre et laisser reposer 1h au réfrigérateur avant cuisson.Eplucher, enlever les pépins, couper les pommes en cubes de 5mm de côté, poêlez-les avec le sucre et le beurre jusqu'à ce qu'elles deviennent moelleuses. Dans une casserole, cuire le sucre à sec (sans rien) jusqu'à ce qu'il obtienne une couleur brun caramel. Puis ajouter la crème liquide, préalablement chauffée au micro-ondes, afin de dé-cuire le caramel. Donner une ébullition à toute la préparation. Verser dans une jatte, ajouter la gélatine préalablement ramollie dans de l'eau froide et essorée, puis les pommes poêlées. Couler ensuite dans un cercle de 18cm de diamètre et 2cm de haut chemisé de papier d'aluminium, congeler au minimum 1 heure. tarte_tatin.jpgIl ne reste plus qu'à disposer le palet de pommes Tatin sur le disque de feuilletage cuit. Napper de confiture d'abricots tiède à l'aide d'un pinceau, dresser la pâte à streusel autour de la tarte et servir accompagné de crème fraîche.

Bilan: ce fut bon, mais je vais vous permettre de la réussir bien mieux: Primo, ne négligez pas la confiture d'abricot (honte à moi) c'est elle qui donnera un bel aspect laqué à votre "chef d'oeuvre". Secundo, essayer de garder un fond de tarte bien plat en le cuisant entre 2 plaques, ça vous évitera mes petits "trous d'air"...esthétisme quand tu nous tiens! et tertio: A mon avis vous gagnerez à réduire les diamètres de 1 ou 2cm: Fond de tarte, 18cm et garniture, 16cm, vous gagnerez en volume car là, c'était un peu plat. Ahhhh, j'oubliais, pensez vraiment à chauffer votre crème liquide, sinon, cela figera votre caramel et vous serez bon pour recommencer. Voilà, ça vous donne par-là-même une idée de mes bêtises...ainsi j'espère vous éviter de les faire, sympa le type!

Allez, à vous! c'est franchement sympa, et cette version revisitée de la célèbre tarte des soeurs Tatin risque de surprendre vos convives à chaque coup!

Partager cet article
Repost0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 15:02

Le titre veut tout dire: peu d'ingrédients et peu de temps pour un résultat 100% plaisir. Vous êtes censé avoir la plupart des ingrédients chez vous...1 ou 2 bons fournisseurs vous permettront d'avoir le reste.

Pour 2 il vous faudra 2 filets de canette, de la sauce soja, du vinaigre de riz, un peu de miel liquide (marinade) quelques carottes nouvelles (vous verrez sur la photo, les miennes étaient d'une beauté...) une noisette de beurre, du cumin ( pas en poudre mais en graines), 4-5 pincées de fond de veau et de l'eau...du robinet, cela fera très bien l'affaire (on pense aux inévitables sel et poivre...). Commencer par faire mariner vos filets dans un mélange de sauce soja (2/3) vinaigre de riz (1/3) et miel liquide (2 c.soupe), bien les enrober et laisser reposer le temps que vous avez (il vaut mieux une petite heure, je me suis contenté d'1/4 d'heure). canette carottes cuminSi vous trouvez de toutes petits carottes nouvelles, vous n'aurez qu'à les racler un peu et les passer vite fait sous l'eau froide, sinon il faudra les éplucher...ça va, c'est pas le Pérou!

Les faire revenir un peu dans une belle noisette de beurre sur feu moyen, mouiller presqu'à hauteur avec l'eau et y mettre 4-5 pincées de fond de veau, remuer. Couvrir et laisser mijoter un quart d'heure (il faut que les carottes restent un peu fermes), découvrir, mettre 4-5 pincées de cumin et réduire le jus tout en remuant. Sortir les filets de la marinade et les cuire environ 15 min côté peau à feu moyen et finir la cuisson côté chair pendant 2-3mn (cuisson saignante à coeur). Sel, poivre, à table!!!                    

Partager cet article
Repost0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 09:00

Voilà une petite recette que je qualifierais de bluffante tellement elle est efficace et surtout moins difficile qu'elle n'y parait. C'est vrai que ravioles, jus à base de carcasse, émulsion sont autant de termes qui sonnent un air de défi à nos oreilles. Mais croyez-moi, il n'en est rien, je ne m'appelle pas Ducasse, et à priori vous non plus (excusez-moi m'sieur Ducasse si vous lisez mon petit mot...).

Pour réaliser ce petit plat bien sympa (pour 4-5 pers) prévoyez: Pour la pâte à raviole, 300g de farine, 3 jaunes d'oeuf, 3cl d'huile d'olive et 4cl d'eau. Pour tout le reste, 1kg de langoustines crues, 1 carotte, 1 fenouil, 1 citron, des herbes diverses et variées (ciboulettes, cerfeuil, persil, éventuellement coriandre etc...), de l'huile d'olive, un peu de cognac, une boîte de concentré de tomate, lait, crème et c'est parti!

Faire la pâte à l'avance puisqu'elle doit reposer au moins une petite heure; si vous avez un robot genre Kitchen aid ou autres c'est bien, sinon, tout à la main. Faire un puit au milieu de la farine et y mettre les oeufs, l'huile et l'eau, mélanger. Ca va faire des petits morceaux de pâte, à ce moment là, il faut y mettre les mains et pétrir, pétrir jusqu'à obtenir une boule de pâte homogène qui ne doit pas coller aux mains (si elle est vraiment trop sèche, rajouter un tout petit peu d'eau). Réserver au frais. Décortiquer les langoustines, les mettre à mariner dans un bol avec une partie des herbes ciselées, de l'huile d'olive et un petit peu de citron (3c à soupe), saler, poivrer, mettre de côté une bonne partie des têtes. Tailler la moitié d'une belle carotte et une partie de votre fenouil en brunoise (tout petit dés), assaisonnez avec 2 c.soupe d'huile d'olive, une de citron, râper un peu de citron pour "zester" l'ensemble, herbes ciselées, sel, poivre, réserver au frais. raviole-de-langoustine.JPG

Détailler la pâte en 3-4 morceaux, en faire des bandes fines grâce à une machine à pâte; achat franchement utile, ça marche trop bien, je viens d'en faire moi même l'acquisition...Vous pouvez aussi l'étaler au rouleau à pâtisserie. On va en finir avec les ravioles tout de suite, je vous expliquerez le reste ensuite: étaler une bande, dessiner dessus des cercles (avec un emporte pièce) et placer 2 langoustines bien serrées au milieu de ceux-ci. Etaler une autre bande de pâte au dessus, et détacher toutes les ravioles à l'emporte-pièce (c'est facile, vous le mettez au dessus de chaque monticule et vous pressez), souder les bords de chaque raviole en pinçant avec les doigts et fariner un peu pour pas que ça colle, réserver. Comptez 2 ravioles par personne.

Pour la sauce, faire chauffer un peu d'huile d'olive dans une sauteuse, lorsque c'est très chaud, y mettre les têtes de langoustines et un bouquet garni, chauffer un peu en remuant et flamber au cognac (2-3 bonnes giclées). Laisser un peu réduire, mettre le concentré de tomate, bien mélanger et mouiller avec un mélange d'eau, de lait et de crème au 2/3 de la hauteur des langoustines. Laisser mijoter et réduire en écrasant un peu les têtes et les pattes (20-30mn). Passer tout ça au chinois (passoire en forme de triangle) en écrasant bien tout l'ensemble pour extraire la "substantifique moelle"... Laisser encore réduire un peu sur feu doux (qu'il y ai assez de sauce pour vos convives...au jugé), on peut lancer le bouquet final: Cuire les ravioles à l'eau bouillante (2-3mn si la pâte est très fine, 4-5 si elle est plus épaisse), monter la sauce au beurre (3-4 bonnes noix de beurre) et émulsionner au mixeur plongeant pour obtenir une sauce bien mousseuse, onctueuse...

Au fond de l'assiette, disposer un peu de brunoise de légumes, poser les ravioles dessus et verser la sauce, un petit coup de ciboulette ciselée, c'est parti pour la régalade!

Croyez-moi, c'est ultra efficace, les petits légumes amènent le croquant, la fraicheur et l'acidité, la sauce bien "smoothie" vient bien napper l'ensemble; bref, une petite tuerie ce plat, une petite t-u-e-r-i-e!

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 09:00

Voici le plat emblèmatique de mes années fac à Amiens. Avec mon frère et mes potes, on avait l'habitude d'aller s'en taper une petite au Lutetia, un PMU bien sympathique collé à la fac de droit. Pas plus chère qu'un jambon beurre, très bien accompagnée d'un petit demi, la ficelle faisait notre bonheur. Soyons clair, la plupart vont vous dire que ce n'est rien d'autre qu'une vulgaire crèpe au jambon, c'est bien plus que cela en vérité...amour quand tu nous tiens. De plus, je pense que c'est le seul plat emblèmatique du patrimoine culinaire Amiènois (créée dans les années 50 à Amiens), alors respect!

On va commencer par les ingrédients: pour la pâte à crêpes: 250g de farine, 25cl de lait, 25cl de bière, 4 oeufs, huile, sel. La garniture pour 4 personnes gourmandes: 8 tranches fines de jambon blanc, 10 champignons de Paris, 2 échalottes, de la crème fraîche épaisse (de quoi bien napper 8 crêpes: 300g), de l'emmental à raper, et ce que vous avez chez vous bien évidemment...beurre, sel, poivre et muscade. On va commencer par la pâte à crêpes, qui devra reposer 1h: mettre la farine dans un récipient, faire un puit, casser les oeufs au milieu, puis mélanger en incorporant petit à petit la farine aux oeufs. Verser doucement sans cesser de remuer le lait et la bière, une cuillière à soupe d'huile, 2 pincées de sel, on réserve.ficelles-picarde.jpgTailler les champignons en duxelle (tous petits dés). Faire revenir l'échalotte préalablement émincée dans une grosse noix de beurre pendant 2-3mn et mettre les champignons. Couvrir et laisser cuire, en découvrant au bout de 15mn. Stopper la cuisson quand les champignons auront rendu toute leur eau, et auront réduit presque au maximum. La petite heure de repos de la pâte sera bien vite passée n'est-ce-pas? Si votre pâte manque de fluidité, et que vous sentez venir le bon gros blinis...oui ça n'arrive pas qu'aux autres, n'hésitez pas à rajouter un petit peu d'eau ou de lait. Pour les crèpes, c'est poële très chaude nappée d'huile au sopalin et on y va pour les figures acrobatiques...Mais on s'en tient à des crêpes très fines hein!!! siou-plait...

Une fois toutes ces étapes brillament réussies, il reste à préparer le plat, individuel, ou de groupe, genre gros plat à gratin: une crêpe, une tranche de jambon, un bon trait de duxelle de champi, sel, poivre et on roule sérré...on recommence et on recommence. Une fois qu'on a le bon nombre, on les dispose dans le plat, on nappe de crème généreusement chaque ficelle, on râpe un peu de muscade et de l'emmental là-dessus. C'est parti, au four mode gratinage, vous le sortirez quand vous le sentirez, c'est à dire bien grillé...hummm le bonheur, certes simple, mais c'est ça qui est bon non?

Partager cet article
Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 21:50

Comme vous avez déjà pu le constater, je donne vraiment dans le dessert régressif, et s'il ne devait en rester qu'un, ce serait bien le bon vieux flan. Le truc qui traîne dans le rayon gâteau de votre boulangerie entre le gland et l'éclair, celui qui squatte au rayon frais de votre carrefour, celui qu'on trouve partout sauf dans les "vraies pâtisserie", pas assez hype le flan. Moi je l'adore, qu'il vienne de chez carrefour ou d'ailleurs, qu'il soit nature ou à l'abricot, je le kiffe grave! Et c'est pour ça que je vais vous donner cette petite recette inspiré de C Michalak, the world champion of patisserie, et oui, comme quoi vous voyez; le flan, c'est "all around the world".

Vos petits ingrédients: 50cl de lait, 12,5cl de crème liquide, 125g de sucre semoule, 5 jaunes d'oeufs frais et 50g de maizena.flan-parisien.JPGFaire bouillir le lait et la crème. Mélanger à l'aide d'un fouet le sucre, les jaunes d'oeufs et la maizena dans une jatte. Verser le lait bouillant sur la préparation et remettre sur le feu jusqu'à ébullition pendant 30 sec sans cesser de remuer. Retirer du feu puis réserver jusqu'à refroidissement dans un plat couvert d'un film plastique au contact de la crème. 

Lorsque celle-ci est froide, fouetter de nouveau puis la dresser dans un cercle en inox ou un plat de 18cm de diamètre et de 4cm de haut, préalablement beurré et fariné. Cuire dans un four préchauffé à 180°C environ 45mn, en fait, jusqu'à ce que la surface prenne la belle teinte qu'on lui connaît, blond caramel avec quelques taches noires. Refroidir...dommage vous allez devoir attendre un peu avant de vous régaler...J'en ai encore l'eau à la bouche, il va être temps d'en refaire un...

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 09:00

Ok, je plaide coupable, s'il est bien une recette que l'on retrouve partout, c'est bien celle du canelé. En plus je me la pète bordelais, limite expert, je l'écris avec un seul "n"...ah ah! j'espère que ma recette tiendra la route, mais d'abord, remettons un peu les choses à leurs places: Le canelé, ça se mange frais, oui ça peut se garder 3-4 jours, mais il ne sera vraiment parfait que quelques temps aprés sa sortie du four, moment où il aura toute sa consistance, son croquant, hummm son goût si...parfait. Je me suis longtemps collé celui de chez Paul, ou celui à côté de la "panacotta" et de la "mousse chocolat" dans le café gourmand du bouiboui du coin (vous voyez de quoi je parle hein?)

La révélation, ce fut le plaisir intense du petit déj au Cap Ferret après être allé au marché de Piraillan chercher le trésor: la boîte de canelés de chez Lemoine, limite encore chaud...ok je plaide menteur, mais vous savez comme parfois l'imaginaire à tendance à enjoliver les choses...et chez moi, cette tendance est particulièrement présente...Donc pas chaud, mais néanmoins parfait.recettes-3546.JPG

Venons-en au fait, la recette, mais d'abord les ingrédients: 50cl de lait, 1 gousse de bonne vanille, 25g de beurre, 245g de sucre, 135g de farine, 2 jaunes d'oeuf, 1 oeuf entier, 1cl de rhum brun (j'ai sacrifié de mon Diplomatico pour rendre mes canelés parfaits).

Dans une casserole, porter à ébullition le lait, le beurre et la gousse de vanille fendue en 2. Verser en 3 fois sur la farine (que vous aurez évidemment tamisé au préalable) et le sucre. Remuer vivement au fouet puis ajouter l'oeuf, les jaunes et le rhum, mixer.

Réserver 24 heures au réfrigérateur avec du film plastique au dessus. Le lendemain, mélanger de nouveau le tout, en raclant bien le fond et garnir les moules à canelés sur une grosse moitié. Là vous les enfournez à 250°C pendant 5mn (pensez à chauffer d'abord votre four) puis vous baissez à 180°C et les laissez pour 45mn/1h, voyez quand ça a l'air bien caramélisé.

Ça y est, vous avez la recette pour faire plaisir à belle-maman dimanche prochain, bye.

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 18:42

L'important dans cette affaire, ce sont les herbes: fraîches, odorantes et variées, ça va balancer grave! Important aussi évidemment, la qualité de vos blancs de poulet, on va même dire "suprêmes", ça fait plus classe.

Votre marché: des herbes! perso, j'avais choisi persil, cerfeuil, ciboulette, estragon, et basilic pour le risotto. Des blancs de poulet (1/pers), du riz carnarolli, arborio ou autres (je préfère le carnarolli, il tient mieux la cuisson), un petit peu de vin blanc, un oignon, du bouillon de volaille, de la crème fraîche, du parmesan, sel, poivre, et on verra si j'ai oublié quelque chose au fil de la recette. Mettez un peu d'ordre sur votre plan de travail, ça va nous permettre de tout préparer à l'avance et de pouvoir gérer le plat en un quart d'heure.

Pour une base de 2 pers: Ciseler finement 3-4 tiges de chaque herbe (sauf basilic), ouvrir vos blancs de poulet en 2 pour bien les aplanir et posez-les individuellement sur une grande feuille de film alimentaire. Déposer les herbes au milieu, étaler un peu, et roulez votre poulaga sur lui-même en suivant avec le film alimentaire pour faire une sorte de boudin, tournez-le des 2 mains (ok je commence un peu à galérer pour expliquer le truc...) comme si vous vouliez faire une corde d'un torchon (pas mal l'image hein???); le but, c'est de bien serrer le bestiau pour pouvoir faire un noeud de chaque côté. Bon, arrangez-vous comme bon vous semble, mais il faut que ce soit hermétique: cuisson à l'eau oblige.supreme de volaille aux herbesCouper en petits morceaux une moitié d'oignon, réserver. Raper du parmesan au jugé (environ 4c à soupe pour 2), ciseler 3 tiges de basilic, ouvrir le vin blanc (sec) faire chauffer 1l de bouillon de volaille. Ready???

C'est parti, on fait chauffer un faitout rempli d'eau et quand tout ça frémit, on met les boudins pour 18 mn environ. Pendant ce temps-là on met une bonne noix de beurre et de l'huile d'olive dans une sauteuse à feu assez vif (je travaille le risotto à feu assez fort ce qui implique de s'en occuper tout le temps pendant 15-20mn). 2 poignées de riz dans la matière grasse et c'est parti, on remue, dès que le riz est bien gras, translucide, on mouille au vin blanc à hauteur, on remue. Le riz a bien bu? on mouille au bouillon, louche par louche, au fur et à mesure que le riz boit et on remue...encore et encore. Et puis au bout d'un moment, on goûte, et quand le riz semble bien cuit et qu'il y a encore un petit peu de liquide, on lie l'ensemble avec du parmesan et de la crème (ou du beurre) puis on rajoute le basilic. Entre temps, on a sorti les boudins de poulet qu'on a libéré de leur plastique...et on les fait colorer dans une poêle à l'huile d'olive ou au beurre. Petite découpe en tranches sympas, dressage, à table!!!

Ce mode de préparation n'assèche pas les blancs, et s'avère trés sympa en présentation. Vous pouvez prévoir une petite sauce, perso, j'avais opté pour un jus de veau réduit à l'estragon, mais pourquoi pas une petite crème d'herbes, d'oseille? ça devrait coller, à tester, bye bye.

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 21:01

Evidemment, la photo ne va pas vous donner envie. Forcément, je ne suis pas David Lachapelle et ne peut donc engager Madonna pour tenir mon plat de cardon. Mais heureusement, c'est délicieux: Petit gratin de cardon à la moelle.                                                                                                          

Pour 6 personnes, prévoir une bonne botte de cardon (c'est pas le truc le plus facile à trouver mais c'est jouable, la preuve), 6 os à moelle (commandez-les à votre cher boucher, il se fera un plaisir de vous en procurer), farine, beurre, bouillon de volaille, emmental, et enfin, les 2 grands habitués du plan de travail: sel, poivre.

Le truc le plus chiant, c'est de bien préparer les côtes de cardon, alors on va commencer par là, façon épluchage de rhubarbe, en pire...Une fois la tâche accomplie, les couper en petits tronçons et les cuire avec les os à moelle pendant 25 min ou plus (il ne faut pas qu'ils soient fermes, mais sortez les os) dans de l'eau salée.DPP_00018.JPG Égoutter les côtes de cardon et récupérer la moelle. Préparer un roux avec farine et beurre (vous pouvez commencer avec 25g de chaque) et mouiller avec le bouillon de volaille, il ne faut quand même pas que cela soit trop liquide; laisser frémir 5mn. Dans un plat à gratin, mélangez bien les cardons avec la sauce, goûtez, assaisonnez, disposez la moelle. Un petit coup d'emmental râpé là-dessus et hop! au four pour 20mn à 180 °C.

Mon initiation au gratin de cardon se fit à Lyon, chez Hugon je crois, mais ma mémoire (grosse consommation de pot d'beaujo ce soir-là) n'est plus très sûre; en tout cas j'en garde un souvenir ému, d'où ma volonté de le réaliser à mon tour: résultat sympa, mais je l'avoue, pas tout à fait comme dans mon souvenir.

Soyez pas bêtas, c'est très bon quand même, je ne vous donnerais pas la recette sinon...

Partager cet article
Repost0
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 09:00

Une osmose parfaite. Voilà qui défini bien ce petit plat de grande valeur qui va vous émoustiller les papilles; d'après Mathieu Viannay (La mère Brazier, Lyon).

Selon moi, la truffe ne doit pas être associée à n'importe quoi, car si son odeur est forte, elle l'est nettement moins en bouche et ne peut donc être employée à toutes les sauces. Elle sublime une brouillade, une salade de rattes ou des pâtes mais peut vite se perdre ailleurs. J'en avais une, bien noire, Tuber melanosporum odorante, 700€ le kg, c'est correct (cher quand même je le sais bien) et c'est une fois dans l'année; Qu'en ais-je fait? je vous le dirai plus tard, mais pour commencer...Un oeuf au plat aux champignons, truffe et pata negra:

Pour les quantités, je vous laisse gérer selon le nombre de convives, les ingrédients sont dans le titre, le reste, vous l'avez normalement à la maison, c'est parti:

Ciseler finement une échalote et la faire suer dans une grosse noisette de beurre avec une gousse d'ail. Ajouter vos champignons taillés en duxelle (tous petits carrés) jusqu'à ce que le mélange soit bien réduit et cuit. Pour les champipis, choisissez en fonction de ce que vous trouvez: champignons de Paris et Pleurotes, ce sera très bien. Faites cuire vos oeufs sur le plat...vous savez faire j'espère...et coupez en très fines lamelles votre truffe.IMG_3431.JPG

Voilà ce que ça rend: Faites un petit socle de champignons sur lequel vous poserez votre oeuf, installez confortablement autour votre pata negra et entre les 2, disposez vos lamelles de truffe. Un coup de fourchette et hop! explosion en bouche.

Les 4 saveurs se marient à merveille, le bonheur et dans l'assiette mais pour les furieux de la casserole, vous pouvez aussi réduire un jus de veau (maison ou fond de veau), le crémer et l'émulsionner au mixeur plongeant, ça vous fera une petite mousse sympa à poser dessus. Évidemment c'est un plat qui va déplaire à votre banquier, vous lui expliquerez alors que c'est une fois dans l'année, que ce sera soupe pendant une semaine... et puis merde! vous lui expliquerez rien, on fait ce qu'on veut de nos sousous!

Pour les matières premières et pour les Toulousains, la truffe c'est encore en ce moment dans tous les bons marchés spécialisés du Périgord, Lot...et les cours ont baissé (6-700€/kg mais avec 50€ vous aurez de quoi vous faire plaisir) aussi chez certains commerçants (mais dans les 1000€/kg argh...), ou si vous connaissez un restaurateur...

Le pata negra c'est chez Garcia mais aussi ailleurs, et par exemple à La Badiane où il est très bon (95€/kg, pour 10€ vous en avez largement assez pour 2). Ne mégotez pas sur la quantité de diamant noir, il vaut mieux faire 2 plats où elle vous comblera que 10 en se demandant quel intérêt elle a...à bon entendeur salut!


Maison Garcia - Halle Victor Hugo - Toulouse

La Badiane - 31 rue de la concorde - Toulouse - 05 61 13 68 50

Partager cet article
Repost0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages