Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 12:22
Le Palmarès Michelin 2014. Bravo Sylvain Joffre!!!!

On y est, le palmarès Michelin est sorti aujourd'hui en fin de matinée et on ne peut que se réjouir de la nouvelle étoile Toulousaine: Sylvain Joffre, restaurant En Pleine Nature à Quint-Fonsegrives donc Bravo à lui!!!!! et à tous les autres aussi évidemment!

Nouveau 3 étoiles

Reims (51) L'Assiette Champenoise

Nouveaux 2 étoiles

Cassis (13) La Villa Madie

Chantilly (60) La Table du Connétable

Courchevel 1850 (73) Le Kintessence

Kaysersberg (68) Le Chambard

Mulhouse (68) Il Cortile

Paris 16ème (75) Akrame

Nouveau 1 étoile

Aix-en-Provence (13) Le Saint Estève

Banyuls (66) Le Fanal

Beaune (21) Le Jardin des Remparts

Beaune / Pommard (21) Christophe Quéant-Château de Pommard

Bélesta (66) La Coopérative

Boeschepe (59) Auberge du Vert Mont

Bourgoin-Jallieu (38) Domaine des Séquoias

Brétignolles-sur Mer (85) J-M Pérochon

Briançon (05) Le Pêché Gourmand

Brive-la-Gaillarde (19) La Table d'Olivier

Cannes (06) Sea Sens

Charmes-sur-Rhône (07) Le Carré d'Alethius

Chassagne Montrachet (21) Ed.Em

Dijon (21) Loiseau des Ducs

La Flèche (72) Le Moulin des Quatre Saisons

Fleurie (69) Auberge du Cep

Fleurville / Mirande (71) La Marande

Lagarde d'Apt (84) Le Bistrot de Lagarde

Leucate (11) Klim & Ko

Lyon (69) L'Alexandrin

Lyon (69) Takao Takano

Lyon (69) La Rémanence

Lyons la Forêt (27) La Licorne Royale

Maringues (63) Le Carrousel

Marseille (13) L'Alcyone

Megève (74) 1920

Megève (74) La Table de l'Alpaga

Mirambeau (17) Château de Mirambeau

Monestier (24) Les Fresques

Monte-Carlo (MC) Elsa

Montner (66) Auberge du Cellier

Mougins (06) Paloma

Nancy (54) La Maison dans le Parc

Paris 1er (75) Jin

Paris 2ème (75) Goust

Paris 7ème (75) ES

Paris 8ème (75) Okuda

Paris 8ème (75) La Scène

Paris 11ème (75) Qui Plume la Lune

Paris 11ème (75) Septime

Paris 16ème (75) St-James Paris

Paris 17ème (75) Rech

Paris / Ville d'Avray (92) Le Corot

Plouider (29) La Butte

Roure (06) Auberge le Robur

St-Amour Bellevue (71) Auberge du Paradis

St-Amour Bellevue (71) Au 14 Février

St-Brieuc (22) Youpala Bistrot

St-Gervais-les-Bains (74) Le Sérac

St-Jean-de-Blaignac (33) Auberge St-Jean

St-Pol-de-Léon (29) Auberge la Pomme d'Api

La Souterraine (23) Château de la Cazine

Strasbourg (67) 1741

Toulouse / Quint-Fonsegrives (31) En Pleine Nature CONGRATS!!!!!

Uzès (30) La Table d'Uzès

Vannes (56) Roscanvec

Les Vans (07) Likok

Perd 3 étoiles

Paris 8ème (75) Alain Ducasse au Plaza Athénée (normal, fermé)

Suppression 2 étoiles

Paris 8ème (75) Senderens (nouveau chef visiblement talentueux)

Pont du Gard / Collias (30) Hostellerie Le Castelles

Saint-Emilion (33) Hostellerie Plaisance (chef parti)

De 2 à 1 étoile

Lyon (69) Auberge de l'Ile

Paris 8ème (75) Apicius

Porto Vecchio (20) Casadelmar (chef parti)

La Turbie (06) Hostellerie Jérôme

Vence (06) Le Saint Martin

Suppression 1 étoile

Aix-en-Provence (13) Clos de la Violette

Andrézieux-Bouthéon (42) Les Iris

Arles (13) Le Cilantro

Astaffort (47) Une Auberge en Gascogne

Les Baux-de-Provence (13) La Cabro d'Or

Le Bar-sur-Loup (06) Hostellerie du Château

Bayeux (14) Château d'Audrieu

Bordeaux (33) Le Pressoir d'Argent

Bray-et-Lu (95) Les Jardins d'Epicure

Cahors / Mercuès (46) Château de Mercuès

Carcassonne (11) Michel del Burgo (parti au bout de 6 mois)

Chamonix-Mont-Blanc (74) Auberge du Bois Prin

Chantilly (60) Carmontelle

Chassagne Montrachet (21) Le Chassagne

Compiègne (60) Alain Blot (retraite de Mr Blot, repris par un ancien prof Ferrandi)

Conteville (27) Auberge du Vieux Logis

Corse / Porto-Vecchio (2A) U Santa Marina

Fleurie (69) Le Cep

Hendaye (64) Maison Eguiazabal - Le Bar à Vin

Limoges (87) Amphitryon

Ligny-en-Cambrésis (59) Château de Ligny

Lyon (69) L'Effervescence

Lyon/Rillieux-la-Pape (69) Larivoire

Morteau (25) Auberge de la Roche

Nice (06) Aphrodite

Nice (06) Le Bistro Gourmand

Paris 7ème (75) 35° Ouest

Paris 7ème (75) Le Divellec

Paris 8ème (75) Stella Maris

Paris 8ème (75) L'Instant d'Or

Paris 9ème (75) Le Lumière

Paris 17ème (75) La Bigarrade

Paris/ Neuilly- sur-Seine (92) La Truffe Noire

Peillon (06) Auberge de la Madone

Perros-Guirec (22) Le Bélouga

Rouffach (68) Philippe Bohrer

St-Agrève (07) Faurie

La Saussaye (27) Manoir des Saules

Vaison-la-Romaine (84) Le Moulin à Huile

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 13:14

Pour ceux qui ne connaîtraient pas les scorsonères, ce sont des salsifis noirs, pas trop difficiles à trouver en ce moment.
Comme la plupart des légumes dits oubliés, elles sont une magnifique composante de plats truffés, on est même pas loin de l'accord parfait.
Puisqu'il faut en passer par là avant de se régaler, allons-y: Le truc un peu chiant avec la scorsonère c'est l'épluchage, on a les mains marronasses, la chair libère une sorte de liquide blanc collant, bref, emmerdante la bête.
Je les passe sous l'eau dès l'écorce enlevée, cela permet ensuite de tailler des spaghettis plus facilement.
Pour le taillage, je vous laisse faire, c'est l'aspect le plus long de la recette, au fur et à mesure, je vous conseille par contre de débarrasser vos spaghettis dans de l'eau citronnée.recettes-2609.JPGComme ingrédients, il faudra en plus de vos racines, du beurre truffé (beurre salé avec de la truffe râpée dedans conservé au frais), un peu de crème, du bouillon de poule, du parmesan, sel et poivre.
Une fois les scorsonères taillées en spaghettis, les cuire au bouillon jusqu'à obtention d'une consistance souple mais encore un peu croquante en bouche.
Ensuite, les poêler doucement avec une grosse noix de beurre truffé, lier avec un peu de crème puis râper légèrement le parmesan (le but n'étant pas qu'un goût en domine un autre, sauf peut être celui de la truffe…), sel, poivre.

Enfin, dresser avec quelques lamelles de truffe et servir, bonheur garanti!

 

Je me suis inspiré d'une recette version truffe blanche d'Emmanuel Renault.

Repost 0
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 12:44

Ce nom fait naître en moi des envies de reprendre l'accent de mon environnement adolescent. A un détail prés, la prononciation du mot, Capuc…hein!!!
C'est plus fort que moi, lorsqu'un mot fini par "…in", mes bas instincts picards refont surface et toquent en tête!
Comme l'image d'un mignon petit sapajou d'ailleurs, je ne la domine pas et n'arrive à m'en dépêtrer mais elle me fait sourire, je ne m'en plaindrai donc pas.
Je me suis quand même rassuré en "googlelisant" Capucin comme on pourrait le faire d'un amour de jeunesse et le savant wiki m'a conforté. Le Capucin est soit un animal à bure soit un animal à poil, préférant chapelles ou jungles à notre centre-ville Toulousain. Messieurs Bras, il va falloir raquer M'sieur Gougeule!
Trêve de blablas, ici, on est là pour parler ripaille! Mais méfiez vous quand même, en CM2 j'avais créé le club des dauphins… Alors fan de cétacés, je pourrais aisément la trentaine bien entamée vous causer macaque!
Capucin. nc . Nom donné à une galette formant un cône fermé. Constitué de farine de sarrasin et froment, elle fut créée dans les années 2000 par des cuisiniers célébres, 3 étoiles Michelin à travers les siècles dans leur Aveyron chéri: les Bras. Elle peut être agrémentée à votre choix de divers ingrédients tels que saucisse, boeuf d'Aubrac, Laguiole, aligot, sifflard etc…
Une semaine pétante que l'ouverture a eu lieu, et comme prévu, c'est le buzz.Capucin-24-01-13-HD--EGentils-_0226.JPG 40 minutes d'attente mardi dernier pour choper le graal du "Fast-cook" made in Aveyron. Vous me direz qu'aprés les reports successifs se comptant en mois, 40 minutes, je n'étais plus à ça prés.
Les quelques problèmes inhérents à une ouverture font qu'en plus, la carte à Capucins avait été très largement diminuée (une machine à cône en panne ainsi que l'écran affichant la boustifaille) mais n'en faisons pas cas, il y avait quand même encore de quoi se sustenter.
Capucin froid Laguiole & abricots aigres-doux, miettée poivre (sorte de petites graines aux goûts divers présents sur tous les capucins). Frais, avec une bonne liaison de l'abricot, plutôt très sympa.
Capucin chaud Retortillat (comme ma truffade cantalou, tomme fraîche et patates en galette) boeuf, parfaite sur 2 cm, après, malheureusement, le poids des patates, fromage et galette se fait sentir, c'est sec et dur à savourer pleinement.
A mon avis, les "chou farci & carottes", ou autre "pomme & boudin" doivent être mieux absorbés par notre nouveau copain Capucin.Capucin 24-01-13 HD (EGentils) 0104La soupe blanche & lait à la truffe était parait-il délicieuse (7,5€ quand même le petit bol) et les quelques desserts présents ce mardi fleuraient bon la gourmandise.
Pas envie de boire ce midi-là, pourtant je me serais bien fait un petit verre de Mauzac de Plageoles suivi d'une négrette de Penavayre (4 vins bien sentis à la carte) mais ma limonade au sureau Bras a suffi à étancher ma soif.
Le concept du fast-food à l'Aveyronnaise me plait bien, transparence totale, tout est préparé devant nous y compris les Capucins. Les matières premières sont de premier ordre, un petit cône en papier glissé dans chaque Capucin vient d'ailleurs nous le rappeler (fournisseur et race en tête).
Evidemment la partie prix  fait que pour sortir l'estomac apaisé, il pourra en coûter plus de 20€ quand même (entrée/plat/dessert/boisson/café).Capucin 24-01-13 HD (EGentils) 0164On est loin du final chez Ronald et donc toutes les bourses ne pourront pas forcément venir au grès de leurs envies (un retortillat boeuf coûte à peu prés le prix d'un menu maxi best of chez l'Américain).
J'entends déjà des voix: "mais ce n'est pas du tout la même chose…", " ici c'est du frais…" etc etc, certes mais ce n'est pas moi qu'il faut convaincre, je n'ai rien à redire là-dessus.
Evidemment que préparer ne serait-ce que la galette est autrement plus coûteux et plus engagé que de faire venir des petits pains briochés sous vide par container.
Des formules sont aussi disponibles à 9,90€ (capucin, dessert, eau), 12,50€ (soupe, eau et capucin) ou 16,50€ (soupe, eau, capucin et dessert ou entrée).
Bref, cette ouverture m'enthousiasme, cela rajoute à la qualité culinaire de notre belle ville rose et il faut soutenir quand on le peut ce genre d'initiative.
Et puis je dois dire qu'il est difficile de ne pas baver devant le Capucin saucisse aligot… lorsqu'il coule et que la saucisse n'attend que d'être croquée… J'ai les amygdales qui claquent c'est qu' j'ai la dalle, bon appétit!!!

Photos par Emilie Gentils


Le Capucin par Michel & Sébastien Bras . 6 rue du Rempart Villeneuve (halles Victor Hugo) à Toulouse.

 

Repost 0
Published by rod
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 15:39

Elle est là, tranquille, sans nom, juste de grandes baies vitrées pour faire comprendre au chaland qu'il faut entrer pour savoir où il met les pieds. Un piano, un mur à "craie" pour les enfants, un bar et une magnifique cuisine ouverte toute en longueur, commis ou plongeur à l'honneur.
Jean Ferrat aurait pu nous la conter celle-là: "ohhhh que la pente des Miss est douce…".
J'aurais du mal à vous décrire les lieux tant ils semblent aboutis et cohérents, on ressent d'emblée la véritable osmose qui a eu lieu entre les architectes, Hamid (le chef) et Typhaine (sa femme).
La tendance actuelle est évidemment présente, il y a du bois, du blanc et d'autres codes d'aujourd'hui. Mais contrairement à bien d'autres endroits, ici se dégage une véritable envie de passer du temps, de profiter du douillet des coussins en regardant le ballet des cuisines, de siroter un cocktail en suppliant les "kids" de ne pas trop s'ébrouer en repeignant le poteau leur étant dédié, bref comme une envie de bonheur communicatif.
Le lieu est aussi bien senti (bien sûr c'est mon quartier…) et porte les couleurs d'un petit Brooklyn Toulousain avec son vieux café de la Concorde, sa coiffeuse en mode PinUp US et maintenant sa jolie table "mode".
De l'eau a coulé sous les ponts depuis mon déjeuner époque table d'hôte, plus de chat dans l'escalier ou d'enfant courant au dessus et donc une maîtresse de maison moins stressée.
La coupure entre boulot et dodo est véritable et cela s'en ressent. Typhaine est tout sourire, heureuse de nous accueillir, bienveillante, un véritable plaisir!la-pente-douce-champi.JPGComme dirait l'autre, mais je le préfére dans ce cadre, "Le changement, c'est maintenant!" car évidemment, passer d'un petit resto familial dans sa propre maison à une véritable table avec brigade en cuisine et personnel de salle, ce n'est pas simple.
Mais c'est joli! Un barman passionné qui tape du vrai cocktail, un commis ancien poissonnier, Toshi, le sommelier qui arrive direct du Japon pour nous caler une véritable bible de plus de 100 ref de quilles majoritairement natures, une jolie serveuse tout sourire et une belle équipe en cuisine, what else Georges??? On t'y verra pas, le café vient de l'arbre à café…et c'est tant mieux!
Niveau cuisine, j'y suis allé le premier jour, et après une mise en bouche toute en légèreté et douceur, mon champignon farci tenait assez bien la route, de jolis goûts et un petit oeuf de caille sur le dessus. Par contre le bouillon avec la raviole manquait de corsé, de goût, sentait l'ouverture en somme! Un manque de temps pourrait très bien l'expliquer… mais c'était un peu loupé.
Couscous manquant lui aussi d'un peu de jus, semoule très bien cuite, poulet fermier sans histoire, mais justement, celle racontée là manquait d'un peu de mordant.
Puis les desserts se posent, un sablé poire vanille, une crêpe au miel ou un riz au lait, simple me direz-vous? C'est aussi ce que je me suis d'abord dit.la-pente-douce-hamid.JPGEt mon couteau découpe moelleusement la dodue; Un coussin en bouche, juste sucrée d'un miel magnifique en provenance directe du Maroc, les papilles flottent de joie.
Mon voisin me tend alors une fourchette de tarte aux poires, la belle tient un peu résistance mais est confite à point, la vanille taquine, la pâte supporte bien le bonheur environnant, une certaine idée de simplicité magnifiée!
Quand Hamid réussira à faire parfaitement l'addition entre un service classique et sa virtuosité de l'instant, on sera face à un grand.
Car encore une fois, depuis l'ancienne pente douce, de l'eau a coulé et le ruisseau est devenu une rivière.
Voilà Hamid, dans une réserve de cave à vin avec juste "la bite et le couteau", "la poêle et la quille"!
l'Homme rôti des petits filets de colvert, un ragoût bien ragoûtant fait avec les restes du bestiaux plumé fini ses heures de cuisson pas loin du poitrail qui ne sera dégusté qu'à la débusqué! Une pointe de sel suffisant au bonheur saignant!
Le voilà encore hier soir, balançant diverses keftas sur une tombée d'épinard, juste rehaussée d'une pointe de harissa familiale à tomber.
C'est lui encore qui arrive après le service dans le resto du copain… qui ouvre son sac à dos… "c'est presque Sarcelle là-dedans" pourraient s'ébahir les potos alentours… (comprenne qui pourra) avant de laper avec gourmandise le gras des volatilles sur leurs doigts.
Si la rôtisserie était un art, il serait pour sûr celui de l'artiste Hamid.
J'attends bavant le premier brunch du dimanche où le demi agneau rôti fera face fièrement au porcelet avant de venir nous taquiner les naseaux… ça tombe bien c'est dans 4 jours…
Petit résumé car je m'éternise et plusieurs points sont à notifier clairement pour bien comprendre que la Pente Douce new génération est un lieu pas commun, pas loin de celui dont on pourrait rêver.la-pente-douce-kefta.JPGLe restaurant comme son nom l'indique, est un restaurant. Pas con ça? Ouvert pour le dej du mardi au samedi (17 ou 20€) et pour le dîner du jeudi au samedi (30€ me semble t'il). Comme je l'avais précisé avec le mur à craie, le resto est "kids friendly", sympa pour un gars comme moi qui aimerait bien que ses 2 artistes Baz et Tac puissent exprimer leur art librement sur un mur…
Bientôt, on pourra taper un petit déj, ou profiter de la limonaderie l'après-midi, se faire un vrai brunch du dimanche pour carnassiers avinés et non juste en croquant quelques oeufs, fruits et bagels avec un cappuccino.
Un vrai barman est présent, l'occasion pour tous de savoir qu'un cocktail n'est pas juste l'addition de 3 feuilles de menthe, sucre, rhum et eau pétillante. Si vous jouez du piano ça tombe bien, j'ai toujours rêver de siroter un cosmo en écoutant du ragtime.
Et enfin, les tapas! Je ne parle évidemment pas de mozzarella sticks ou onions rings décongelés mais de petits plats envoyés sur le vif par un chef excellant dans ce domaine. Accompagnés par de bonnes quilles sélectionnées par Toshi telles qu'un petit champagne Lassaigne vignes de Montgueux pour commencer, suivi d'un St Romain blanc Combe Bazin 2011 du domaine de Chassorney (Cossard) et d'un petit Cornas Chaillot 2006 de Thierry Allemand (Une partie des vins est fournie par Vinnouveau, une référence dans le domaine du Nature), ce sera parfait!!!
Un hiver en pente douce nous fera patienter plus heureux jusqu'aux premières hirondelles, so long mister & miss Miss

La Pente Douce . 6 rue de la Concorde à Toulouse . 05 61 46 16 91.

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 13:49

Création initiale d'Alain Passard sur le légume, Martin Berasategui la rend encore plus pertinente en mouillant le céleri avec de l'eau contenant de l'amidon (eau ayant servi à la cuisson de riz) pour imiter au plus proche la consistance d'un véritable risotto.
Je dis ça pour vous, parce que moi la recette est déjà faite et je n'avais pas encore lu tout ça. On m'avait bien filé le petit truc de lier avec de la purée de céleri pour jouer le légume à fond mais c'est tout.
Bon, tout ça n'est pas très grave car le principal reste le goût, et en la matière, ce fut un régal!
J'avais déjà sous la main du beurre manié à la truffe réalisé pour la recette précédente (le croque-truffe), un bon bouillon de poule maison que j'avais fait pour confectionner mes jus de boeuf et de veau, une belle purée de céleri à la truffe (franchement une tuerie, j'ai failli tout bequeter avant de lier mon célerisotto), deux jolis petits céleris raves, de la bonne crème fraîche, un petit peu de parmesan, et de belles truffes bien fraîches déboulées direct du Périgord.
Evidemment, le plus chiant dans cette recette finalement très simple est de détailler le céleri en morceaux pas plus gros que des grains de riz.
Si vous n'êtes pas seul(e) en cuisine, vous pouvez faire un atelier pour toute la famille, ce sera un peu moins long…celerisotto.JPGUne fois que c'est fait, et si ce n'est pas prévu d'enchaîner sur la cuisson, pensez à mettre le céleri dans de l'eau citronnée pour en conserver la couleur et la matière.
Concernant la purée de céleri, je me doute bien que tout le monde n'en a pas prête à l'emploi, il suffi de cuire le céleri en gros morceaux dans du bouillon, puis de le mixer en ajoutant bouillon/crème (ou beurre)/lait jusqu'à obtention de la consistance voulue.
On peut attaquer la cuisson: Faire fondre une grosse noix de beurre dans une sauteuse et ajouter le céleri en "grains". Remuer, enlacer, enrober puis mouiller petit à petit avec le bouillon de poule (Passard le fait au lait si jamais vous ne me faites pas confiance…) sur feu assez vif. La cuisson est assez rapide.
Comme d'habitude, la meilleure façon de ne pas foirer la cuisson est de goûter souvent.
Pour ma part, une fois que la consistance de mon céleri me plaît, je commence à lier avec du beurre manié à la truffe, ensuite j'ajoute de la purée de céleri truffée, sel, poivre, un tout petit peu de parmesan, pourquoi pas une cuillère de crème… "goûtage" et rectification d'assaisonnement!
Un peu de truffe râpée, dernier tour de spatule et c'est prêt!
Reste plus qu'à dresser et à déposer quelques lamelles de truffe! Bon appétit!

Repost 0
13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 11:15

Ca y est, on est en plein dans la saison du diamant noir et vous savez que j'aime ça! Les fêtes sont passées, les prix ont baissé, c'est donc le moment de se faire un petit plaisir! Pour ce petit croque-bonheur, je compte 4 moitiées de tranche de pain de mie par personne, sans la croûte!

Pour commencer, il faut dés la veille préparer un beurre manié à la truffe, c'est à dire râper une bonne dose de truffe dans du beurre salé à température, bien mélanger, couvrir et réserver pour que l'odeur devienne entêtante... Le jour même, il faut enlever la croûte du pain de mie et faire colorer très légérement des tranches au grille-pain. recettes-2665.JPGEnsuite il faudra les aplatir, par exemple en posant une planche à découper dessus (une par une... sinon patatra) et en appuyant, puis les couper en deux. Pour le montage, rien de plus simple et autant vous dire que vous allez en gnacker de la truffe: Pain, beurre à la truffe, lamelles de truffe, et ça, renouvelé quatre fois, sauf que sur la dernière il faudra s'arrêter au beurre. recettes-2604.JPGAu moment de servir, il suffira juste de poser une fine tranche de comté sur les sandwichs et de les passer quelques minutes à four très chaud pour que ça croustille, que ça fonde et que cela se remplisse de bonheur... quelques lamelles de truffe fraîche au sortir du four et il ne reste plus qu'à croquer!

Pour en profiter pleinement, ne pas hésiter à le servir accompagné d'une brouillade crémeuse à la truffe (cuisson au bain marie comme ici) ou d'un oeuf poché à la truffe (en film alimentaire), le bonheur n'en sera que plus grand, bon appétit!!!

Repost 0
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 10:22

Vite fait en passant je vous en jette une petite, c'est que les agapes, cela se préparent!
Simple, ultra simple même, le seul petit bémol est qu'il faut avoir de la bonne truffe fraîche.
Pour ce faire, il faut des pommes de terre à chair ferme, genre rates ou autres, de la mâche, une ou deux échalotes, un peu de sel (fleur ou Maldon) et de quoi faire une vinaigrette.
En fait de recette, il n'y en a pas vraiment, il faut juste faire une petite salade de patates tièdes avec assaisonnement basique (vinaigrette moutarde, huile, vinaigre, sel et poivre) et un peu d'échalote ciselée.salade-de-patates-a-la-truffe.JPGFaire une rosace de feuille de mâche, déposer la salade de pommes de terre au centre et déposer quelques beaux copeaux de truffe au dessus, on termine avec un léger assaisonnement de la salade et c'est parti pour un bon moment de plaisir. Notez qu'il est important que les pommes de terre soient tièdes, la chaleur exaltera la saveur du diamant noir!
Bonne appétit, et bon réveillon!!!

Repost 0
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 19:28

Midi aux Carmes, déambulations "Hallesques" désabusées. Plus de 30€ le kilo de crosnes, 20€ le kilos de trompettes, à ce tarif, ça vaut limite le coup de faire une razzia au marché de Figeac à 6€ le kilos et de se poser là devant pour les revendre… quant à passer quelques heures dans les bois… marge à rendre jaloux Ronald.
Heureusement, je n'étais pas là pour me faire rincer mais pour manger un bout, et malheureusement, pour ce qui est de la ripaille, la rue des Filatiers n'a jamais était la panacée.
Evitons l'écueil du Classico repris il n'y a pas si longtemps par l'équipe de la Compagnie Française, le bistrot des Carmes et ses plats douteux (la parillade me fait toujours un peu peur) ou tout autre magret et consorts version persillade. Remarque c'est déjà bien, ils ont compris qu'il fallait maquiller la vulgarité.
Penser que je vais déjeuner au hasard serait mal me connaître, à l'étranger, c'est déjà rare mais dans ma ville? Carrément impensable!
Si je me trouvais là, c'est simplement qu'un couple de jeunes fort sympathique à ouvert son resto en face du Classico il y a une dizaine de jours, Monsieur Marius.DSCN5730.JPGLui est aux fourneaux, c'est Nicolas Brousse, passé entre autres chez Michel Sarran (2* Toulouse) et Franck Putelat (2* Carcassonne), puis il y a Elle, et c'est Margaux Ventresque, pâtissière (si le Paris-Toulouse de ce midi était son oeuvre, je peux vous dire qu'elle envoie) et patronne toute mignonne de la salle.
Un menu le midi à 20€ (entrée/plat/dessert sinon moins cher), un autre le soir à 31€, des suggestions telles que le croque-monsieur à la truffe ou le pigeon jus truffé, c'est le début de la saison du champignon magique et ici on l'honore (elle sera d'ailleurs présente dans tous les plats du beau menu de la nouvelle année à 60€).
Vous aurez compris que l'on est loin du foutage de jeule mais encore faut-il que ce soit bon.
Et…. bien oui, ça l'est!
Passé le gros plaisir furtif et frustrant que je me suis accordé en plus du menu (le croque-truffe en appellerait bien un autre et…un autre…et), je me suis vraiment régalé d'un oeuf basse température, émulsion maïs, pop corn.
Du bonheur qui s'évanouit en bouche et passe en douceur, un petit croc de pop corn et un délicieux goût légèrement fumé (poitrine) firent de cette entrée une belle histoire.
Je me léchais les babines à la lecture du plat, je plantais limite les crocs dans la table et imaginais Roger Rabbit, lapine en vue. J'imaginais un boeuf bien cuit, une belle liaison juteuse avec l'olive et une macaronade dont la crème s'accouple au jus, dont le croustillant pénétre le moelleux avant de me substenter, les yeux au ciel!
Petit problème du fantasme, tu peux être déçu.
Et là, jolis préliminaires, mais la macaronade aurait nécessité une poêlée minute juste gratinée vite fait à la salamandre plus qu'un gros gratin moins suave bien que pas mauvais en soit.DSCN5736.JPGPour le "happy end", je ne suis pas trop dessert et ce n'est pas sans une pensée pour ma femme dont c'est la douceur préférée que j'ai quand même tapé dans le Paris-Toulouse (Paris-Brest vous l'aurez compris).
Et bien m'en a pris, une véritable tuerie, pâte parfaite, crème légère comme tout, un grand classique magnifiquement réalisé!
La rue des Filatiers tient là Son adresse, et à 20€ ou 30€, cela reste quand même accessible au plus grand nombre. J'ai bien sûr lorgner le menu du soir mais je vous laisserai le découvrir par vous-même car je n'ai pas envie que vous regardiez avec tristesse ce qu'il y a pour la popote du diner.
Un effort reste selon moi à faire sur la carte des vins, une belle cuisine mérite de bons petits jus.
Mais ne leur mettons pas trop la pression, je pense qu'ils n'ont pas besoin de nous pour ça et leur "bébé" roule déjà bien, So long...

 

Monsieur Marius . 40 rue des Filatiers . 31000 Toulouse . 05 61 25 07 07

 

                                                              Monsieur Marius sur Facebook

Repost 0
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 19:10

Il y a eu quelques sorties intéressantes récemment niveau livres de cuisine.
JF Piège, C.Aribert, J.Sulpice ou encore J.Marcon, puis celui des copains (comme cochons) Etchebest et Ospital.
Moins compliqué que les autres (que j'adore par ailleurs, je ferai un petit post) et entièrement consacré à notre animal chéri à nous gastronomes, je ne pouvais pas passer à côté.
Une préface d'Yves Camdeborde évidemment, des portraits d'Eric Ospital et Christian Etchebest, un historique très intéressant; Par exemple, saviez-vous, que le cochon entre le XIII et le XVII siècle pouvait être emprisonné, jugé, condamné puis exécuté en tenue d'homme quand il avait commis un crime? drôle non?
On y parle aussi d'élevage, d'anatomie et évidemment de recettes de la patte au groin!photo.JPGIl y a de la terrine, de queue ou de tête, du groin, du confit, de l'axoa (plat tradi basque), bref de quoi donner envie de s'attabler avec les potes autour d'une bonne joue de cochon avec les quilles qui vont bien!
J'aime cette ambiance bien rendue dans le bouquin, ces hommes de passion qui ont le goût des bonnes choses! Le produit pour le produit! Vous verriez le Jambon blanc d'Ospital, à pleurer… Je parle pas du reste et de tous ses Jambons crus disséminés dans les meilleurs cantines bistrotières de la capitale dont celle Du Troquet de Christian Etchebest.
A l'époque où j'y suis allé, il n'en avait qu'une dans le 15éme et ça sentait bon le repère des potos, on avait discuté un peu du pays (à l'époque j'habitais encore Pau et la veille je surfais aux Cavaliers à Anglet) puis étaient arrivés le sommelier de chez Dutournier et cie… la mafia gourmande du sud ouest!tout-est-bon-dans-le-goret.JPGDans " Tout est bon dans le cochon" c'est ce dernier qui s'occupe en toute logique d'une partie recette qui file les crocs dès la première page tournée.
Le week-end dernier j'avais envie de joue de porc, et voulait les faire tranquilou avec des lentilles blondes de Saint-Flour.
Je me suis lancé, pépère comme d'habitude sur la cuisson de mes joues, puis suis allé ouvrir mon bouquin rose et marron. Et là, je check la recette des joues et lentilles et me rends compte qu'il sert ces dernières en salade tiède, vinaigrette, avec laquelle viendra se mêler le bon jus de la joue…
Ni une ni deux, j'ai servi mes lentilles tièdes assaisonnées, hummm, une tuerie avec le jus de porc réduit et la joue bien confite par une cuisson prolongée!!!
Bref, faites comme moi, achetez-le maintenant ou pour faire un joli cadeau à Noyel, vous ne serez pas déçu!!!




Repost 0
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 18:12

Je n'en avais pas spécialement reparlé depuis l'ouverture en 2011, à part sur les médias sociaux. Mais l'occasion fait le larron comme dirait l'autre!
Et grosse nouveauté maintenant, en voisin du restaurant on trouve une boulangerie et pas n'importe laquelle.
Farine bio, beau levain, four à bois qui dépote et transparence totale puisqu'en faisant la queue, on peut admirer le boulanger à l'ouvrage, les miches gonfler, la farine voler, le pain croustiller!
Je ne fais pas trop dans la boulange d'ordinaire, même si le pain est un composant essentiel de la besace d'un gastronome patenté.
En fait c'est M6 hier soir qui m'y a décidé avec son sujet sur la boulangerie dans l'émission Capital.
Du pain précuit, des viennoiseries surgelées, de la franchise à tout va destructrice d'artisans, bref, de la belle merde!
Je me suis toujours demandé ce qui poussait beaucoup de gens à franchir les portes d'un hyper à l'ouverture pour aller chercher le journal et la baguette sous blister.
Le prix? ça c'est la réponse à la con sauf si t'as planté ta tente sur le parking sans que les gros bras de la sécu t'aient viré dans la minute.DSCN5723.JPGOn va pas pousser plus loin la question de l'aberration, mais en tout cas moi, j'ai bien envie que mes enfants puissent aller chercher aux leurs du vrai pain plein, croustillant, qui se conserve, qui sent bon, des croissants faits avec passion par un gars levé bien avant l'aube!
Et c'est pour ça qu'il faut largement encourager ceux qui perpétuent le vrai, le bon et bien fait!
La brioche recouverte de bon miel de montagne a fait sensation ce week-end, et je finis tranquillement mon pain acheté vendredi dernier, oui oui, il n'est pas encore bon à donner aux canards (sauf si vous voulez leur faire un beau cadeau, mais ça, ça vous regarde).
Les palmiers ont eu du mal à franchir le cap de la porte d'entrée… mais n'ont jamais vu la couleur de la cuisine.
La passion que Sylvain Joffre retranscrit chaque jour dans ses assiettes se voit maintenant dans son pain.
La boulangerie est ouverte depuis peu, l'affichage est discret mais elle est collée au resto.
Elle évolue, elle est vivante, comme le pain qui change à chaque minute, les produits évoluent au grès des humeurs et pour le moment je n'ai pas été déçu.
N'hésitez pas à vous arrêter quand vous passez par là ou à faire un petit détour. Autre idée! réservez une table au resto, qui est pour moi le plus percutant de Toulouse et environs, et repartez avec votre pain!

Pour mon premier article sur le restaurant, c'est ICI!

En Pleine Nature resto et boulangerie. Place de la mairie à Quint-Fonsegrives . 05 61 45 42 12

 

                                                                     www.en-pleine-nature.com

Repost 0

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages