750 grammes
Tous nos blogs cuisine Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 17:37

9h samedi matin, marché pluvieux, marché heureux. J'aime la pluie en septembre, elle est synonyme de champis, de châtaignes, de feux de cheminée et donc de week-end cantalou!
Ce matin là, d'autres toulousains auront préféré rester au chaud chez eux, moi je fantasmais de sous mon parapluie, non un week-end auvergnat mais l'ouverture de Sandyan et d'un bon café chaud bien accompagné.Sandyan 27-08-13 BD-32Et oui pauvre sudiste gourmand que je suis, j'ai eu beau chercher, j'en suis resté aux classiques de mon boulanger rue de la Concorde et attend mes virées parisiennes pour aller taquiner le Saint'O de Conticini (pâtisserie des rêves), le millefeuille d'Hermé, les éclairs d'Adam, les choux de Martinez, la tarte au citron de Marletti ou encore la religieuse de Michalak, et je ne parle pas des macarons. Je n'ai rien contre le Poussin bleu, la Bonbonnière ou Pillon, mais pourquoi étions nous l'une des rares villes de cette taille à ne pas avoir notre pâtissier un peu moderne, au courant des tendances, ne nous gavant pas de fraises en décembre (enfin j'espère…), laissant des institutions non bousculées poursuivrent leur train-train quotidien?
Rien que pour ces raisons, je suis heureux!Sandyan 26-07-13 BD-24Yannick Delpech (chef 2 macs de l'Amphitryon à Colomiers) et son associé Sandrine Batard se sont lancés! Accompagnés de Justine pour tenir la boutique et de Nicolas Buche (ancien Chef pâtissier de Michel Sarran) en chef pâtissier, ils ont enfin ouvert LA pâtisserie: Sandyan.
Présentation moderne, "horlogère" dirais-je, les petits gâteaux sont présentés sous cloches et arrivent tout frais du labo en dessous pour satisfaire nos papilles en émois. Salon de thé très sympa à l'étage au dessus, expresso à 2€50, ça tient la route.Sandyan--22-05-13--BD_83.jpgNiveau pâtisserie, on navigue entre classiques revisités et créations, éclair Paris-Brest à tomber, belle religieuse à avaler après la prière du salut, et millefeuille vanille caramel carrément addictif!
Et je parle d'un jour d'ouverture, pas de temps de rodage… "hum trop bon papa" me sortira le Baz, une belle tâche jaune sur son pull, parlant de son oeuf à la coque, mangue et crème au thé vert… déjà rodé visiblement.Sandyan 27-08-13 BD-38Les macarons sont parfaitement exécutés, légers, ça croque et ça fond, petits chocolats par-ci, brioches feuilletées par-là, on fini sur les bombes glacées, et ce n'est pas sans une larme (caramel et beurre salé, couverture Jivara lactée, confit de raisin et nougatine pour cette fois) que je m'en vais… au revoir et à bientôt c'est sûr!!!

 

PS: Oui, je sais, les photos sont trop belles pour être de moi... elles sont d'Emilie Gentil, merci encore!!!

 

Sandyan . 54bis rue Alsace-Lorraine . Toulouse . 05 61 21 45 64

                                                                             www.sandyan.fr

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 15:40

Départ en douceur de Chaudes-Aigues, ici la vitesse importe moins que la beauté du paysage. Le soleil encore doux du matin et les 14°c d'un mois d'août clément carressent les bêtes d'Aubrac et leurs jolis yeux teintés façon eye liner de poupée.
Je me prends à fantasmer une cueillette de myrtilles à l'arrache mais ai vite la flemme de gravir les monts environnants pour une quête qui restera surement vaine. Là un bois de sapins, il y a t'il quelques cèpes? Ici un bosquet fleuri, comestible? me voilà déjà comme contaminé par le virus Bras, pourtant je n'y suis pas encore.
Laguiole est là, pas con les Aveyronnais, fabrique de fromage à l'entrée, forge à la sortie, bref, si tu n'as pas trouvé ton bonheur dans le village, tu peux te rattraper à la sortie!morue.JPGUn petit café en terrasse avec le journal local, je saute vite les problèmes en Syrie pour me concentrer sur le match Espalion Rodez, plus léger même si finalement, je m'en fiche royalement.
Le soleil est vraiment au top, il réchauffe juste l'air frais, un vrai bonheur, un second café siouplait!
Un petit détour aux forges de Laguiole (fabriquant pour Bras, Vieira et cie…) pour acheter un coffret de Nontron de table, un peu con mais je n'aime pas la marque à l'abeille; un petit saut chez le voisin histoire de voir des Schlass à plus de 3000 boules, l'os de mammouth c'est rare.
Tiens! en passant, je me suis arrêté à la quincaillerie du bourg, je n'avais ni besoin d'accessoires de pêche ni d'anti-moustique mais je suis resté en arrêt devant leur rayon de matos de cuisine, incroyable. Il y avait tout et du sérieux hein! pas du sel de l'Himalaya ou du sucre à la vanille, mais du lourd, tout ce dont on peux avoir besoin pour bien s'éclater derrière les fourneaux! Sorbetières, blender, mixeur plongeant Bamix, petits accessoires, couteaux, etc… une vraie caverne d'Ali baba.gargouillou.JPGMidi!
Parking entre Ferrari et Jaguar, ma titine est fière, les voisines sont chics, mais un peu trop puissantes pour les petites routes du coin!
Accueil charmant et Sancerre de chez Vatan dans le seau, majestueux Aubrac à perte de vue, on n'est pas mal.
Petite taquinerie prenant la forme d'une tartine à la morue et d'un bouillon végétal, assez sympathique pour désirer ardemment la suite et le célèbre gargouillou.
Plat mythique de la maison Bras composé de tout ce qui ce fait sur le moment en matière de légumes, herbes et fleurs, quelques condiments et un lait de poule aux agrumes, on tape dedans!
C'est végétal, si ce n'est pas votre truc, oubliez, on passe du surprenant au délicieux en passant par le gênant si l'on tombe sur une herbe un peu forte n'ayant pas d'opposant costaud dans la fourchette. Ludique? certain, esthétique? aussi, tu bouffes la vue c'est sûr, comme l'impression d'être à 4 pattes dans les champs tout proches.l-anguille.JPGOn récupère la mâche sur le lapin en gelée, radis glaçons et oignons rouges, jeunes pousses. Au top de la fraîcheur, quelques petits "pickles", j'adore, cèpe et fleurs, croquant et fondant, un vrai régal!
Remarquable anguille de loire fumée au bois de hêtre, aubergine de Toulouse, soude et glycyrrhiza. Toujours un plat très naturel, ou le fumé de l'anguille copine avec les herbes, l'émulsion adoucit l'ensemble, l'aubergine fond, il n'y avait pas mieux pour amener les petites girolles, abricot et subric (sorte de petit gâteau local) au fromage de laguiole, feuille et pistil de cresson de para. Générosité des girolles, acidité de l'abricot et gourmandise du subric, le cresson fait la liaison, c'est royal!!!
Là ou beaucoup de restaurants pêchent sur la viande, ici elle fut sublime, racée et contrastée, un régal de fondant, je vous en donne l'intitulé exact:filet-d-Aubrac.JPGFilet de boeuf de pure race Aubrac, fondue, rob, steak et vinaigrette épicée ail/gingembre.
Cuisson remarquable, la bête fond dans la bouche, les tomates qui l'accompagnent, qu'elles soient crues, confites ou en purée, jouent leur rôle à merveille, un peu de blé, d'oignon, quelques fleurs, une acidité qui taquine sans l'emporter et on tient là un grand grand plat! bravo.
Dessert par contre un peu simpliste, une pêche rôtie au beurre salé passe encore, mais la glace à la tanaisie (fleur) n'avait pas grand intérêt, je resterai plus classique là dessus, l'interrogation sur le goût l'emportant sur la gourmandise, la fraîcheur, ou toute autre émotion recherchée en fin de repas.DSCN5363.JPGIl est 15h passé et la scène prend fin sur un café avec vue.
C'est bien de passer par de grandes tables quand on le peut. Qui n'a pas un jour vu les Bras en pleine cueillette? Le gargouillou? La grand mère à l'aligot dans la cuisine 3 étoiles? j'ai d'ailleurs oublié de le citer ce fameux, mais il est évidemment toujours servi en salle et je m'en suis régalé.
Il est temps de reprendre titine, elle s'ennuie ferme au milieu des prétentieuses, mais j'y reviendrai un jour c'est sûr! Car cela reste magique, un repas entre les Bras



Restaurant Bras . Route de l'Aubrac . 12210 Laguiole . 05 65 51 18 20

                                                                         www.bras.fr

 

Pour plus de photos, c'est sur Facebook!

Partager cet article

Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 16:22

Et tu roules avec le sourire en mode ""cruising" tellement la route est belle.
La nature offre là tout ce qu'elle a de plus beau. Ici les abeilles ne crèvent pas faute aux insecticides, les vaches sont majestueuses, Salers ou Aubrac broutent avec bonheur herbes et fleurs qui donneront tous leurs arômes aux grosses meules de frometons locaux.
Dans le sud cantal, les plateaux de l'Aubrac sont tout prés, Les Bras sont des voisins et les beautés se conjuguent. Forêts et rivières laissent petit à petit place aux sapins s'éclipsant eux-même au profit de petits prés délimités de murs de pierres sèches, arbres ras et herbes de montagnes. Nature moins luxuriante mais toute aussi belle.DSCN5233Et puis au détour d'un virage se dessine une allée arborée que précède un panneau trop discret, les tours du château du Couffour se dessinent là-haut sur la colline, il n'y a plus qu'à monter et garer la calèche, on y est.
Arrivé entre les deux tours, on se surprend à s'imaginer en Sean Connery dans l'Homme au pistolet d'or, une armature en métal trône dans l'enceinte du château, un escalier en béton descend sous terre, un sas, M? non, Madame Vieira, je serai James Bond un autre jour…
Chambre au top, ah oui c'est vrai, j'avais oublié de préciser que j'y dormais…ouverte sur mon Cantal chéri, le petit déjeuner du lendemain fleure déjà bon le bonheur… Mais pour l'instant il est temps de se délasser pour se préparer au diner qui arrive déjà à grand pas.mises-en-bouches.JPGSalle moderne grande ouverte sur la nature environnante, éclairage génial et personnel tout sourire, menu à 65 ou 98€, c'est parti!
Petits gâteaux et mises en bouches d'une extrême précision, des petites oeuvres d'art un peu trop dominées par les herbes selon moi mais ce sera le seul bémol de la soirée.
Huître roulée en fils de concombre sur une gelée de pêche vinaigrée, wakamé, pain de seigle et pousses acidulées d'une fraîcheur à tomber. C'est à la fois agréable et remuant, souple et croustillant, une danseuse se trémoussant sur la langue, piquante de sensualité! Tous les composants sont là, une acidité maîtrisée et c'est parfait.huitre-enroule-.JPGHomard grandiose au beurre noisette, petits bonbons de poireaux,  jus de carapaces léger et ample, quinoa aux agrumes crousti-piquant et pommes Lorettes  (sorte de bébés pommes dauphine) qui feraient plaisir à n'importe qui et à n'importe quelle heure! Encore un magnifique plat.
Bar mariné Gravelax, méli-mélo de tomates, quelques billes "explosantes" de fromage frais, tempura, dentelle de pain, et hop! encore une fois il y a tout, pas une erreur c'est remarquable, frais, tous les éléments du plats s'adaptent à la perfection pour balancer le combo gagnant!pommes-lorette.JPGl'Agneau Allaiton rôti au poivre des moines est évidemment cuit à la perfection, qui en douterait? épaule lustrée "gremolata", condiment aubergine, citron et jeunes courgettes. On suit la ligne, c'est top, gourmandise du jus et modernité de l'accompagnement, on ne joue pas sur une seule donnée mais on dribble et c'est génial!
Le dessert autour de l'abricot fut parfait lui aussi, technique, esthétique et gourmand, what else?agneau-allaiton.JPGVous aurez compris que la soirée fut des plus belles, un grand dîner dans une grande maison, un établissement dont j'espère le Cantal est fier!
L'ambiance est relax, tout le monde est attentionné sans être omniprésent, une grande cuisine bien entourée n'est il pas ce qu'il y a de mieux?
Tout était là pour faire de cette soirée "étape" un magnifique moment, de l'arrivée au petit déjeuner sous les premiers rayons du soleil "avec vue", j'y reviendrai mais il faut que je me prépare, ce midi c'est Bras…Bravo les Vieira, Serge et Madame.


Restaurant Serge Vieira. "le Couffour" . 15110 Chaudes-Aigues . 04 71 20 73 85

                                                                   www.sergevieira.com

 

Pour plus de photos, un petit tour par Facebook!

Partager cet article

Repost0
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 09:38

I'll Be Back! c'est à peu prés sur cette phrase que j'avais quitté, légèrement aviné, la maison Eguiazabal à Hendaye il y a maintenant… 2 ans...déjà???
Le temps court, court, mais j'ai enfin fini par le rattraper le coquin, 2 ans et un claquement de doigt que m'y revoilà comme promis.
Entre temps, Vivien Durand (le chef) a pris 2 ans (comme moi d'ailleurs), une étoile au guide rouge et a toujours la gnack et le smile!
Je crois que je l'avais vraiment mérité ce petit dîner au bord de la pistoche, à 19h30 j'étais encore travailleur Palois oscillant entre canicule et climatisation. Heureusement 2h plus tard j'étais gourmand attablé, oubliant instantanément les affres professionnelles de la semaine passée. DSCN5173.JPGPour ceux qui voudraient s'initier à Eguiazabal, mon premier post est là et ça n'a pas changé. On peut toujours bien boire à prix d'amis, du nature ou du grand cru, les tapas sont toujours aussi sympas et il faudra d'ailleurs que je revienne encore histoire de taquiner les tentacules du poulpe, j'adore le poulpe.DSCN5174En attendant, ce soir, je suis là pour le grand tralala, le dégust, la fête: j'ai attendu, attendu… mais il a fini par venir!
Mises en bouche amenées en communion acoquinées dans l'assiette: superbe focaccia crousti moelleuse à tremper dans de belles huiles d'olive… qui peut aussi être destinée à taquiner le maquereau mariné ou à choper le carpaccio de tête de veau, encore! j'adore! Calamar cru, bouillon de veau et oxalys qui m'a rappelé le calamar au bouillon de grouse de Yoshi Morie époque Petit Verdot. Un accord terre/mer au top, bouillon parfait, un régal.DSCN5186.JPGTruite de Banka crue et différents condiments dont ail noir ou piquillos, y'en a qui balancent, d'autres qui titillent ou qui adoucissent, au top, une belle idée de multiplication d'associations, la truite tient son rôle et ses partenaires viennent la provoquer pour un beau final!Oeuf, foie gras poêlé, truffe d'été et bouillon boulangère gourmand comme il faut, avec un jus en lieu et place du bouillon on y aurait encore gagné en pourléchage de babines mais avouez que l'intitulé vous fait déjà saliver?DSCN5192.JPGSplendide rouget en écailles "pop corn", crème de courgette et fleur en tempura, pied de goret pour conclure un accord au top, je succombe! Vraiment un magnifique plat avec tout ce qu'il faut pour provoquer le bonheur en bouche.
Petit farci et boeuf au jus encore une fois à tomber pour envoyer le pigeon et artichaut, je sens que je vais à nouveau me répéter mais... encore! j'adore!DSCN5188.JPGDessert un petit poil en dessous mais m'en fout (faut dire qu'avant il y avait un sacré level), j'suis pas sucré et les goûts et équilibres tenaient malgré tout bien la route, surtout que dès qu'on me met du citron cela suffit à mon bonheur.
Franchement un magnifique dîner bien accompagné dans le verre, que ce soit A Gros en Bourgogne, Thévenet pour le Maconnais ou ce magnifique Condrieu en découverte.
Pour ne rien gâcher, le déroulement de la scène se fait vraiment avec bonheur tant le service est relax, pro et vraiment sympa, définitivement une belle et grande maison que j'aurai plaisir à retrouver au plus vite!

Eguiazabal . 3 rue de Béhobie . 64700 Hendaye . 05 59 48 20 10

 

                                                               www.eguiazabal.com

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 13:58

Dimanche, 8h30, la goutte commence à perler sur le front alors que la vaisselle du petit déj se termine. Il fait déjà pas loin de 28°C, la voiture va commencer à chauffer, il ne faut vraiment plus tarder car quitte à griller, autant le faire les pieds dans l'eau!
Nous sommes à peine partis (1h30) que titine commence à chahuter sur la piste, mon ainé s'attend à voir surgir un lion de derrière les cactus et moi je tape sur des bambous en évitant un groupe de coureurs de fond, ça le fait rire.restos-2-0452.JPG"Plage naturiste"… je n'ai rien contre les baloches qui balancent ni contre les nénés ras les pieds mais j'adore mon nouveau maillot et je tiens à le porter…
Le Zaza Club est collé aux culs nus mais il est plutôt habillé lui, ouf, un petit café en famille, le transat a été booké la veille et il est à 2m à peine du bord de l'eau. Le trajet vaut le coup, c'est moi qui vous le dit!
Le trio bain/château de sable/ coups de soleil nous amenant directement à 12h30, Il est déjà l'heure de se caler dans les grosses banquettes moelleuse et de se taper un petit apéro!restos-2-0476.JPGAnchois de la Escala, pain tomate et calamars frits sur un petit Clos du Rouge Gorge, rien à dire, une petite brise traversante dans les cheveux salés, les enfants qui se prélassent dans les coussins et le bonheur d'être ensemble avec les copains est total.
Anchois et pan con tomate (15€) au top, je crois d'ailleurs que ce sont les meilleurs jamais dégustés. Calamars frits frais et croustillants, rien à dire.restos-2-0470.JPGGambas et Langoustines de Palamos (vingtaine d'euros) remarquablement cuites, superbes en bouches. Tartares de thon rouge frais et bien assaisonné, dodu dos de morue et riz au homard (38€) à tomber, servi dans son gros plat en fonte, que du bonheur!
Un petit Faustine (rosé Corse) passé tout seul pour conclure les agapes méditerranéennes, puis un café et dodo les pieds dans l'eau!restos-2-0489.JPGVoilà Ze Spot pour les toulousains travailleurs de l'été en surchauffe le week-end, décompression totale les pieds dans l'eau sans oublier le bon manger et le bien boire, magique.
Si les vignerons du coin ou les chefs voisins (F Putelat et G Goujon y ont déj dans la semaine) viennent y tenir table, il y a bien une raison!
Parait même qu'un écrivain y préparerait son prochain roman accoudé au bar, le regard perdu dans la grande bleue, une bouteille de Calcutt à sa droite! Mythe ou réalité?

Zaza club . Plage sud Torreilles Plage (sortie caner à Perpignan). 04 68 59 21 45

                                                                  www.restaurant-lezazaclub.com

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 15:34

Pour celle-ci, je me suis inspiré des plats servis à Amsterdam lors de mon récent séjour là-bas et notamment des asperges, beurre noisette et saucisse du restaurant AS. Et je dois dire que je me suis régalé, ainsi que la tablée réunie chez moi ce midi-là.

L'asperge, on a trop tendance à la manger en entrée, avec une vinaigrette "mimosa" ou une mousseline, sauces délicieuses évidemment dont je ne remettrai jamais en doute la gourmandise. Mais elle peut aussi s'accommoder de plein de façons comme vous avez déjà pu le voir sur ce blog, en plat, grillée, en fricassée, elle est diablement efficace, et dans la recette qui va suivre, elle est topissime! recettes-0134-copie-1.JPGC'est très simple, il faut cuire à l'eau bouillante des belles asperges blanches 5-6 minutes, contrôler la cuisson, mais personnellement j'aime qu'elles restent un peu fermes. Ensuite, faire un beurre noisette, pour la réalisation, il faut le chauffer jusqu'à ce qu'il commence à délivrer cette délicieuse odeur de noisette et qu'il teinte vers le marron clair, quand c'est le cas, stopper la cuisson.

J'ai étalé les asperges dans le plat de service, je les ai arrosé de beurre noisette, sel et poivre. J'ai déposé dessus des fines tranches de lard italien aux herbes, des éclats de noisettes torréfiées, des asperges sauvages, des capucines fleurs et feuilles, du cerfeuil et pour finir un bel oeuf poché! Un petit coup d'assaisonnement, les basiques sel et poivre et on est au top! Dépêchez vous de tester si vous trouvez encore quelques asperges car sinon, ce sera pour l'année prochaine, bye bye!

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 12:00

Le Py'r a déménagé il n'y a pas si longtemps, j'y étais et à 26€ le midi, je ne l'ai pas regretté!
Pour mon premier post sur le resto de Pierre Lambinon, allez voir ici. Pas de déception depuis, le frangin au service a pris de l'assurance, comme la salle en général, elle court moins, elle a belle allure et est visiblement contente d'être là.
Alors qu'a t'on pour 26 balles ce midi au Py'r?
Un vrai menu gastro pardi! Avec ces petits feuilletés pour patienter, et une belle huître terre/mer qui vient se poser là comme pour lancer les hostilités.oeuf py'r L'oeuf de poule mollet, pâte de comté, cerises, barquette végétale et noisette accompagné d'une crème de petit pois est très bon, mais les saveurs se multiplient, il manque un liant, la crème étant trop épaisse pour être versée autour, (évidemment j'ai tenté le coup…) on reste sur un côté un peu sec manquant d'assaisonnement.
Le Merlu Basque, lui, déchire sans trémolos, avec ses oignons au four, navet kabu, son petit condiment pruneau, crackcrack parmigiano et polenta crémeuse à baver, conquis le Rod! RAS, délicieux.merlu py'rDessert tout en fraîcheur, crème légère au caramel, nectarines et glace faisselle, très bien équilibré, il ne restera plus qu'à déguster les petites cochonneries avec le café en se disant que Toulouse a peut être trouvé là un nouvel étoilé pour son centre ville!
Reste à étoffer une carte des vins trop légère en nectar bien fait, pas besoin de prendre de risque, Lapierre (Morgon), Valette (Mâcon), ou Barral en Faugère seront au top et feront plaisir au aficionados!mignardises py'rNiveau déco, manque encore quelques finitions, mais la salle est quand même plus sympa qu'avant, et surtout plus facile à exploiter. Finis les marathons entre 3 étages montblantesque, on danse tous dorénavant sur le même pied, et ce n'est pas plus mal, enfin... surtout pour eux! Bon vent!

 

Le Py'r . 19 rue de la halle de la descente aux poissons . Toulouse . 05 61 25 51 52

 

                                                               py-r.com

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2013 1 01 /07 /juillet /2013 12:00

On y est, la "food truckisation" est en branle partout, elle amène tout son lot de péquin attiré par le terme ricain comme d'autres tombent dans la bistronomie ou dans le canaille et cela n'aura pas que du bon. Depuis le Camion qui fume à Paname, le truck est partout et ça en devient débile (mais j'adore le concept). L'autre fois dans un classement des trucks toulousains, je constate qu'il y en a au moins une dizaine de répertoriés, pizza dédé et cie... Le camion qui vend des sandwichs aux coeurs de canard à côté de mon taf depuis 10 ans va être content de savoir qu'il est mode! Là où le phénomène s'étouffera sûrement chez nous alors qu'il prend à peine ce sera déjà au niveau des emplacements, je n'ai pas encore vu de 5ème avenue à Toulouse et les espaces publics leurs sont interdits donc difficile de se faire une place...restos-2-0265.JPG Et oui, il est plus facile de stationner dans une avenue de 30m de large que rue Saint-Rome (Toulouse), bref la typologies des lieux est vraiment différente (rappelons quand même qu'à Chicago ils ont du dégager du centre, d'où la fermeture de certains d'entre eux). D'autres parts, aux Etats-Unis, le grignotage est culturel, tout le monde à quelque chose à manger ou à boire (le fameux thermos) à la main en permanence, ici il y a intérêt à être rentable entre midi et 2. Et enfin, rappelons à nos food truckers français qu'il n'y a pas que le burger dans la vie. Si vous voulez faire ricains, sachez qu'aucun food truck (tels qu'on l'entend rutilant, costaud, joli et motorisé) ou presque ne vend de burger, see there!. Ceux ci sont réservés aux Pakis et leurs cahutes juste un peu plus grosses que celles à hot-dog. Mais nous ne sommes pas aux states et n'avons pas encore de Wendy's, Burger King, Mc Do et cie à tous les coins de rue, donc... oufff.

Pour revenir à notre petite Cook Mobile toulousaine, elle est pour l'instant un peu perdue dans la Zone de Saint-Orens, pas loin de Leclerc, Casto et consorts. restos-2-0250.JPGNiveau look, elle pète pas mal, elle a du style toute de noire revêtue et son logo est bien trouvé. Niveau food, il y a du burger mais pas que, quelques desserts et les softs classiques. Le burger en étant gentil, est prometteur, le bun artisanal est très réussi dans le sens où il reste mou et bien brioché, un gage de bonheur pour moi. Malheureusement l'osmose constituante du fatal burger ne se fait pas, les ingrédients ne s'amalgament pas, la viande est trop juteuse, j'avais une mare à mes pieds au sortir de la dégust', la sauce n'est pas assez présente ou en tout cas ne forge pas une identité à la bête, bref on n'y est pas vraiment mais les éléments sont là, reste plus qu'à travailler. Niveau frite, ça tape là où ça fait mal, elle est maison donc comme assez souvent, trop cuite et mollassonne.restos-2-0257.JPG La frite maison pour être au top doit être choyée, précuite et rendue croustillante par un dernier bain minute, sinon c'est pas la peine, il y aura moins de surprises avec Mc Cain.

Quant au dessert, j'ai pris une panacotta, de celle qui fait que beaucoup ne l'aime pas alors que j'en raffole (quand elle est tremblotante et bien vanillée). De la brique, sans saveur dominante à part le coulis de fraise du dessus, elle a fini prématurément dans la poubelle. On m'a par ailleurs affirmé que c'était une bêtise et que ce n'était pas le cas d'ordinaire... il aurait fallu me le dire avant... Bref, convaincu par la démarche mais moins par la nourriture qui demanderait quelques réglages, quelques tests. Une belle volonté de bien faire, la viande est française, le pain est fait par un boulanger du coin, les fruits et légumes viennent de producteurs locaux, sympa, mais peut mieux faire au niveau de la transformation...

 

Follow the Cook Mobile on Facebook & Twitter .

Partager cet article

Repost0
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 09:40

Enfin un peu de soleil, la poule file dans la cocotte mais on la consomme froide avec un brin de salade! Simple comme bonjour, au top par les temps qui courent. Initialement, j'avais juste besoin d'un bon bouillon pour préparer une recette exécutée lors de mon déjeuner au Tire-bouchon. Autant faire d'une pierre 2 coups, un bouillon au top et une terrine qui ne l'est pas moins. Niveau ingrédients, on est dans le facile puisqu'il ne faudra qu'une belle grosse poulette (si votre volailler n'a pas de poule ne fonçait pas tête bêche vers un poulaga, ce ne sera pas pareil), 3-4 beaux poireaux, quelques carottes (4-5), un oignon piqué d'un clou de girofle, un peu de gros sel, des grains de poivre, laurier et thym.

La poule file au pot avec tous les ingrédients pour 1h15 à frémissement, on éteint le feu et on la laisse dans son bouillon le temps que cela refroidisse un peu (30mn 1h).recettes 9107 Pendant ce temps-là, chemiser une terrine de film alimentaire puis tailler les légumes (poireaux et carottes) en fins tronçons. Il ne reste plus qu'à découper la poule, à la main car il ne sert à rien de garder un blanc entier, et à alterner poule et légumes dans la terrine après avoir recouvert au maximum le film, de peau de la bête. Une fois arrivé en haut de la terrine, bien tasser et remettre un peu de bouillon de cuisson. Placer au frais au bon petit moment (préparé pour le lendemain c'est top) et il ne restera plus qu'à la déguster avec une petite vinaigrette aux herbes fraîches, accompagnée d'une salade, de quelques tomates confites et d'une bonne baguette! Il est évidemment possible de varier les plaisir, et de glisser dans la terrine quelques feuilles d'estragon ou autre, ça, c'est à vous de voir. En tout cas vous voilà avec quelques litres de bon bouillon pour vos futurs risottos et cie! Bon appétit!

Partager cet article

Repost0
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 17:44

Met by Rod N'Roll B&W© 5

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_31.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_83.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_37.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_28.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_44.jpg

 

Met by Rod N'Roll B&W© 109

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_104.jpg

 

Met-by-Rod-N-Roll-B-Wc_87.jpg

 

Ça sent la fin tout ça n'est ce pas?

 

Pour voir l'intégralité des photos c'est sur Facebook

Partager cet article

Repost0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages