750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 15:50

Ouverture donc foule devant le Bibent (pas grave j'y suis allé le lendemain), cela m'a donné l'occasion d'essayer les Jardins de L'Opéra version Stéphane Tournié. J'y avais fait un dîner mémorable époque Dominique Toulousy et c'est sans à priori que j'y suis donc retourné. Associé financièrement à Yves Thuriès lors de la reprise du restaurant, il est maintenant seul au commande de ce bel établissement qui mériterait une meilleure vitrine sur la place (il faut rentrer dans un porche et aller au fond de la cour).

J'y suis allé 2 fois, l'une pour le midi à 29€ et l'autre pour tester la carte, et alors? Un menu du midi correct, s'il était un poil moins cher, ce qui est difficile j'en conviens pour un établissement fonctionnant en mode "gastro" avec le personnel que cela inclut. Le problème, c'est que le tarif nous renvoie à d'autres adresses où même le midi les chefs se "déchirent", et là, c'est très classique et moins travaillé (en tout cas le midi où j'y suis allé).jardin-de-l-opera.JPG Une crème de petit-pois épaisse, lourde, avec un magret fumé sans grand intérêt, plus crémeuse et avec plus d'herbes etc... cela aurait été beaucoup plus percutant. Dorade au jus de viande, pareil, ce n'est pas mauvais au goût, mais c'est un fond d'assiette recouvert de sauce avec des petits morceaux d'olive et un filet de dorade posé là-dedans sur lequel trône un demi bulbe de fenouil, ça n'a évidemment rien d'extraordinaire, ça se mange. Millefeuille en dessert, je suis un puriste du genre donc je n'ai pas adoré mais ce n'était objectivement pas mauvais. Là où le bas blesse vraiment, c'est que je suis revenu avec l'envie de me faire le grenadin de veau aux morilles fraîches, asperges et sauce au foie gras de la carte à 30€. Que voulez-vous, pas une morille de l'année, je pensais qu'il n'y en avais plus, on me dit le contraire, "je reviens"! Nous étions 4, 188€ avec une bouteille de vin et 4 café...ça fait mal, surtout quand dans l'assiette se trouvent 3 pauvres petites asperges trop cuites, un grenadin de veau manquant de souplesse et de quelques grammes et 4 morilles sans saveurs se battant en duel dans la sauce...photo-copie-1.JPGLa belle langoustine et le jabugo relèvent un peu un ensemble qui aurait pu être parfait: 3 grosses asperges al dente, des morilles moins rabougries, un jus plus relevé et c'était hummmm!

La douloureuse fait mal là où je pense croyez-moi (la pilule serait peut être un peu mieux passée si mes papilles avaient succombé de plaisir). Un gros bon point cependant pour l'accueil, la femme du chef est charmante, le maître d'hôtel et les serveurs également, le lieu très agréable avec notamment une sympathique petite cour intérieur, ça ne rattrape pas le reste mais c'est déjà ça. Malheureusement le tarif ne tient pas la comparaison avec d'autres restaurants, qu'ils soient à Toulouse (Met, En marge, Py'r...) où ailleurs...Et désolé, je ne suis pas d'accord quand on me dit que le menu du midi ne reflète pas la cuisine du chef, c'est une connerie, comment voulez-vous que l'on revienne dans un resto s'en foutre pour 80€ minimum par tête le soir si l'on a été déçu le midi? Je ne suis pas kamikaze, je n'ai pas "la fortune à Rothschild" et je persiste à dire que dans les restaurants gastronomiques, le menu déjeuner est très important, la preuve, d'autres l'ont bien compris et on y revient le soir...à bon entendeur.

 

Les jardins de l'opéra . Place du capitole . Toulouse . 05 61 23 07 76

 

                                                                    www.lesjardinsdelopera.com

Partager cet article

Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 14:08

Et oui, ça y est, le chef Constant a son restaurant à Toulouse, place du Capitole messieurs dames, même que c'est sûrement le plus beau de la ville, même que c'est rudement bon! Belle époque, inscrit aux monument historique, le Bibent ("biben" signifie "bien boire" en occitan) brille à nouveau sur la place rose grâce à Christian Constant et à son associé (le proprio des murs), qui nous ont sauvé d'une énième banque, d'un Quick ou autres conneries, pour le bonheur de nos papilles.

Pour ceux qui ne connaissent le chef que par Top Chef sur M6, sachez que c'est un peu le "patron": ancien du Ritz et du Crillon où il a formé bon nombre de chefs, Camdeborde en tête de file (Stephane Tournié des Jardins de L'opéra à Toulouse y est passé) il a monté ses propres restaurants rue Saint Dominique à Paris (7ème), le Violon d'Ingres ( l'étoilé), les cocottes et le café Constant (il a comme voisin depuis presque 2 ans maintenant, son compère de Top Chef, J-F Piège au Thoumieux). Revenons un peu à notre Bibent ambiance brasserie bistronomique, ouvert depuis hier, qui m'a régalé ce midi.oeuf-Bibent.JPGOeuf mollet roulé à la mie de pain, oignons, asperges et lardons: croustillant, coulant, craquant, dégoulinant...de bonheur. Efficace, tout est à juste cuisson, le jus parfait, c'est bon. Tiens, tant que j'y pense, mon livre du mois de Juin sera celui de la maison Constant, vendu dans un beau coffret, l'entrée de ma femme y figure, je l'avais déjà faites à la maison et cela fonctionnait plutôt pas mal: Cocotte de pomme de terre caramélisées, farcies aux pieds de porc, avec une petite salade ça ne peut pas être mauvais...et bien évidemment ça ne l'est pas!Bibent.JPGCôte de cochon fermier épaisse cuisinée en cocotte, gratin de macaronis: Comme promis, la côte est épaisse, rosée, baignant dans son jus, le coeur de sucrine bien acidulé et le gratin bien gratiné. Gourmand, comme tous les plats proposés ici, pas de chichi, il y en a dans l'assiette et c'est bon. Le cabillaud en croûte de chorizo, haricots tarbais et beurre noisette se tient bien là lui-aussi, pas de soucis, cuissons toujours aussi justes, bien assaisonnés etc...etc...et....etc....etc....bibent-2.JPGLes petites miches de pain sont délicieuses, et comme vous pouvez le voir, ont de quoi servir...Le flan aux oeufs à la vanille comme autrefois, et les oeufs à la neige au caramel étaient eux aussi parfaits, bref pas grand chose à redire.

Bilan, un déjeuner très sympa avec Christian Constant en chef d'orchestre. Les serveurs qui suivent la mesure comme ils peuvent, c'est l'ouverture avec tout ce que cela impose d'imprévus et cela se passe assez bien.Pour rire: La sécu à l'entrée qui me demande ce que je viens faire..."je ne sais pas m'sieur, à priori c'est un restaurant, et on fait quoi dans un restaurant???" tête de noeud. Elle ne sera pas là longtemps heureusement, il fallait bien canaliser la foule de l'ouverture.                                                            

Un bien bel endroit, fresques aux murs, festin dans l'assiette; Il est possible de petit déjeuner, déjeuner, grignoter, dîner 7j/7, une aubaine! Les prix se tiennent, 19€ le petit déj copieux, 21 ou 29€ le déjeuner, grignotages pas chers, et carte tout à fait accessible (entrées entre 8 et 14€, plats dans les 20€ et desserts dans les 8): cela m'a coûté 110€ pour 2pers avec entrée/plat/dessert à la carte, 3 verres de vin, eau, 2 cafés.

On attendait impatiemment l'ouverture, on y est alors filez-y!

 

Le Bibent . Place du Capitole . 31000 TOULOUSE . Pas de réservations . 05 61 23 97 36.

 

                                                                             www.maisonconstant.com

Partager cet article

Repost0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 08:00

Un déjeuner à Paris, pas un de plus; autant vous dire que le choix fut difficile à faire: Septime ou le buzz du moment?...L'Astrance pour son menu déjeuner? le Versance? etc etc...Mais il y en a un que je recommande depuis qu'il a ouvert; j'y ai envoyé mon père qui devait à l'origine aller chez Dutournier (non pas que ce soit mieux que le Carré des Feuillants, mais il faut savoir changer quelques fois) et qui en est sorti plus que ravis. C'était donc la moindre des choses que d'y aller à mon tour: Le restaurant de Frédéric Simonin.

C'est un peu la "bestiole" des fourneaux, l'homme aux étoiles de Mister Robuchon himself. Jeune chef de l'année en 2004 pour Pudlowski, il avait commencé chez Ledoyen avec G-Arabian, puis était passé au Meurice, chez Taillevent puis au Georges V avant d'atterrir chez Robuchon et d'obtenir une "pluie" d'étoiles pour ses Ateliers. Autant vous dire qu'il était temps pour lui d'ouvrir son restaurant afin de ravir nos papilles de son propre nom. Accueil vraiment sympa, relax comme je l'aime, il est temps de goûter le menu à 38€ du midi.oeuf-croustillant-girolles.JPGUne petite mise en bouche nous a directement mis dans l'ambiance, une sorte de crème de foie gras avec une émulsion. Grimace, le trip "crème brûlé au foie gras", très peu pour moi...sauf ici! un nuage de bonheur, léger, aérien, parfait quoi. Oeuf croustillant et premières girolles. C'est tout à fait imaginable non? je suis sûr que vous bavez? ça croustille, ça coule, ça craque, ça fond et ça se sauce jusqu'à la dernière goutte de jus. Voilà ce que j'appelle le "classissisme top", point de "fusion", de cuisine moléculaire, mais simplement un oeuf, des girolles, du jus, ça tue!cuisses-de-grenouille.jpgPetite sortie de route...j'ai craqué quand j'ai vu les grenouilles au persil et à l'ail doux de la carte; à partager avec la table de gourmand(e)s, ça n'alourdira pas trop le menu...C'était exactement comme vous pouvez l'imaginer en voyant la photo, miam!

Petites tomates farcies à la queue de boeuf en plat, gourmand! Un super jus, assaisonnement parlant franc à mon odorat, un plat de bistrot réalisé par un pro, ça ravit les papilles.queue-de-boeuf.JPGDevinez ce qui fut servi comme accompagnement...le CV du chef peut aider...

Une purée. The purée! et oui, la fameuse, l'unique, celle de Joël Robuchon. Tout le monde en a entendu parler? C'était ma première fois, et c'est la main tremblante que j'ai approché ma fourchette du plat, le temps qu'elle revienne à ma bouche, mon cerveau partait dans tous les sens...va t'elle être vraiment crémeuse? si beurrée qu'on le dit?. Mieux que tout ça, en fait je crois que ce n'est pas possible de l'imaginer avant de l'avoir goûté. C'est con, mais on parle vraiment d'une purée, ce n'est pas une crème, elle est consistante et onctueuse à la fois, sûrement beurrée à foison mais on n'en sent pas l'odeur, allez savoir, elle est parfaite!puree-de-robuchon.JPGClafoutis aux cerises en dessert. Encore une fois, j'en fais, mais je n'ai jamais trouvé la combinaison pour obtenir une pâte comme celle-là, rageant mais rassurant...ce n'est pas mon métier.

Avant de faire le bilan, je vais quand même donner 2 petits bémols dont un qui n'est pas vraiment du fait du chef...les rougets choisis par l'une d'entre nous étaient trop forts, donc moins de plaisir, dommage. Sinon, le prix des vins, un peu trop excessif: difficile de trouver un breuvage à moins de 50€ alors qu'en conservant leurs marges, ils pourraient tout à fait en proposer. A part ces 2 petits points, vous aurez compris que tout était parfait jusqu'au moindre détail (L'eau du robinet est servie dans des verres avec glaçons et rondelle de citron), du serveur au chef de salle en passant par le sommelier, tout le monde est très sympa et donne envie de revenir, bref, rien à dire sinon: "je reviendrai" et "allez-y si ce n'est déjà fait". Ciao bye bye

Menu à 38€ le midi, 130€ le dégustation. Carte à partir de 22€ les entrées, 39€ pour les plats et 16€ les desserts.

 

Frédéric Simonin . 25 rue Bayen . Paris 17 . 01 45 74 74 74

                                                                       www.fredericsimonin.com

Partager cet article

Repost0
2 juin 2011 4 02 /06 /juin /2011 08:08

9 Juin!!!! ça y est cela semble certain, après quelques reports, on va pouvoir aller se régaler dans notre cher Bibent des bons plats "bistronomiques" du chef montalbanais!c-constant2.jpgAllez, on se voit là-bas!!!

Partager cet article

Repost0
1 juin 2011 3 01 /06 /juin /2011 10:35

Je vais faire assez court cette fois-ci, il n'y a pas grand chose à dire sur ce restaurant de Toulouse...Pas de révolution dans l'assiette, pas d'esclandre non plus. Je passe tous les jours devant en regardant l'ardoise de "cuisine créative du marché", il était donc temps que j'y fasse une halte gourmande le midi. Menu à 13€ ou 15€50 pour entrée/plat/dessert. Je dois dire que l'accueil est tout sourire, déjà un bon point, et que la cuisine se tient pour le prix, ni plus ni moins.rocamadour.JPGTartine au caviar d'aubergine et rocamadour en entrée, tout est fait maison, ça me suffit pour dire qu'il vaut mieux aller là qu'ailleurs où à ce tarif vous mangerez de la merde sous-vide. Rien de transcendant cependant dans l'assiette mais c'est comme vous l'imaginez, un rocamadour, de l'aubergine, du pain grillé, ça ne peut pas être mauvais. Brochette de coeurs de canard en plat, purée maison: pareil, ça se tient même si les coeurs de duck manquent cruellement d'assaisonnement, et que la purée; ça me saoule.coeurs-de-canard.JPGRemarquable cheesecake aux framboises en dessert, rien à dire là-dessus, si ce n'est que je me suis régalé.

Bref, rien à signaler, la Mignardise se tient par rapport à ses tarifs, c'est le même prix et même moins cher que toutes les chaînes dégueulasses (j'ai fait Casa Pizza par obligation de temps hier, je vous raconte pas, immonde!) donc il n'y a vraiment pas de questions à se poser...même si d'autres arrivent à faire mieux dans le même style (le grain d'amour à Toulouse par exemple), vous mangerez correctement à la Mignardise. Bon point pour leur site internet qui donne les menus du jour.

Ça sonne, il est midi, bon appétit!

 

La Mignardise . 90 avenue des Minimes . 31200 Toulouse . 05 61 23 31 47.

                                                                    www.restaurant-lamignardise.com

Partager cet article

Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 08:00

Ne menez pas une cabale contre moi, je sais évidemment tout ce qui peut se rapporter au thon rouge...mais ce n'est pas avec mes 500g tous les 3 mois que je vais lui faire du tort...j'y contribue certes, mais parlons alors de tous les mangeurs de sushis...tueurs!!! Bref j'adore ça et me permet à l'occasion ce petit plaisir, notamment sous cette forme, juste snacké au sel et poivre. Accommodé cette fois ci d'une petite crème au chou-fleur, remarquable.

Je l'ai fait pour 3, alors comptez 500g de filet de thon rouge (ce n'en était pas pour cette fois mais le filet reste le top, plus épais et meilleur), du sel de guérande, du bon poivre (et vous savez que cela a de l'importance pour moi): mélange de Pondichéry pour le côté épicé, de Tellichéry, et Blanc du Penja (vous pouvez le faire avec du poivre plus ordinaire aussi mais...), 1/2 chou-fleur, un cube de bouillon de volaille, du beurre au sel de Guérande et de la crème fleurette. On commence par faire cuire le chou-fleur détaillé en morceaux dans le bouillon de volaille, j'ai pas calculé le temps, alors je vais dire un quart d'heure, mais piquez-le pour être sûr (on se fout un peu qu'il soit un brin trop cuit puisqu'on va le rendre à l'état de purée). thon-rouge2.JPGMettez-le dans une passoire un gardant un tout petit peu d'eau de cuisson puis reposez-le dans sa casserole; agrémentez d'une lichette de beurre, de 2-3 cs d'eau de cuisson et commencez à mixer au mixeur plongeant en rajoutant petit à petit la crème fleurette, jusqu'à obtenir une consistance bien crémeuse, salez, poivrez, réservez au chaud (doux sinon ça bulle et ça gicle). Avant de commencer la cuisson du chou fleur, j'avais bien salé, poivré puis massé mon filet de thon dessus dessous. Il ne me restait donc plus qu'à le passer 1 mn de chaque côté dans une poêle huilée bien chaude. Encore une fois, gérez la cuisson à l'oeil, de telle sorte que le thon soit saisi sur les côtés et cru au milieu. Il est l'heure de dresser, et pour que ce soit pas mal, découpez le thon en tranche et faites une belle virgule avec la crème: un petit cercle de chou-fleur, cuillère au milieu, vous ramenez vers vous et c'est la classe. La couleur, c'est de la bourrache, j'en ai planté sur la terrasse et moralité, je suis gavé de petites fleurs bleues pour colorer mes plats. Allez, jouez-la gastro lors de votre prochain dîner, vos convives se régaleront je le jure!

Partager cet article

Repost0
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 15:19

Lequel? aucun en particulier et tous à la fois. Je les adore, il y a de tout, c'est alléchant, jamais au top de la complication, la moindre photo vous donne envie de bouffer la page et ça me plaît. La belle Julie Andrieu a même grugé le concept, à tel point que de loin à la Fnac, j'ai cru voir un nouveau livre de Jamie...mes lentilles remises en place, je me suis vite rendu compte que c'était en fait le petit dernier de Manzelle Andrieu: "Julie cuisine le monde chez vous", pas trop mal d'ailleurs, il a fini dans mon caddie à côté des "carnets de route" du gastronome Anglais. Si je vous recommande ses livres, c'est que je les connais pas mal: rien que sous ma table basse trônent "L'Amérique de Jamie", "L'Italie de Jamie", "les carnets de route" de Jamie, à force de citer son prénom, j'ai comme l'impression de m'éprendre du savant fou de france 3. photo.JPG

Stop! Revenons sur le thème principal, le livre du mois...on est déjà le 27, il était temps.

Alors pour commencer à cuisiner Jamie, je vous recommande "100 recettes de saison de mon jardin" , juste pour la photo p269 de son "incroyable rôti de gibier et sa polenta" qui dégouline de jus jusque sur votre chemise. Les "buns sexy à la suedoise" p168 des carnets de route ne sont pas mal non plus, mais évidemment, je ne vous ai pas encore parlé du "poulet de compétition" ou des "super crêpes à la pomme" de "l'Amérique de Jamie". Bref, feuilletez au rayon livre et achetez celui ou ceux que vous voulez, je les adore tous!!! bye bye. (c'est pas que je sois un grand photographe mais là, elle a été prise particulièrement à l'arrache, alors cool...)

Partager cet article

Repost0
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 17:10

J'accepte la critique, c'est nul, pardon...mais la première fois que je suis allé au Thoumieux version brasserie, à peine assis nous attendaient sur la table un bon pain tiède dans son sachet et ce petit encas fait tout simplement de sardines et de "vache qui rit". C'était simplement bon, ça prend 2 sec à faire et ça nous fait un petit truc sympa de plus à tartiner sur du bon pain.

Vous trifouillerez dans les quantités si vous voulez en faire plus, mais pour une petite boîte (3-4 sardines) il faut: 3 "vache qui rit", une cc de vinaigre de vin, 2 cc de moutarde, 4-5 cc de ciboulette ciselée. La recette: vous enlevez simplement l'excédent d'huile (pourquoi pas aussi l'arrête centrale) et vous mélangez tout afin d'obtenir une consistance sympa à tartiner. recettes-4283.JPGMême si l'on a pas envie de se compliquer la vie mais simplement de s'en tenir au bon vieux trio: charcuterie, tomates cerises, fromage, c'est une alternative sympa et pas emmerdante à faire pour un sou. En se donnant un tout petit peu plus de mal on obtient le trio: tartelette gratinée et piperade, sardine qui rient et velouté de petit-pois, mousse au lard fumé...c'était hier soir, ça m'a pas demandé trop de boulot et ça a quand même une autre gueule!

Allez, on dit merci à J-F piège pour cette recette simplissime et on sabre le champagne...Quoi qu'il est sept heure moins le quart, c'est donc l'heure du.....RICARD!!! hips!

Partager cet article

Repost0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 18:07

Voici une alternative aux classiques sauces aux oeufs et mousselines pour accompagner vos asperges. Inspiré du basique vittelo tonnato Italien, ici ce n'est pas du veau, mais bien nos merveilleux petits légumes de printemps. Ça fonctionne plutôt pas mal, sinon la recette serait restée dans mes placards, alors à vous de jouer!

Les ingrédients pour 4 personnes: 2 bottes d'asperges vertes, 1 boîte de thon au naturel (280g), 2 c. à soupe de câpres, 1 tablette de bouillon de volaille, 1 jaune d'oeuf, 1 c. à café de moutarde, 20cl d'huile, sel et poivre.DPP_00052.JPGGrattez les asperges en partant de la pointe, coupez le bout de la tige, sinon il reste dure. Faites bouillir 2 litres d'eau avec la tablette de bouillon, et plongez-y les asperges pour 10 mn. Égouttez-les délicatement, en conservant une louche de leur bouillon de cuisson.

Pour la sauce: dans un bol, réunissez le jaune d'oeuf, la moutarde, du sel, du poivre et un peu d'huile, commencez à battre l'ensemble à la fourchette puis verser le reste de l'huile en filet sans cesser de battre: faites une mayo en fait. Ajoutez les câpres et le thon émietté, mélangez et détendez la préparation avec un peu du bouillon de cuisson. Mixez (au mixeur plongeant) afin d'obtenir une sauce souple et onctueuse. Il ne reste plus qu'à dresser les asperges puis les napper de sauce, bon appétit.

Partager cet article

Repost0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 13:16

Après ma déception du Bailliage (cf article cantal sourire #1), il ne me restait plus qu'à me cantonner à une valeur sûre qui perdure depuis des années: La ferme auberge du Bruel à Saint-Illide (15). Le seul petit soucis de ce spot Cantalou, c'est le manque de renouvellement du menu, mais n'y étant pas allé depuis 2 ans, j'étais content de pouvoir y retrouver mes escargots et ma queue de boeuf habituels. Tant qu'on y est, il y a un autre petit "hic": le trajet. Sur le chemin des agapes, on y pense pas trop, le ventre est vide, rien ne trouble la vision, maitrise total du véhicule. Heureusement va t'on dire, car c'est dans ce sens que l'on roule côté "vide". Au retour, figurez-vous qu'il est possible de croiser Alf en la personne d'un bon gros blaireau, de mal juger la longueur d'un virage, d'où la nécessité de rouler à 40KM; de se tromper de route? pourquoi pas tant qu'on y est, il n'y a pas de logique pour le retour sauf celle-ci: on double le temps de l'aller...et la nuit, on ne voit plus le paysage...Scheisse!!!salesse.JPGComme son nom l'indique, le Bruel ( comme on l'appelle ici ) est une ferme tenue par Françoise et Laurent Fleys qui fait de la vente de produits de très bonne qualité issus de leur production: saucisson, jambon, boudin noir etccc, tous plus délicieux les uns que les autres. Puis ils ont ouvert la ferme auberge (produits de chez eux) avec madame aux fourneaux, qui propose un menu unique avec quelques choix dont la terrine de pieds de porc poêlée, le porc à la sauge et au miel, croustillant aux girolles ou aux asperges selon la saison et bien sûr, mes escargots et ma queue de boeuf en crépinette, si fameuse qu'ils mettent la recette sur leur site.

Quand j'y suis allé la semaine dernière, ils revenaient d'un déjeuner chez Serge Vieira (espoir 2* michelin) à Chaudes-Aigues (15) ce qui dénote quand même un gros intérêt pour la gastronomie, et on le sent dans l'assiette! photo-copie-1.JPGCe soir-là, une petite saucissonnade maison nous attendait, un petit coup de rouge là-dessus et c'était parti pour une petite soirée décontractée comme on les aime là-bas (et ailleurs aussi ah ah). Escargots comme à l'accoutumé...en persillade et concassé de tomates surmontés d'un petit toast...j'adore, et cela se voit au retour des assiettes croyez-moi!!! coquin.

Les mollusques engloutis, le festin peut continuer. Voilà ma queue de boeuf qui arrive, tranquillement assise sur son lit de réduction au vin rouge, le gros plat de truffade pour la table qui la suit de prés; Mes yeux flairent l'ensemble, ma bouche s'ouvre, une fourchette de viande vient taper là, j'ouvre. Délectation. Je peux vous dire à la mine de mes voisins, que le foie gras poêlé et le cochon au miel passèrent sans embûches le stade de la dégustation eux-aussi.photol.JPGPour finir "léger" (j'ai dit non au rab de queue de boeuf), ce sera la soupe fraise-rhubarbe pour tous et je ne dis pas non aux glaces maisons. Le Colonel Hannibal Smith disait " j'aime que les plans se déroulent sans accrocs..." pareil pour les dîners!!! et pas d'accrocs ce soir-là!

Voilà, c'est 27€ le menu (vins sympas aux bons prix), et la plupart des produits viennent de la ferme, alors si vous passez par là (il le faut tellement c'est beau), voilà l'adresse pour se taper la cloche et revenir avec des tas de bons produits. Si vous avez la flemme de tirer jusqu'à Saint-Illide, ils sont au marché d'Aurillac, Mauriac et Saint-Flour tous les samedis matin. C'est fini pour cette fois, mais vous vous doutez bien que " Cantal Sourire" reviendra, pas plus tard que cet été!!!

"Cantalousement" vôtre

 

Ferme Auberge du Bruel . 15310 Saint-Illide . 04 71 49 73 25

Partager cet article

Repost0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages