Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 16:28

Manger n'est pas la première chose qui taquine l'esprit lors du franchissement du sas de l’Aéroport.
Une journée de trajet pour relier Toulouse à la capitale Thaï, 4 films dont la dernière daube de Laurent Lafitte et Marina Foïs, 2 plateaux repas "succulents", 2 3 binouzes pour somnoler, quelques Mars et ça repart.
Et Bim, on s'y attend mais ça fait toujours un choc, 40°C avec un taux d'humidité parfait pour faire vraiment corps avec ses vêtements. J'ai soif!
Puis ça se tasse, on s'acclimate mais comme on en a encore l'opportunité, on repart prendre le frais dans l'aéroport, le métro semblant être la voie du sage pour rejoindre le centre sans avoir à mettre le museau dehors.
Ça y est, plus le choix, pas de rembobinage possible, il faut descendre du métro aérien avec les bagages.
Pas besoin de rêver d'une piscine, sans vous en rendre compte vous avez fait un plouf tout habillé en descendant les escaliers chargé comme un bourrin chilien.
L'appétit venant en suant, ce n'est pas le M jaune qui attire l’œil avisé mais plutôt les 2 chariots fumants à 10 mètres de là et leurs présentoirs débordants de brochettes à l'odeur alléchante. Mangeons Bangkok!
Et fions nous aux clichés pour une fois.
Oui la street food est présente partout, c'est même le mode de restauration le plus courant, y compris pour les Thaï et c'est bien sûr celui que je vous recommande.
Oui c'est bon, très bon même, en 2 semaines, je n'ai jamais goûté quelque chose de mauvais, et pourtant j'en ai tâté croyez-moi.
Et enfin, oui, cela ne coûte pratiquement rien, la brochette classique vaut 10bth (1€=37bth), un riz sauté ou un pad thai dans les 30bth comme les 10 brochettes satay avec sauce cacahuète et concombres au vinaigre.

Nouilles croustillantes et bouillon gluant.

Nouilles croustillantes et bouillon gluant.

Evidemment il faut s'adapter, se faire plaisir quand on en a envie ou besoin et ne pas se caler sur nos habitudes occidentales. Sinon ce sera direction restos touristiques ou d'hôtel, musique différente pour une nourriture souvent inférieure qualitativement à la rue mais 10 fois plus cher.
Ce qu'il y a partout, y compris en bas de l'immeuble à 9h du mat, ce sont les stands de brochettes, saucisses et boulettes en tous genres. Juste laquée et réchauffée au barbec, cela permet de se rassasier vite fait tout en se régalant de porc mariné, d'abats à la badiane ou de grosses saucisses pimentées.
L'aile de poulet frite a aussi son petit succès, avec ses sachets de sauce aigre douce et de riz gluant, on la trouve à peu prés partout.
En parlant de sachet, il faut savoir que beaucoup de plats y compris cuisinés, sont servis dans des poches plastiques gonflées d'air et fermées d'un élastique, ce qui rend d'ailleurs la dégustation périlleuse de temps à autre... Tu plonges ta brochette dans le sachet de sauce, puis tu pioches un concombre dans le vinaigre, et maintenant tu me rappelles combien tu as de mains?
Evidemment, les fruits sont omniprésents, domination totale de la mangue et de la petite orange verte au goût si particulier. Belle présence des ananas, mangoustans et autres papayes, sans oublier les petites boules poilues (ramboutan) mais aussi les grosses (coco)!
Bref, en smoothie, en jus, nature ou en grappes, il y en a pour tous les goûts (attention, ne pas confondre Papaya et Pattaya)!
Pour l'instant je suis resté dans le simple, l'évident! Mais à Bangkok, tout est possible, tout est réalisable...
Comme manger un plat de nouilles frites, bouillon un poil gluant, porc et œuf frit délicieux pour 270bth à 5, boissons comprises.

Banh bao

Banh bao

Déambuler dans Chinatown (temple "mondial" de la street food) à la recherche d'une noix de coco pour mon fils et en profiter pour goûter toutes les brioches au porc barbecue croisées sur mon passage (vous savez, le banh bao, cette brioche vapeur bien dodue d'origine chinoise fourrée de divers ingrédients savoureux).
Se retrouver dans un minibus collé serré avec dans les mains, entre les pieds, un peu partout en fait, des litchis pour le 4h, p'tit Basile adore les litchis... Mais en grappe de plusieurs kilos (pas le choix, c'était grappe ou rien) c'est pas le truc le plus évident à traîner pour un joli petit trajet en minibus collectif.
Se faire un resto avec les amiches et voir le pote chef de cabine habitué du coin passer la commande, "pour goûter quelques petits plats typiques" qu'il avait dit... Et se retrouver avec un défilé coloré de plats dont aucune fin n'avait été prévu: galettes de poissons, seiches, Tom ka gai (soupe blanche épicé), Papaya salad, liserons d'eaux, poulet sauté, riz frit, divers beignets, brochettes et j'en passe, les 10 litres de Chang beer ont été franchis bien avant qu'un "stop" général soit décidé j'en fait serment!
Se retrouver après avoir commandé à l'aveugle devant une soupe de poulet et trucs bizarre un peu noirs (un style de sanquette), et trouver ça délicieux.

vous voyez la sanquette là???

vous voyez la sanquette là???

Tiens, en parlant de poulet, j'ai oublié de préciser que les stands de rue où il y a de la vraie cuisine, se cantonnent souvent à quelques plats (des fois 1 ou 2) autour d'un même produit unique. Là vous l'aurez compris, c'était le poulet, vapeur et frit au riz ou au bouillon avec des nouilles.
Cela me fait penser d'ailleurs que dans mon premier petit post je parlais brièvement du côté épicé de la cuisine. Justement, ce petit stand de poulet en est une bonne illustration. Les plats arrivent non épicés et à table se trouvent du sucre, des cacahuètes, de la sauce de poisson (ou calamars ce jour-là), une petite sauce pimentée et du piment séché broyé, après, à vous de voir si vous voulez cracher du feu ou pas.
Evidemment, beaucoup d'autres plats, tels que les salades, curry et soupes sont directement épicés. Cela dit, globalement me disait-on, la tendance serait à la baisse. Le piment altérant certaines saveurs et ses propriétés bactéricides étant moins requises qu'antan rapport à l'évolution des modes de conservation.
Allez, je vous laisse là, on se retrouvera dans le 7/eleven du coin pour poursuivre, il y fait plus frais! bye bye!
Viendrons un petit carnet d'adresses des meilleurs spots de street food à Bangkok, un p'tit déj de fou au Lebua, et de la seafood sur la côte, d'Hua Hin à Chumphon!

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Vic 10/06/2015 18:25

Hâte de lire la suite!!! je voyage à nouveau

Qui ???

  • : Rod n Roll
  • Rod n Roll
  • : 150g de recettes, 225g de restaurants, 75g de pensées culinaires, que dis-je,d'envolées lyriques: C'est la gastronomade'n'roll. Shake it & Check this blog Contact: rlafarge@hotmail.fr
  • Contact

Recherche

Pages