Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 09:00

C'est bien aux pieds de la cité de Carcassonne que Master Putelat s'est amusé avec mes papilles pour mon plus grand bonheur.
Un beau moment à tous les niveaux.
D'abord en cuisine, avec un maestro au piano: Bocuse d'argent en 2003, passé chez Philippe Legendre et chez Georges Blanc, deuxième étoile Michelin décrochée cette année, Franck Putelat domine sa partition avec légèreté et précision, la brigade suit la course, c'est terrible!le-parc-F-Putelat-devant.JPGEn salle, Céline Putelat est parfaite, présente et souriante sans être stressante, l'équipe la secondant est au diapason: Au taquet! jamais chiants, hyper pros, arrangeants à l'extrême. Une grande maison. Menu classique/fiction à 78€, émotion à 56€, ou action réaction (dégust) à 120€. En semaine il y a un menu " à faire" à 33€ mais on est le week-end, alors c'est parti pour un moment d'émotion avec une teinte de fiction! Petites mises en bouches parfaites pour lisser et préparer le palais et c'est parti, je suis bien soudé à mon siège, envoyez la sauce!
Un petit haddock, main de bouddha, émulsion chou fleur top! fumé, nuageux avec une pointe d'acidité et de tenue en bouche, en fan du poisson jaune orangé (aiglefin fumé) je suis charmé!
Entrée terre et mer avec le tartare de boeuf qui tient dans une huître, iodé ou viandard, l'accord fonctionne et remet en place le palais à force de contrastes, il attend la suite.tartare-huitre.JPGA côté de moi les yeux pétillent devant l'éclat printanier des dernières Saint-Jacques (magnifiques d'ailleurs) au wasabi, premières fèves et petits-bois à la française: glace, émulsion, les saveurs s'accordent, les sensations contrastent et s'amalgament dans un magnifique concert en bouche! Bouillabaisse, foie gras de canard, coquillage et rouille: rebelote, je me serais bien pris un bol de soupe de poisson en rab! un régal méditerranéen saveur "sud-ouest" idéalement assaisonné.
Turbot basse température en grenobloise et agrumes de Bachès: encore une fois maîtrisé à fond, le petit condiment aux agrumes et câpres apporte la pointe de pep's qui lance l'ensemble, grenobloise douce et caressante, turbot parfaitement cuit, un très beau plat.St-Jacques-Petits-pois.JPGJe ne parlerai pas de mon premier morceau de côte de veau, un peu rude sous la dent immédiatement changé et modifié, mais donc du second: Rosé, premières asperges, dernières truffes, petite crème aux rognons et ris de veau, jus réduit. Un plat parfait dans l'ensemble, on est dans la gourmandise à l'état pure, tout se marie évidemment bien et apporte son lot de textures et de plaisirs. Vous connaissez les goûts de tous ces merveilleux produits alors imaginez…vous vous léchez les babines? normal.
Plateau de fromages sélectionnés et parfaits. En fan de fromages normands, je me suis régalé des livarot, camembert au calva et autre pont l'évêque de Jean-Yves Bordier ( cf le célèbre beurre, d'ailleurs posé sur les tables), et les autres étaient diablement bons aussi.turbot-le-parc.JPGVoici venir le temps des gourmandises et donc de la fin du périple gourmand de mon estomac. Feu d'artifice en bouquet final c'est pas mal? La pâtissière maison déchire tout, que ce soit dans l'alliance menthe/chocolat, dans une déclinaison de tarte au citron ou d'ananas, c'est facile, ça coule de source. Le sucre ne plombe pas tout, l'acidité est dominé pour le citron, ça fond, ça croustille, et cela s'évapore en bouche comme un voile de douceur, bravo!
Notre corbière blanc de la montagne d'Alaric fut très bien choisi par un jeune second sommelier (en stage ici je crois) à la verve tannique et passionnée. La salle tourne comme rarement j'ai vu, avec un maître d'hôtel et un sommelier présents à tout moment en discrétion, le sourire est toujours là, les problèmes ou aléas n'en sont plus dés le premier mot et je n'oublie évidemment pas Madame Putelat, mais je l'ai déjà célébrée plus haut.Cote-de-Veau-Le-Parc-F-Putelat.JPGCôté déco, au sein d'un environnement résolument moderne, j'ai aimé les clins d'oeil rococos à la belle oeuvre de Viollet-le-Duc. Les "meurtrières" vitrées pour apercevoir le feu en cuisine, le repose pain façon côte de maille ( comme certain "rideaux ) et le meuble de service du même pain en mode feu de bois "new generation".
Si je devais trouver quelque chose à redire pour ne pas trop faire lèche-cul, je dirais que l'attente entre les plats aurait pu être mieux gérée, mais il y avait 2 menus au nombre de plats différent et nous étions samedi midi: quand on est bien, on n'est pas pressé, je serais bien resté 2 heures sur la terrasse à digérer au soleil.
Bref je n'aurais qu'une chose à dire: Mr et Mme Putelat, merci pour ce moment de bonheur passé chez vous.

Le Parc, Franck Putelat . Chemin des Anglais . 11000 Carcassonne . 04 68 71 80 80

                                              www.restaurantleparcfranckputelat.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages