750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 12:38

En plein dans la saison! Des endives, perles du nord, quelques oranges, perles du sud, on est dedans jusqu'au cou, il fait un froid de gueux, réchauffons nos estomacs avec cette belle recette d'Yves Camdeborde.
Pour 4 personnes, je préconise 4 côtes de veau, 100g de beurre salé, 1 cc de persil plat ciselé, des amandes torréfiées puis réduites en poudre, 1cc d'échalotes ciselées, 4 cs de chapelure, 4 endives, 50cl de jus d'orange (maison) huile d'olive, sel et poivre.
Commençons par manier le beurre en le mélangeant avec le persil, la poudre d'amande et l'échalote puis le réserver.
Mettre les endives dans une casserole avec le jus d'orange, mettre à niveau avec de l'eau et faire cuire à petit feu pendant une demi heure. Les égoutter et les couper en 2. Réduire de 2/3 25 cl de jus de cuisson.cote-de-veau-endive-orange.JPGPréchauffer le four à 200°C.
Dans une poële, colorer les côtes de veau 2mn de chaque côté puis les réserver sur un plat allant au four. Etaler de façon égale le beurre manié sur les côtes, saupoudrer de chapelure et passer au four 5mn.
En même temps, poêler à feu assez vif dans un peu d'huile d'olive les endives côté plat pour bien les colorer.
Une fois les côtes sorties du four, les laisser reposer 10mn puis récupérer le jus de cuisson et le mélanger au jus des endives, réserver au chaud.
Il ne reste plus qu'à dresser: une côte bien dorée, 2 moitiés d'endives et du jus…on passe au four chaud 2 minutes et on n'a plus qu'à se régaler!

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 11:30

David Ducassou… c'est lui le fou oui! "biarnés cap e tôt" c'est sûr.
Fermé: le restaurant dans le quartier du foirail à Pau; je le retrouve aujourd'hui à Morlanne, village béarnais classé, bien dans son jus, le château trône et il s'est maintenant trouvé un roi!
De la ripaille un brin distinguée, pas envie de s'emmerder mais l'assiette a de la classe, le lieu aussi à sa façon…Un quillé (vieux jeu de quille Béarnais) trône impérieusement,  on le surplombe de la salle, vision de la cave par transparence, la cuisine nous observe. Des ardoises à citations traînent un peu partout, pas de pop-corn dans le distributeur mais des "cornflakes" de canard, le "jamon" attend qu'on le tranche, le vin qu'on l'épanche… on va s'en payer une belle! capetot-cave.JPGFormé chez Taillevent et chez son confrère béarnais Yves Camdeborde à la Régalade, David Ducassou est maintenant plus que chez lui à Morlanne pour concocter une cuisine allant de la bistronomie si vous êtes à gauche, à la gastronomie pour la droite (n'y voyez là aucun lien avec les futures élections mais juste une distribution en salle…), un fou je vous dis!
Ce sera Bistronomie pour moi, c'était son domaine au Capetout Palois, allons maintenant le tâter à Morlanne pour un menu 6 plats à 35€…quelque chose à dire??? j'imagine que non, alors chut, on déguste!
Avant de commencer, remarquons qu'à 35€ le menu 6 plats, il n'en a pas après notre portefeuille, mais plutôt à nos papilles trop souvent maltraités par les nombreux imposteurs de la bouche…à méditer pour ceux qui pensent que la "Boucherie", la "Pataterie" ou toutes autres merdes à "nourriture" industrielle sont des "restaurants", car pour un menu complet dans ce genre de daube, ce sera le même prix ici (sinon il y a le menu à 25)! Haro sur la malbouffe! capetot-homard.JPGOn est d'accord! Mais on a quoi pour 35€ chez Mister Ducassou? Du plaisir tiens! venant de celui qui critiquait la baisse de la Tva au motif que n'importe qui pouvant ouvrir un restaurant, n'importe qui y verrait là le moyen de se faire de la thune au détriment de la qualité... Il a au moins le courage et l'honnêteté d'être transparent et de nous en donner pour notre bonheur, et notre argent ok...
Velouté de homard, chantilly à l'aneth et parmesan, quelques moules et minis croûtons. Brouillade d'oeuf de ferme et oursins. Bar en croûte de noisette, mousse d'épinard, réduction de vins aux épices. Porc noir de Morlanne et embourrée de choux vert. Soufflé au Grand Marnier et finish sur une note d'agrume. Je balance tout comme ça…à vu de nez ça fleure bon non? A vu d'oeil ça le fait et en bouche…même si c'est un tout ça reste le plus important: ça tue!capetot-bar.JPGLa soupe de homard sera le préambule à un beau roman à rebondissements multiples, la chantilly la "veloute" et les croûtons font "crrrr", parfait. La brouillade arrive à point, crémeuse, les oursins mettent un coup de peps sans être "dévastateurs", alliance classique et subtile qui fonctionne bien. Le bar passe, la fourchette l'attrape, la sauce nappe et voilà le cochon! Et quel morceau de goret! sublime dans son lard fondant, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu l'occasion de manger un morceau de porc pareil, producteur local remarquable, tout comme le cuistot. Dessert sans histoire, suis un grand fan de soufflé, n'irai pas en dire du mal!
On ressent l'influence bistronomique "Camdebordienne", la cuisine m'a indéniablement fait penser à celle de la Régalade de Bruno Doucet, soufflé ou riz au lait, ce n'est pas un mal. capetot-cochon.JPGLes cuissons sont parfaites, les producteurs pour la plupart régionaux connaissent leur métier et donnent toute leur noblesse aux produits que sublime David Ducassou.
Beaucoup devraient aller y prendre des cours du soir, on a besoin de gens comme ça: qui cuisinent "sans chichis" remarquablement, qui aiment leur région, les beaux produits qu'ils soient d'exception ou non, qui aiment faire plaisir?
Vins que vous allez choisir vous même à la cave, "chassez le vin naturel, il revient au goulot" lit-on dés la porte franchit, tout est dit sur le parti prit… jusqu'aux "vins incompris, pestiférés sans pesticides" du fond, remontons trinquer!
Je m'y suis régalé, comme ma femme, Pierrot et madame, une vraie belle soirée dans son ensemble, un bonheur "cap e tot"!

"La cuisine, c'est quand les choses ont le goût de ce qu'elles sont". Curnonsky

Cap E Tot (Lou Capetout) . Carrere du château . 64370 Morlanne . 05 59 81 62 68

                                                                                    capetot-bearn.webou.net

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2012 1 30 /01 /janvier /2012 14:00

...C'est toi l'andouille. Toi! qui n'a pas encore passé la porte de cette belle auberge gastronomique du vieux Tours.

Barju, comprenez Barbara et Julien, les tenanciers de ce beau bistrot/gastro; tomettes et poutres apparentes, grand bar et meuble à épices (made by O Roellinger). C'est Barbara qui s'occupe de nous en salle, charmante et attentionnée, Julien Perrodin en cuisine.

Ancien de chez Jean Bardet à Tours, de Pierre Gagnaire à Paris et enfin d'Olivier Roelinger à Cancale, dont on sent particulièrement l'influence, le gars connaît sa partition, ça risque de virevolter entre graves et aigües, à coup de dièses et d'accents mais sans bémol! J'aperçois le Chinon "les 5 pères" de Wilfrid Rousse qui approche, lancement de mon menu pique-nique (cf le titre) immédiat, la serviette est sur la cuisse, couteau et fourchette en main, c'est parti!BARJU-pic-nik1.JPG

Quelques petites friandises iodées pour affûter les crocs, voilà le premier panier. Multiples Déclinaisons toutes bien senties: petit crabe farci, tartare de bar, huître aux algues et j'en passe. Frais, bien assaisonnés, ça balance pas mal. Panier/plat du même acabit: un filet de bar cuit sur pierre parfait, délicieuse barbue goût grillé en bocal de haricots cocos et langoustine chips de pied de porc. Les desserts eux, jouent la carte basiques de la pâtisserie et ce n'est pas pour me déplaire, c'est toujours ce que je préfère d'autant que j'aperçois un millefeuille...et une belle profiterole: bien fait même si ce n'était pas le millefeuille le meilleur qu'il m'ait été donné de goûter et qu'à la fin, les petites portions, ça lasse un peu quand même.BARJU-desserts.JPG

Voilà une belle adresse du vieux Tours où les coups de cuisine sont bien sonnés: accords terre/mer, cuissons et assaisonnements bien maîtrisés. Un petit bémol cependant sur le menu en multiple déclinaisons: le concept du panier pique nique est sympa, mais la cuisine reste cependant assez classique et se prête du coup moins à ce petit jeu que d'autres, plus "évolutives" à bouchées multiples. Il y a évidemment d'autres possibilités et les échos sont tout aussi bons pour les plats à la carte. N'hésitez pas à passer la porte de cette belle auberge gastronomique, le personnel est adorable, on s'y sent bien et le diner n'en est que meilleur!

Prix logiques: 51€ le menu pique-nique, 22€ le menu déj avec vin et café, carte normale. Vins bien sentis aux bons prix, petite boutique à épices et vanilles d'Olivier Roellinger, andouille et huile d'olive. Allez, ne faites pas l'andouille (de Guémené) et courrez y faire un tour!

 

Le Barju . 15 rue change . 37000 TOURS . 02 47 64 91 12

 

                                                                               www.barju.fr

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 20:14

...L'équipe sera sur scène début mars pour un spectacle/dégustation gratuit!flailleur_amusebouches.jpg

Fermé depuis l'été dernier suite à un incendie, le restaurant L'Amphitryon, double étoilé de Colomiers (31) reprend du service en Avril. Un bonheur pour tous les gastronomes et bien sûr pour le chef Yannick Delpech et toute son équipe. 

En attendant le retour aux fourneaux, voilà une belle initiative de leur part qui ne mérite que la participation du plus grand nombre. Souhaitons leur évidemment la meilleure année 2012 possible!

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 13:16

On aimerait se dire assez vite que l'on est New Yorkais, choper l'accent parfait, connaître tous les bons plans, mais il y en a trop. Arrivant dans chinatown, autant le dire tout de suite, il y a des restaurants et des gargotes partout. Choisir la bonne, se fier à qui? chacun à son adresse, la meilleure évidemment, difficile tout ça, même s'il y a pire comme dilemme. Je suis resté fidèle à Julie Andrieu encore une fois, non sans être allé checker 2-3 avis sur le web. divers-8694dqs.JPGCe sera Vanessa's Dumpling dans Elridge street, sorte de cantine à raviolis, soupes et autres mets chinois. Autant dire que ça turbine sec là-dedans, arrivé en milieu d'après-midi, il y avait la queue, bien gérée, votre tour arrive assez vite et encore une fois pas de déception à l'horizon.vanessa-dumpling-4.JPG Première impression, ultra cheap, cela ne coûte rien, une barquette de raviolis vapeurs/frits pour 2-3$, les soupes pour pas beaucoup plus, si vous ne jetez pas un oeil aux alentours, vous pensez que les portions sont réduites et vous commandez…
Que Nenni il y a de la matière, barquettes pleines de gros raviolis exquis, porc/cive, poulet/basilic thaï etc etc…vanessa-dumpling.JPGUn régal, encore une fois, tous les sens sont en éveil dés la première bouchée, les raviolis sont pleins de farces toutes  meilleures les une que les autres, les préparations sont fraîches, on croque là-dedans comme dans un gros beignet et un flot de sensations envahit la bouche. Oubliées direct: toutes les bouchées vapeurs que l'on nous sert les 3/4 du temps en France, les soupes en sachet, une réelle découverte pour moi (comme presque tout ce qui a touché à la "world food" durant mon séjour). chinatown.JPGIl y a évidemment plein d'autres bonnes adresses, ne passez pas à côté et profitez en pour vous balader dans le quartier; tous les étals sont à rendre fou n'importe quel "food addict": poissons, viande, légumes et herbes, un bonheur. J'ai failli caser 2-3 petits choux et quelques champis dans ma valise…mais la raison l'a emportée, ou la peur de la douane?

 

Vanessa's dumpling . 118 Elridge St . New York.

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 12:54

Aujourd'hui on fait dans le mythique, dans le cinématographique, le touristique, le grand classique! Vu dans fourchette et sac à dos, dans le top des destinations gastro-touristiques qui comptent encore pour les New Yorkais (NYC time), dans des tas de films, séries: La gare de New York, Grand central terminal et son bar à huîtres, poissons, coquillages et crustacés... oyster-bar-5.JPGEn redescendant de Harlem côté est, rien de plus facile pour s'y rendre; le métro passe par Grand central station, arrêt requinque! On va bien voir ce que donnent leurs huîtres.
A mon arrivée, deux places se libèrent au bar, coup de chance, je commencerais par une Manhattan clam showder pour faire comme Julie Andrieu à New York, puis une petite friture de calamar, et 6 huîtres pour finir sur une teinte de fraîcheur et de légèreté. Siouplait Sir! oyster-bar.JPGLa soupe de clams a l'avantage d'être brûlante, avec le temps qu'il faisait ce jour-là, je dois dire que je l'ai plutôt bien accueilli; par ailleurs pas grand intérêt si ce n'est le prix, 6$.
Friture de calamars sans grand plaisir non plus, un peu mou du string tout ça, huileux, seule la sauce tomate en accompagnement vient un peu relever l'ensemble. oyster-bar3.JPGMention spéciale pour les huîtres: "malpeque reg", "martha's vineyar" et "olympic miyagi" tapent dans le haut du panier. Il y a de la tenue sous la dent, un petit goût de noisette, fraîcheur au top, difficile de faire mieux.
Si vous y passez, et cela ne serait pas un tort, vous vous retrouverez dans le même hall que les animaux de "Madagascar" (the movie), que Will Smith ou que bien d'autres stars US, la gare est superbe; mais si vous passez à l'Oyster Bar, faites gaffe à vos dollars car c'est globalement pas donné si vous sortez de ce que je viens de vous citer.
Y faire juste une Oyster Pause? je ne saurais que vous le conseiller, Clam' de fin!

 

Grand central Oyster bar. Grand central station, NYC.

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2012 1 16 /01 /janvier /2012 12:50

Comme je l'avais dit dans mon post sur Williamsburg/Bushwick ici, j'étais dans le coin pour réjouir mes papilles de la cuisine d'un Roberta's fermé. La faim est tenace, surtout quand on est gourmand et que rien ne peut faire oublier à nos sens qu'ils veulent s'exprimer. Après un petit tour très street art entre Bogart et Moore street, un rideau en fer à moitié baissé; un petit panneau "lunch" dans la rue me laissent imaginer qu'il y a de la cuisine là derrière, trois longues tables en bois, les bancs qui vont avec, me voilà chez Momo Sushi Shack.MOMO5.JPGMarcher, cela donne soif, une petite pression fait toujours du bien mais quand on voit une carte avec des sodas du coin atypiques on craque. Rhubarbe ou concombre super rafraîchissants et délicieux, voyons le menu. Serveuse ou patronne (je ne sais pas) adorable, c'est parti pour un festival de saveurs, que du frais, que du bon, un bonheur inattendu. l'ensemble du repas fut sublime, Hamachi Negi (limande à queue jaune, échalotes et wasabi frais) ou Ryoan (ceviche de saumon, avocat, yuzu et Saint-Jacques) merveilleux, superbes de fraîcheur. Les poissons crus sont divins, les associations ont du sens, ça fond, ça croque, c'est iodé et parfaitement assaisonné.momo2.JPGLes Spicy tuna roll sushi m'ont réconcilié avec les "sushis", le riz ne respire pas le sucre, le thon tient son rôle, les sauces plus ou moins épicées préparées sont parfaites, vraiment une belle expérience. Les pork gyoza arrivent sous forme de galette ultra fine de laquelle se détachent nos petits gyozas, raviolis vapeurs/frits japonais au porc, ciboule et aromates, on trempe, ça craque et ça fond, on en taperai bien 2-3 assiettes. Je peux vous dire que pour résister à la tentation de reprendre la carte, il m'a fallu une sacrée force de caractère...d'autant que les prix sont très loin d'être rédhibitoires. momo7.JPGEncore une fois une adresse hallucinante pour nous français, rien, mais alors rien ne laisse imaginer le plaisir que vous allez prendre en passant le cap de l'entrée. Pour l'anecdote, ma femme est tombée sur Madame "momo sushi shack" chez notre fromager (Xavier) à Toulouse samedi dernier, le monde est petit non? profitons-en!

 

Momo Sushi Shack . 43 Bogart St #2 . Brooklyn NYC . (718) 418 6666

 

                                                                  momosushishack.com

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 11:10

Apanage de la grosse pomme peut-être pas, mais partie intégrante voir prépondérante de la food culture US, c'est sûr. Food Addict en partance, ton estomac va en prendre plein les mirettes, food lag en prévision dés le débarquement! C'est parti.street food addictOubliez les idées reçues, il n'y a pas que des burgers et des hot-dogs à NYC, ils sont bien sûr omniprésents, saucisses et steaks bien lovés dans leurs buns briochés agrémentés à l'infini, yummy! Vous en tâterez soyez en certains: hot-dog, kebabs,bretzels et burgers sont présents à chaque coin de rue; Profusion également de slice (part de pizza), donuts et bagels. Parlons de basiques pour ceux-là, puis jetons un oeil aux cahutes statiques, vendeurs ambulants et food trucks disséminés un peu partout dans la ville. And the story begin, world culture oblige; préparez vous à parler 10 langues et à faire vivre à votre bidon le plus beau melting pot gastronomique jamais connu. Une envie de gaufre belge? un petit milk shake organique à la vanille de madagascar? cupcakes, muffins, glaces, tacos, bol de nouille; cuisine coréenne, chinoise, indienne, thaï ou sud américaine, le monde est là je vous dis, et il y a peu de chance d'être déçu.slice pizza

street taco

street tacos food truck

street milkshake

street cupcakesLes trucks ont leurs addicts, beaucoup tweets d'ailleurs chaque jour leur nouvel emplacement, ils ont même leur Award du best food truck, c'est que l'on ne rigole pas avec la qualité monsieur! Vous ne vous sentirez jamais trompés, beaucoup de préparations se font minute à base de produits frais, une vraie culture du bon goût bien fait.

Je me vois encore dans Soho, bien installé au soleil à savourer mes tacos sauce chipottle ou guacamole: un "homemade fresh tea" dans une main, le régal à sombrero dans l'autre. Les trucks me faisant de l'oeil en permanence, la technique consistait à manger peu à chaque fois et à marcher beaucoup "entre" chaque fois. Ça marche pas mal, à part pour les jambes...street wafelSi la curiosité vous pique, allez jeter un oeil sur le blog delicatesseny.com, elle en a chroniqué pas mal. newyorkstreetfood.com vous transportera un peu là-bas et Roaming hunger vous indiquera leurs emplacements chaque jour. Encore 2-3 posts sur New York et ce sera fini, il faut bien passer à autre chose, ça fait maintenant plus de 2 mois que je suis rentré quand même...mais c'était tellement bon!

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 12:53

Le choix d'une adresse pour dîner à Pau était rendu difficile la semaine dernière par le fermeture de la plupart des bonnes. Après la déception Chez Pierre, je voulais éviter l'écueil probable au Fin Gourmet. Et puis apparaît de je ne sais où un resto ouvert depuis 1 an par Thierry Lassala et sa femme, anciens propriétaires du Bon Coin à Lurbe-Saint-Christau: Ze Bistrot dans le quartier du château, rue Henri 4, cela ne s'invente pas. On me parle d'un bon pro, qui adore le vin, le produit; Thierry Lassala, je suis votre homme, je viens dîner chez vous!

Accueil charmant de Madame, qui suivra la même ligne tout le dîner, un véritable bonheur. Mâcon de chez Thévenet au verre en apéro, ça ne s'invente pas non plus, si je mange de la merde après ça c'est à n'y rien comprendre.saumon-marine-juste-saisi.JPG Il n'y aura heureusement pas dix mille questions à se poser, un terme suffira: bon. J'en aurais un deuxième: Plaisir, car hormis la citronnelle dont je me serais passé, mon entrée de saumon mariné juste saisi et cuit à la perfection n'était qu'un petit moment de bonheur, mâche bien assaisonnée, préparation du palais pour le graal qui arrivera ensuite. Une petite lampée de hautes-côtes-de-nuit, je suis prêt: Jarret de veau rossini, risoto à la truffe. Je n'ai pu résister à la suggestion du moment et j'ai bien fait. Une tuerie, une bombe calorique, un plaisir presque mystique, c'est rond, ample, fondant, la truffe croque sous la dent, le foie gras fond dans la gorge, le risoto nape la langue, on est au fin fond du bonheur.jarret-de-veau-rossini--risotto-a-la-truffe.JPG Un morceau de jarret se détache, on le nappe de sauce, on le trempe dans le risoto et on chope un morceau de truffe au passage, mes papilles s'en souviennent encore, c'est moi qui vous le dit!

On se passera de dessert mais l'Armagnac ne fut pas de trop après les agapes. Bilan non contrasté, superbe soirée at Ze Bistrot qui faisait d'ailleurs salle comble ce soir-là (les Palois ne se sont pas trompés sur ce coup-là). L'addition est tout à fait correcte dans l'ensemble, la mienne fut un peu plus chaude mais on sait à quoi s'attendre quand il y a du foie gras et de la truffe, bon vin et alcool. Chose rare, quand j'ai demandé un conseil sur un vin, la patronne m'en a conseillé un autre plus abouti...et moins cher. Si vous n'y êtes pas encore allé, je me permettrais de vous en donner l'ordre...moi, j'y retournerai c'est sûr.

 

Ze Bistrot . 13 rue Henri VI . 64000 PAU . 05 59 27 44 44

 

                                                                              zebistrot.com

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 10:56

Palois pendant 5 ans, j'en ai entendu…c'est qu'ils sont chauvins ces béarnais…3 restos comptaient et revenaient sans cesse à mes oreilles: Chez Pierre, "the place to be", le Fin Gourmet et Au bord de l'Eau.
Chez Ruffet? l'Auberge Labarthe? Lou Capetou (à Morlanne maintenant)? que nenni, ceux là on préférait les critiquer, facile: 2 étoilés Michelin et une forte tête, ça doit faire bien de dire que c'est moyen. A l'époque, le "nouveau" patron d'Olivier&co, François, que vous avez pu voir dans Pékin Express (édition 2011) mettait un coup de pied là dedans, soirée huile d'olive chez Labarthe, partenariats…un bon épicurien le gagnant! Toast-melba-de-dorade-grise--compotee-d-oignons-rouges-e.JPGPrécisons quand même; je ne dis pas que ces restos n'avaient personne bien au contraire, heureusement qu'il n'y a pas que des cons! Ils étaient, et restent encore aujourd'hui les 3 meilleurs restos du coin, avec une belle percée des Papilles Insolites, et de Ze bistrot…à venir sur le blog.

Pour revenir à Chez Pierre, je n'y avais jamais traîné mes guêtres jusqu'à aujourd'hui, et bien on ne m'y reverra plus. Institution paloise depuis quelques années je veux bien, mais ils ont du oublié que l'on était en 2012. L'endroit commence à faire vieillot, je pourrai aller taquiner la cuisine des nouveaux proprios sur le même terrain, mais je n'ai rien contre une bonne vieille poule au pot.
On serait en droit d'espérer un peu d'évolution dans la cuisine et passer outre l'éternelle compotée d'oignons rouges sous le filet de daurade, mais celui là passait encore pas mal. Pensez juste à annoncer que ce ne sera pas de la roquette mais un mesclun inodore (sans un brin de roquette) et j'accepte.Risotto-de-Saint-Jacques-et-langoustines--jus-de-crustaces.JPG J'ai cru comprendre que le pressé de canard de mon voisin ne lui faisait pas faire "coincoin"…mais le risotto qui suivit, "glouglou" c'est sûr, touché coulé! Une patasse à base de riz, noyée sous une sorte d'américaine, Saint-Jacques et langoustines dont je n'ose pas imaginer la provenance ni le mode de cuisson.
Comme le dirait la serveuse "ils vous ont gâté pour la côte de veau", c'est vrai qu'il y avait de la matière, sur une assiette que je ne pouvais pas toucher tellement elle avait chauffé, la côte était certes grosse mais archi cuite, aux girolles…(je mettrais bien 15 petits points…) Sur un air de "t'es un peu con toi" on m'assure que les girolles sont fraîches…je ne savais pas que ça poussait sous la neige et de toute façon il n'y en avait qu'une, coupée en 4 au milieu de champignons de paris et de morilles…certainement fraîches elles aussi…les trottoirs de Pau doivent avoir un bel engrais c'est moi qui vous le dit.Cote-de-veau-aux-girolles--polenta-a-la-fourme-d-Ambert.JPG Humm...à l'idée d'une polenta crémeuse avec la fourme d'ambert annoncée, filante là-dedans, je bave…au lieu de ça, un bon vieux morceaux de polenta figée à l'emporte pièce, vite réchauffé, je cherche encore la fourme, elle avait du rentrer à Ambert, trop déçu de son sort.
J'y vais un peu fort, mais c'est à la hauteur de ma déception, de plus je n'aime pas que l'on me prenne pour un con. On aurait pu me dire que la polenta avait été remuée avec passion pendant une heure, que les morilles étaient fraîches que n'importe quoi en fait pour être peinard.
Heureusement une soirée avec un bon pote est forcément une bonne soirée, le vin était bon, le whisky aussi, et la serveuse malgré ses impairs, sympa. Je te pardonne à moitié Pierre, mais je ne viendrai plus chez toi...

 

( Précision: c'était peut être mieux à la "grande époque" )

 

Chez Pierre . 16 rue Louis Barthou . 64000 Pau.

 

                                                                    www.restaurant-chez-pierre.fr

Partager cet article
Repost0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages