Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 10:00

D'autant plus que les 500m parcourus en sprint sur un terrain mi-neigeux mi-verglacé boulevard Saint-Germain pour choper le bus m'avaient bien mis en appétit. D'autant plus qu'à la lecture du menu dehors sous la neige, nous nous sommes regardés simultanément avec Gonz en soupirant…"pffft encore des légumes crus, des consommés et des trucs bizarres qui vont nous laisser sur notre faim, demain c'est entrecôte frites!". Malgré les accords et les sempiternels topinambours, oignons brûlés et autres courges en dessert, je restais, à l'opposé de mon frère, confiant et motivé par tout ce que j'avais pu lire sur la cuisine de Giovanni Passerini. Cet ancien chef Romain, passé chez Inaki au Chateaubriant, Passard à l'Arpège pour finir chez Petter Nilsson à la Gazzetta, distillerait ici chez lui une véritable petite perle de cuisine?
Rentrons alors! Ce n'est pas qu'il caille, mais la buée aux vitres me laisse penser que l'intérieur sera plus réconfortant que la façade enneigée… tortellini-de-celeri--pignon-de-pain--consomme--oeuf-de-sa.JPGLa première jeune femme légèrement acariâtre ayant cédé vite fait sa place à une autre plus affable ne me laissera pas le sentiment désagréable d'un accueil imposé, me voici bien installé.
Un petit coup de Mâcon Chaintré de chez Valette (à 35€ vous ne le trouverez pas partout croyez moi) amènera paisiblement les tortellinis de céleri rave aux pignons de pin et romarin, consommé et oeufs de saumon sauvage. Recadré direct le Rod, l'entrecôte frites peut attendre. Vu la précision de cette recette d'apparence simple, c'est la langue pendante que maintenant j'attends la suite.ris-de-veau-topinambours-au-foin--lait-fermente-cresson.JPGAnguille superbe dans son habit d'épinard, elle se découvre progressivement, l'oignon brûlé et l'orange amère en complices ne tarissent pas d'éloges et la mettent en valeur, je fonds.
Beaux ris de veau dont les topinambours en gros morceaux au foin firent peur à mes intestins. Mais point de grand mal heureusement… Lait fermenté et cresson sans histoires quant à eux. Agneau de lait "légumier" délicieux, une petite pointe de tapenade, jus terrible, on en a sous la dent, ça nappe ça croque ça fond et c'est généreux, que demander de plus? Pas grand chose en fait.agneau-carotte-poireaux-tapenade-olives.JPGSurtout pas la courge en dessert! Elle me fout une humeur de citrouille, gonflée mais pas souriante. Même si elle est bonne elle me met en boule. Heureusement qu'il y avait aussi du pain perdu et du sorbet mandarine, cela m'a un peu calmé jusqu'au dessert suivant. Une glace au sarrasin ( cf David Toutain pour ceux qui y ont goûté) qui m'amuse toujours autant. Bien accompagnée, c'est gaiement qu'elle fond dans ma bouche avec fruits confits, chocolat et brebis. Une bouriole sucrée glacée, surprenant, distrayant.
Compte tenu du tarif de la mangeaille (58€) ou des vins, on n'est dans le domaine du difficilement comparable… Du bon à tous les niveaux, les tables tournent mais jamais je n'ai ressenti la pression du "dehors…". Des lacunes en vin italien? il y a des bouteilles ouvertes, "goûtez celui-là", trop tannique? qu'à cela ne tienne prenez plutôt celui-ci alors.
On sort heureux de chez Rino avec l'idée sûre que l'on y retournera, à vos télèphones…prét…bonne chance!

 

Rino . 46 rue Trousseau . 75011 Paris . 01 48 06 95 85

 

                                                                         rino-restaurant.com

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coline 15/02/2013 13:07

Ah la courge en dessert, magnifique!

Coline

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages