Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 17:41

Bah oui quand même, j'y étais pour Pâques...

Cappuccino Papa!
Repost 0
Published by rod
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 17:22

Je pensais me laisser le temps de tout reposer avant de poser quelques mots ici mais mettre la video des "cacio e pepe" sur youtube m'a instantanément donné envie de me faire une bonne assiette de pasta!
Un petit déj frugal dans mon B&B du Vatican suivi d'une marche fructueuse, intellectuellement parlant, parce que pour mes panards ce ne fut pas la panacée; ont fait qu'à 14h, posé chancelant devant le Capitol, mon estomac criait famine, ma bouche: Taxi!
Pour dire, je n'ai même pas trouvé la pièce à jeter dans la fontaine de Trévi pour participer au 3000€ récoltés ici chaque jour dans la flotte.
Petite histoire avant de reprendre, pour ceux qui ne s'étaient même pas posés la question ou qui croyaient, comme moi mais ça c'était avant, que Trévi était un légionnaire, un centurion, un dieu, un roi un pape… Trévi signifie juste "3 rues" en italien (trivium en latin)…
Revenons à nos moutons (ce sera pané ce midi..) il est 14h30 et bientôt l'heure de retrouver les copains Romains et Roumain en transit de "Kluchke" (Cluj en Roumanie).
"Uno…o due bottiglie de pinot noir per favori!", estomac tu seras bientôt heureux mais gosier, celle-là elle est pour toi!

Je ne vais pas faire compliqué et écouter Filipo, "si prende il tonnareli cacio e pepe, questi sono i migliori de Roma, il cotolette di abbachio panate e tiramisù i basta!" ok ok je n'ai pas réfléchi un quart de seconde.
P A R F A I T . Une belle assiette de tonnareli "fromage et poivre" a répondu comme il faut à l'appel du ventre. Un régal et une belle mise en bouche pour mes côtelettes d'agneau panées et beignets de courgette, léger non? Plat traditionnel romain et spécialité "luce" de la trattoria Felice a Testaccio.
Le menu change tous les jours de la semaine avec quelques classiques dont le Cacio e Pepe toujours présents.
Une envie de Spaghetti con le vongole? Ce sera le mardi mais si par contre vous êtes plutôt Polpette di bollito, ce sera le jeudi…
Pour le Tiramisù, c'est tous les jours et s'il n'est pas classique, il est addictif!
Une sorte de crème onctueuse à l'Amaretto, un peu de chocolat coulant et du café au fond, une tuerie, pour le compte pas très tradi mais je répète, une tuerie!
Bref, une belle adresse classique de Rome à la fois plébiscitée par les Romains et les guides de voyage, donc mieux vaut réserver! Ciao

Felice a Testaccio . Via Mastro Giorgio (quartier Testaccio) . Roma . 06 57 46 800

www.felicearestaccio.it

Repost 0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 12:00

Alors fatalement, une fois le baluchon sur l'épaule, je m'y suis retrouvé comme par enchantement.

Tous les chemins mènent à Rome.
Tous les chemins mènent à Rome.

Vous l'aurez compris, dans les jours qui viennent ça risque de causer Pasta, mozza et centurions sur Rod'n'Roll... Ciao!!!

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 19:50

En voilà une qu'elle est bonne, impossible de décevoir!
Peut-être juste que pour les réfractaires extrêmes au frometon il faudra se faire violence, mais bon franchement, cela en vaut la peine.
Niveau ingrédients, il faudra de quoi faire la crème au bleu soit un mélange de crème liquide et de bleu d'Auvergne. Pour les quantités, gérer à la bouche en fonction du goût voulu, plus ou moins "fromagé".
Par personne, ajouter un oeuf, une cébette, une tranche très fine de lard fumé et un dé de tomme fraîche de Salers, Cantal ou Laguiole. Quelques pluches de cerfeuil, un peu de piment fumé, sel et poivre.
Concernant la crème, chauffer puis mixer le mélange crème/bleu jusqu'à obtenir une consistance parfaite sans morceaux. Réserver.
Cuire les œufs 4 minutes à l'eau bouillante puis les refroidir aussitôt.
Pour la poitrine fumée, il faut faire des chips donc les cuire à poêle chaude jusqu'à belle coloration de chaque côté puis les réserver sur du papier absorbant, elles vont durcir.

Crème de bleu, oeuf mollet et tuile fumée de tome fraîche de Salers.

Enlever la première couche de feuilles des cébettes, enlever un petit peu de "vert", les blanchir 10 sec puis les colorer à poêle très chaude, coupées en 2 avec un peu de matière grasse.
Ne reste plus que les tuiles crousti/fondantes de tome fraîche, le cantalou en moi aurait dû y penser mais c'est une astuce de Pascal Barbot (Astrance, Paris)... Il faut faire fondre les dés de tome sur une poêle chaude et une fois la "tuile" formée, le dessus encore "coulant", les sortir et les saupoudrer de sel et piment fumé.
Enfin c'est l'assemblage! Disposer dans une assiette creuse l’œuf et la cébette en 2 parties. Verser un peu de crème au bleu bien chaude, déposer quelques morceaux de chips de lard et pluches de cerfeuil, puis, finir en déposant façon équilibriste la tuile de tome fraîche.
C'est bon vous pouvez servir et vous régaler!!!

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 17:56

Comme disait Cloclo, "il fait beau, il fait chaud, il y a du soleil au fond des yeux, aussitôt qu'une fève, est amoureuse d'un petit pois". Alors quoi de plus beau que de se faire rencontrer les 2 amoureux dans un petit plat me suis-je dit…

La petites compo autour des 2 beaux se veut délicatement printanière, elle sourit à la vie et fera se régaler vos convives.
De jolis verts de saison, un gras blanc liant et un petit croquant des plus sympathique, addition: bonheur!
Pour la crème de parmesan (ou flan étant donné la consistance), il faudra pour 6 coupelles, 25cl de crème liquide et 150g de parmesan râpé par vos soins.

Petite crème de parmesan, fèves, petits pois et main de bouddha...

Pour la petite salade fraîcheur, la bonne quantité de petits pois et fèves (à voir avec votre producteur, maraîcher ou autres…), une belle huile d'olive, un zeste de main de bouddha (je suis conscient que tout le monde n'en a pas alors un citron fera l'affaire), une belle huile d'olive légère pour ne pas assommer nos légumes, sel et joli poivre épicé. Pour les herbes, j'ai mis de la menthe, de l'hysope et de l'oxalys pour l'acidité. Un reste de parmesan râpé pour les tuiles et basta!
Commençons par la crème de parmesan puisqu'il faudra la faire prendre au réfrigérateur:
Mélanger la crème chaude au parmesan râpé, bien remuer et mixer pour obtenir un mélange homogène, dresser dans les assiettes ou coupelles (pas trop trop non plus) et mettre au congélateur.
Éplucher les petits pois et fèves (laisser l'enveloppe claire), les blanchir (2-3 minutes à l'eau bouillante pour les petits pois et 1 minute pour les fèves) puis les débarrasser dans de l'eau très fraîche pour conserver la couleur.

Petite crème de parmesan, fèves, petits pois et main de bouddha...

Finir de nettoyer les fèves (enlever l'enveloppe protectrice), sécher et mélanger avec huile d'olive, sel et poivre en goûtant pour obtenir le résultat escompté.
Mettre le four en position grill puis saupoudrer un tapis de cuisson de ronds de parmesan (j'avais en plus fait quelques tuiles au pavot ou au piment fumé, top!).
Faire fondre le parmesan et débarrasser le tapis sur le plan de travail (l'action du froid va figer les tuiles).
Il ne reste plus qu'à dresser le mélange petits pois fèves sur la crème de parmesan, râper un peu de main de bouddha (ou citron) et disposer harmonieusement quelques herbes dessus.
On plante la tuile tels le drapeau de la victoire, à table!!!

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 16:52

Lors de mon dernier séjour parisien, les plans avaient été bien évidemment dessinés à l'avance.
C'est que chez M'sieur David Toutain ou chez Sola, on n'y va pas à l'arrache là, comme ça, en passant, surtout un samedi.
L'improvisation s'est plutôt faite du côté de Saint Germain autour d'une délicieuse assiette de Siflard accompagné d'un petit Anglore d'Eric Pfifferling à la Crémerie. Cadre mini et charmant (regardez le plafond), grosse sélection de quilles natures et produits au top.
Un bel endroit tenu par Serge, un ancien architecte passionné de "vrais" produits, certes un peu bourru de prime abord mais oh combien sympa ensuite.
Ça, c'était le samedi midi. L’après-midi, lui, s'est déroulé tranquillement autour d'un café avec le frangin puis d'une petite marche "shopping" rue du poteau dans le 18éme.
Découverte d'un magnifique "Organic" Cheddar chez Marie Quatrehomme et de tous ses splendides frometons divinement affinés. Petite halte dégust d'un Sancerre de Sébastien Riffault chez un caviste indé au détour d'une petite rue, le frérot n'ira plus chez Cavavin ou Nicolas et c'est tant mieux!

Un dîner presque parfait chez Sola, Paris 5.

On esquivera le verre d'Ouzo chez son traiteur Grec (qui offre une alternative sympathique à Mavromatis) pour filer.
Il est 19h30, l'heure d'aller chercher l'autre frérot, puis madame, pour partir tâter de la cuisine de Yoshitake Hiroki chez Sola.
En fait, me fallait un titre et le "presque" s'est glissé dedans, influence cathodique? allez savoir, toujours est-il que j'ai la flemme de remonter la souris alors il va rester comme ça.
Car en effet, j'ai beau chercher, je ne trouve rien à redire à mon dîner chez Sola.
Peut être, mais ça devient habituel à Paris, qu'en sortant je m'étais promis de taper une côte de boeuf/frites/pot de morgon le lendemain pour changer des sempiternels accords herbes, bouillons, sous cuissons, légumes de chez intel etc… Mais c'était terrible et un poil moins "naturiste" aussi qu'ailleurs il faut bien le dire!
Bien installé dans la jolie salle poutrée principale (on peut choisir d'aller déjeuner agenouillé et déchaussé en bas), Il m'arrive direct devant les yeux un "mont blanc" dans sa petite assiette.  

Un dîner presque parfait chez Sola, Paris 5.

Certes le monticule de "spaghettis" est bien au marron, mais il cache foie gras, miso, gelée dashi, 4 champignons et truffes, bel accord de fin d'hiver, une véritable tuerie!
A peu prés tous les plats seront dans la même veine avec une émotion particulières pour ces "spaghettis" de patates (le chef doit rêver de udon la nuit) posées tranquilou sur du crabe, sauce ponzu et beurre noisette fûmé, vous voyez mes larmes? non, bien sûr…
Assiette de thon juste saisi, radis, kimizu et autres condiments dans l'air du temps, ça balance, ça contraste différemment selon la fourchette engloutie, c'est top!
Belles Saint-Jacques, orange, carottes et superbe cochon noir avec sa déclinaison de choux, le bar sera englouti dare-dare et les desserts assureront une fin majestueuse aux agapes, bref: No problem!

Un dîner presque parfait chez Sola, Paris 5.

Le chef Yoshitake Hiroki, passé entre autre chez Pascal Barbot à l'Astrance maîtrise à fond son piano, d'une précision redoutable, ses plats coulent de source, et m'ont régalé.
Pour vous dire, j'ai ressenti le même plaisir que chez Keï Kobayashi et dieu sait que j'adore sa cuisine.
Je n'avais pas aimé leur pâtisserie voisine pourtant adulée des "foodistas": Ciel (Sola veut dire Ciel en Japonais) qui pond des espèces d'éponges comestibles colorées. Mais j'ai vraiment passé un beau moment chez Sola. Je comprends maintenant pourquoi c'est l'une des adresses préférés de mon frère et ma belle soeur, à 48€ le midi, c'est une véritable aubaine!
Et à 98€ le soir, je ne me plains nullement, amplement justifié, à vous de jouer!

La Crémerie . 9 rue des 4 vents . Paris 6 . 01 43 54 99 30 www.lacremerie.fr

Fromagerie Quatrehomme et Apollon . rue du Poteau . Paris 18

Sola . 12 rue de l'Hôtel Colbert . Paris 5 . 01 43 29 59 04

www.restaurant-sola.com

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 13:59

Et pour ceux qui ont regardé l'émission Top Chef hier soir sur M6, la première épreuve consistait à gagner par "orgasme culinaire" les faveurs de François Berléand et de sa femme par ko gustatif!
L'objet du combat: la tarte au citron. Le prix: la fameuse immunité et la commercialisation de la tarte "championne" au rayon pâtisserie de tous les Auchan de France.
Après la joute culinaire à coup de kitchen Aid, de zeste dans ta face et de jetés de coulis , la gagnante s'est révélé être Anne-Cécile Degenne, chef aux Philippines avec sa tarte aux citrons, gelée citron vert gingembre et meringue italienne.
Dés ce matin, notre Auchan toulousain a donc vu, comme tous les autres y'a pas de raisons, son rayon pâtisserie agrémenté de la jolie tarte au citron d'Anne-Cécile.

J'ai testé la tarte au citron Top Chef pour Auchan et…

Et le Rod, il était où ce matin? et bien justement à Auchan (mon job fait que je me balade souvent dans les galeries marchandes) devant le rayon pâtisserie.
Ni une ni deux j'embarque la bête, 9,90€ la belle tarte pour 4 voire 6 petits mangeurs, un tour en caisse et elle était mienne.
Un coup… deux, puis trois coups de couteaux, le fond de tarte est un peu hard à la découpe, et je croque dans la bête…
Résultat: les pâtisseries ont malheureusement du soucis à se faire.
Force est de reconnaître que la belle est bonne, le sucré domine certes la dégustation de la crème citron avec sa meringue italienne, mais la gelée cachée en dessous vient mettre un peps d'enfer à l'ensemble et ça swingue diablement en bouche. La pâte, dure à la découpe ne pose aucun problème aux crocs, elle pourrait être un brin plus fine mais elle passe très bien. Un beau résultat, ça fait mal mais je reste honnête, je me suis régalé…

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 13:48

J'arrive en outsider, le tout Paris gastro s'y est rendu fissa dés l'ouverture fin décembre, recommençant direct à encenser le "génie" Toutain. Moi? je suis dans le train et il est 6h du matin.
En face, ça ronfle la bouche ouverte pendant que je zappe du Petit Lapaque des vins à un épisode de The Riches. Pause café au wagon-bar, ça cause condition de travail, de quoi bien passer le temps…
11h30 gare Montparnasse, je file fissa au Chateaubriand. Un verre ou deux avec Yannick, trois ou quatre tapas au bar, le fameux dessert au jaune d'oeuf d'Inaki et enfin un tour en cave pour ramener 2-3 bonnes quilles du monde. Ce sera 2 pinots noirs: l'un d'Oregon, l'autre d'Australie.
L'après midi suivra un joli cours tranquille, café au bar de Jess puis champagne chez un pote et apéro avec le couz, c'est qu'il faut bien tomber la bouteille de Salers que le Jess garde pour les auvergnats en transit…

David Toutain, aujourd'hui chez lui. Paris 7.

Et puis vient l'heure du clope des potes, il ne fait pas froid rue Surcouf mais soif, une petite bière ne serait pas de trop pour se nettoyer la bouche avant le lancement des hostilités, vous avez réservé?
Petit coin bibliothèque cosy à l'étage, accueil charmant et… bière, on est plutôt bien.
Pour ce qui est de la cuisine, j'ai connu à peu prés tous les stades de sentiments, ça reste plus intellectuel que franchouillard mais ça, je le savais bien.
Et cela n'enlève rien au talent de l'homme et à sa gentillesse.
Pas de problème sur le salsifis séché "Mugaritz style" trempé dans une petite crème panais/chocolat blanc, c'est plutôt gentil, belle brioche au foin avec un petit air de revenez-y…
Épatante assiette de poudre de fenouil marin et coque, elle se pose tranquille sur la table, "oula j'avais pas prévu de lécher le Sahara…" mais c'est en fait glacé, on a donc la mer qui fond en bouche tout en fraicheur, remarquable!
La désormais célèbre huître yuzu kiwi arrive dans toute sa fluorescence, elle peps, elle titille; ça y est elle est passée, telle le tgv.

David Toutain, aujourd'hui chez lui. Paris 7.

Belle technicité sur les gnocchis d'eau de parmesan dans un bouillon dashi, déstabilisant mais très agréables.
l’œuf parfait, crème d'ail doux, émulsion verveine est là devant moi et apporte toute sa gourmandise, il n'en restera point trace messire!
Et je ne vous parle pas du bouillon "peau de pomme de terre", je me suis replongé direct dans mon cantou cantalou, ses patates à la braise et leurs peau brûlée que j'aime tant. J'avais adoré à l'Agape Substance, rebelote!
On arrive à la tuerie avec cette crème de sésame noir, pomme verte et anguille fumée, à tomber par terre… de gourmandise justement!
Plats de poisson et viande très bons et plus classiques, générosité du munster servi à la bonne franquette avec sa panière débordante, délectation…
Mon classicisme niveau dessert n'a pas été mis en doute ce soir-là, je ne crierai pas au génie sur ce dessert chocolat blanc, coco chou fleur, le seul intérêt en bouche est le moment ou le chocolat/coco prend le dessus et te fais oublier qu'à la bouchée d'avant tu bouffais du chou fleur sucré… Il ne m'a pas trahi non plus sur le topinambour… par contre, lui m'a suivi jusqu'au lendemain soir…sacré topi!

David Toutain, aujourd'hui chez lui. Paris 7.

Un beau dîner dans son ensemble, mais qui mériterait que je m'y penche en tête à tête avec mon assiette car d'intello on peut passer grivois avec les loustics.
Le prix des vins te calme direct, l'accord avec mets sans être radin te laisse sur ta soif, bref y a des fois où t'as envie d'en découdre à coup de fleury sans te gaver de pain beurre pour contrer le jus et là… C'est compliqué de gérer en tablée de 6 gourmands.
J'avais adoré la cuisine de David Toutain à l'Agape Substance; plus osée et plus sauvage encore qu'aujourd'hui.
Et l'assiette me fait toujours autant penser à la cuisine d' Andoni Luis Aduriz (Mugaritz), dans les matières, les assemblages et le rendu final.
On ressent quelques tâtonnements, essais et c'est normal, mais le fond y est et cela devrait envoyer encore plus au fûr et à mesure du temps qui passe. C'est tout ce que je souhaite à l'homme, resté modeste et adorable malgré tout le mundo gastro se prosternant. So long Mister Toutain!

David Toutain. 29 rue Surcouf . Paris 7 . 01 45 50 11 10

davidtoutain.com

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 12:22
Le Palmarès Michelin 2014. Bravo Sylvain Joffre!!!!

On y est, le palmarès Michelin est sorti aujourd'hui en fin de matinée et on ne peut que se réjouir de la nouvelle étoile Toulousaine: Sylvain Joffre, restaurant En Pleine Nature à Quint-Fonsegrives donc Bravo à lui!!!!! et à tous les autres aussi évidemment!

Nouveau 3 étoiles

Reims (51) L'Assiette Champenoise

Nouveaux 2 étoiles

Cassis (13) La Villa Madie

Chantilly (60) La Table du Connétable

Courchevel 1850 (73) Le Kintessence

Kaysersberg (68) Le Chambard

Mulhouse (68) Il Cortile

Paris 16ème (75) Akrame

Nouveau 1 étoile

Aix-en-Provence (13) Le Saint Estève

Banyuls (66) Le Fanal

Beaune (21) Le Jardin des Remparts

Beaune / Pommard (21) Christophe Quéant-Château de Pommard

Bélesta (66) La Coopérative

Boeschepe (59) Auberge du Vert Mont

Bourgoin-Jallieu (38) Domaine des Séquoias

Brétignolles-sur Mer (85) J-M Pérochon

Briançon (05) Le Pêché Gourmand

Brive-la-Gaillarde (19) La Table d'Olivier

Cannes (06) Sea Sens

Charmes-sur-Rhône (07) Le Carré d'Alethius

Chassagne Montrachet (21) Ed.Em

Dijon (21) Loiseau des Ducs

La Flèche (72) Le Moulin des Quatre Saisons

Fleurie (69) Auberge du Cep

Fleurville / Mirande (71) La Marande

Lagarde d'Apt (84) Le Bistrot de Lagarde

Leucate (11) Klim & Ko

Lyon (69) L'Alexandrin

Lyon (69) Takao Takano

Lyon (69) La Rémanence

Lyons la Forêt (27) La Licorne Royale

Maringues (63) Le Carrousel

Marseille (13) L'Alcyone

Megève (74) 1920

Megève (74) La Table de l'Alpaga

Mirambeau (17) Château de Mirambeau

Monestier (24) Les Fresques

Monte-Carlo (MC) Elsa

Montner (66) Auberge du Cellier

Mougins (06) Paloma

Nancy (54) La Maison dans le Parc

Paris 1er (75) Jin

Paris 2ème (75) Goust

Paris 7ème (75) ES

Paris 8ème (75) Okuda

Paris 8ème (75) La Scène

Paris 11ème (75) Qui Plume la Lune

Paris 11ème (75) Septime

Paris 16ème (75) St-James Paris

Paris 17ème (75) Rech

Paris / Ville d'Avray (92) Le Corot

Plouider (29) La Butte

Roure (06) Auberge le Robur

St-Amour Bellevue (71) Auberge du Paradis

St-Amour Bellevue (71) Au 14 Février

St-Brieuc (22) Youpala Bistrot

St-Gervais-les-Bains (74) Le Sérac

St-Jean-de-Blaignac (33) Auberge St-Jean

St-Pol-de-Léon (29) Auberge la Pomme d'Api

La Souterraine (23) Château de la Cazine

Strasbourg (67) 1741

Toulouse / Quint-Fonsegrives (31) En Pleine Nature CONGRATS!!!!!

Uzès (30) La Table d'Uzès

Vannes (56) Roscanvec

Les Vans (07) Likok

Perd 3 étoiles

Paris 8ème (75) Alain Ducasse au Plaza Athénée (normal, fermé)

Suppression 2 étoiles

Paris 8ème (75) Senderens (nouveau chef visiblement talentueux)

Pont du Gard / Collias (30) Hostellerie Le Castelles

Saint-Emilion (33) Hostellerie Plaisance (chef parti)

De 2 à 1 étoile

Lyon (69) Auberge de l'Ile

Paris 8ème (75) Apicius

Porto Vecchio (20) Casadelmar (chef parti)

La Turbie (06) Hostellerie Jérôme

Vence (06) Le Saint Martin

Suppression 1 étoile

Aix-en-Provence (13) Clos de la Violette

Andrézieux-Bouthéon (42) Les Iris

Arles (13) Le Cilantro

Astaffort (47) Une Auberge en Gascogne

Les Baux-de-Provence (13) La Cabro d'Or

Le Bar-sur-Loup (06) Hostellerie du Château

Bayeux (14) Château d'Audrieu

Bordeaux (33) Le Pressoir d'Argent

Bray-et-Lu (95) Les Jardins d'Epicure

Cahors / Mercuès (46) Château de Mercuès

Carcassonne (11) Michel del Burgo (parti au bout de 6 mois)

Chamonix-Mont-Blanc (74) Auberge du Bois Prin

Chantilly (60) Carmontelle

Chassagne Montrachet (21) Le Chassagne

Compiègne (60) Alain Blot (retraite de Mr Blot, repris par un ancien prof Ferrandi)

Conteville (27) Auberge du Vieux Logis

Corse / Porto-Vecchio (2A) U Santa Marina

Fleurie (69) Le Cep

Hendaye (64) Maison Eguiazabal - Le Bar à Vin

Limoges (87) Amphitryon

Ligny-en-Cambrésis (59) Château de Ligny

Lyon (69) L'Effervescence

Lyon/Rillieux-la-Pape (69) Larivoire

Morteau (25) Auberge de la Roche

Nice (06) Aphrodite

Nice (06) Le Bistro Gourmand

Paris 7ème (75) 35° Ouest

Paris 7ème (75) Le Divellec

Paris 8ème (75) Stella Maris

Paris 8ème (75) L'Instant d'Or

Paris 9ème (75) Le Lumière

Paris 17ème (75) La Bigarrade

Paris/ Neuilly- sur-Seine (92) La Truffe Noire

Peillon (06) Auberge de la Madone

Perros-Guirec (22) Le Bélouga

Rouffach (68) Philippe Bohrer

St-Agrève (07) Faurie

La Saussaye (27) Manoir des Saules

Vaison-la-Romaine (84) Le Moulin à Huile

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 13:14

Pour ceux qui ne connaîtraient pas les scorsonères, ce sont des salsifis noirs, pas trop difficiles à trouver en ce moment.
Comme la plupart des légumes dits oubliés, elles sont une magnifique composante de plats truffés, on est même pas loin de l'accord parfait.
Puisqu'il faut en passer par là avant de se régaler, allons-y: Le truc un peu chiant avec la scorsonère c'est l'épluchage, on a les mains marronasses, la chair libère une sorte de liquide blanc collant, bref, emmerdante la bête.
Je les passe sous l'eau dès l'écorce enlevée, cela permet ensuite de tailler des spaghettis plus facilement.
Pour le taillage, je vous laisse faire, c'est l'aspect le plus long de la recette, au fur et à mesure, je vous conseille par contre de débarrasser vos spaghettis dans de l'eau citronnée.recettes-2609.JPGComme ingrédients, il faudra en plus de vos racines, du beurre truffé (beurre salé avec de la truffe râpée dedans conservé au frais), un peu de crème, du bouillon de poule, du parmesan, sel et poivre.
Une fois les scorsonères taillées en spaghettis, les cuire au bouillon jusqu'à obtention d'une consistance souple mais encore un peu croquante en bouche.
Ensuite, les poêler doucement avec une grosse noix de beurre truffé, lier avec un peu de crème puis râper légèrement le parmesan (le but n'étant pas qu'un goût en domine un autre, sauf peut être celui de la truffe…), sel, poivre.

Enfin, dresser avec quelques lamelles de truffe et servir, bonheur garanti!

 

Je me suis inspiré d'une recette version truffe blanche d'Emmanuel Renault.

Repost 0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages